Journée de l’Holocauste: Trump n’oublie pas les Juifs dans sa déclaration
Rechercher

Journée de l’Holocauste: Trump n’oublie pas les Juifs dans sa déclaration

"Nous profitons de l'occasion pour rappeler la persécution systématique et le meurtre brutal de six millions de Juifs par les nazis", a déclaré le président

Eric Cortellessa couvre la politique américaine pour le Times of Israël

Le président américain Donald Trump au musée du mémorial de l'Holocauste de Yad Vashem, à Jérusalem, le 23 mai 2017. (Crédit : Gali Tibbon/AFP)
Le président américain Donald Trump au musée du mémorial de l'Holocauste de Yad Vashem, à Jérusalem, le 23 mai 2017. (Crédit : Gali Tibbon/AFP)

WASHINGTON – Le président américain Donald Trump a publié vendredi la deuxième déclaration de sa présidence à l’occasion de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste. Cette fois, cependant, il a mentionné l’antisémitisme et les Juifs.

« Nous profitons de l’occasion pour rappeler la persécution systématique et le meurtre brutal de six millions de Juifs par les nazis », a-t-il déclaré à l’occasion de la journée annuelle du 27 janvier.

C’est une nette différence par rapport à l’année dernière, où il avait omis de mentionner que six millions de victimes de l’Holocauste étaient juives.

L’omission de Trump en 2017 avait suscité beaucoup de critiques et de colère. Jonathan Greenblatt, directeur général de la Ligue contre la diffamation, l’a qualifiée de « contestable et troublante », tandis que la Maison Blanche a expliqué qu’elle était plus inclusive des autres communautés qui étaient également visées par le régime nazi.

Dans sa déclaration de 2018, Trump a également mentionné les autres groupes, en dehors des Juifs, qui ont été victimes de l’Holocauste.

A Auschwitz-Birkenau, en mai 1944, les Juifs hongrois arrivent dans des wagons à bestiaux et se préparent pour la « sélection » dirigée par les SS. (Auschwitz Album)

« Dans leurs camps de la mort et sous leur règne inhumain, les nazis ont également asservi et tué des millions de Slaves, de Roms, de gays, de personnes handicapées, de prêtres et de chefs religieux, ainsi que d’autres personnes qui s’opposaient courageusement à leur régime brutal », a-t-il déclaré.

Trump a poursuivi en mentionnant l’antisémitisme, disant que les survivants de la Shoah ont donné aux générations futures la force de combattre l’intolérance.

« Notre nation est redevable aux survivants de l’Holocauste », a-t-il poursuivi. Malgré le traumatisme qu’ils ont subi, ils continuent de nous instruire en partageant leurs expériences, leur force, leur sagesse et leur générosité d’esprit pour faire progresser le respect des droits de la personne. Bien qu’ils vieillissent et que leur nombre diminue lentement, leurs récits demeurent avec nous, ce qui nous donne la force de combattre l’intolérance, y compris l’antisémitisme et toutes les autres formes de sectarisme et de discrimination », a-t-il déclaré.

La présidence de Trump, depuis un an, a été semée de controverses concernant sa réticence à condamner ses partisans antisémites, ainsi que d’accusations de racisme.

L’omission de l’année dernière coïncidait avec les fréquentes menaces d’attaques à la bombe contre des écoles et centres communautaires juifs à travers le pays, dont beaucoup provenaient d’un adolescent israélien.

Des centaines de suprémacistes, de néonazis et de membres de l’extrême-droite américaine à Charlottesville, en Virginie, le 12 août 2017. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

Cet été, il n’a pas dénoncé avec force un rassemblement de suprémacistes blancs, qui avait fait des morts à Charlottesville, en Virginie. À maintes reprises, il a blâmé « les deux parties » pour la violence. Et lors d’une conférence de presse dans le hall de la Tour Trump, il a déclaré qu’il y avait des « gens très biens » qui défilaient aux côtés des néo-nazis et des membres du Ku Klux Klan.

Plus récemment, il a suscité une vive polémique pour un reportage paru dans le Washington Post ce mois-ci, dans lequel il disait que les immigrants africains venaient de « pays merdiques ». Il aurait également dit à ses collaborateurs qu’il préférait que les États-Unis accueillent des immigrants de pays comme la Norvège, qui, contrairement aux pays africains, est majoritairement blanche.

Vendredi, le président a juré de tirer les leçons de l’Allemagne nazie.

« Chaque génération doit apprendre et appliquer les leçons de l’Holocauste pour empêcher que de nouvelles horreurs contre l’humanité ne se reproduisent », a dit Trump.

« A l’occasion de la Journée internationale de commémoration de l’Holocauste, nous reconnaissons cette tache sombre sur l’histoire humaine et promettons de ne plus jamais laisser cela se reproduire. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...