Koweït : 3 cellules de l’Etat islamique auraient été démantelées
Rechercher

Koweït : 3 cellules de l’Etat islamique auraient été démantelées

Le ministère de l'Intérieur a annoncé avoir arrêté cinq Koweïtiens dont un policier et une femme qui auraient planifié des attentats

Les secouristes koweïtiens tirant des civières  à l'extérieur de la mosquée chiite Al-Imam al-Sadeq après qu'il a été ciblé par un attentat suicide pendant la prière du vendredi 26 juin 2015, à Koweït City (Crédit : AFP PHOTO / YASSER AL-ZAYYAT)
Les secouristes koweïtiens tirant des civières à l'extérieur de la mosquée chiite Al-Imam al-Sadeq après qu'il a été ciblé par un attentat suicide pendant la prière du vendredi 26 juin 2015, à Koweït City (Crédit : AFP PHOTO / YASSER AL-ZAYYAT)

Le ministère koweïtien de l’Intérieur a annoncé lundi que les autorités locales avaient démantelé trois cellules de l’organisation terroriste Etat Islamique (EI) qui projetaient des attentats au Koweït.

Cinq Koweïtiens ont été arrêtés, dont un policier et une femme qui ont reconnu avoir planifié des attentats contre une mosquée chiite et contre une installation du ministère de l’Intérieur, a déclaré ce dernier dans un communiqué.

Toutes les personnes arrêtées ont reconnu être membres de l’EI, indique le communiqué. La police koweïtienne recherche en outre un homme originaire d’un Etat non précisé du Golfe et un Asiatique qui ont apporté une assistance à l’une des trois cellules, a ajouté le ministère de l’Intérieur.

L’annonce du démantèlement des trois cellules intervient un an après un attentat suicide commis par un Saoudien lié à l’EI qui s’était fait exploser dans une mosquée chiite, tuant 26 fidèles. Il s’agit de l’attentat le plus meurtrier jamais commis au Koweït.

La justice koweïtienne a condamné un homme à mort et a infligé des peines de prison de deux à quinze ans à huit personnes pour avoir prêté assistance à l’auteur saoudien de l’attentat.

Selon le ministère, la première cellule démantelée se composait d’un Koweïtien de 18 ans, Talal Raja, qui a avoué avoir projeté un attentat suicide contre une mosquée chiite et une installation du ministère de l’Intérieur vers la fin du mois sacré musulman de Ramadan, qui prend fin mardi.

La deuxième cellule comprenait, toujours selon le ministère de l’Intérieur, une femme et son fils arrêtés en Syrie, en territoire contrôlé par l’EI, et ramenés au Koweït.

Selon le ministère, le fils, âgé de 28 ans, avait interrompu ses études d’ingénierie pétrolière en Grande-Bretagne pour rallier l’EI après que son frère cadet avait été tué en combattant pour le groupe terroriste sunnite en Irak.

La troisième se composait de deux Koweïtiens, dont un policier, qui ont avoué avoir projeté de commettre des attentats dans le pays, a indiqué le ministère.

La police a saisi deux fusils d’assaut Kalachnikov et des munitions, qui avaient été introduits illégalement au Koweït par un citoyen d’un Etat non précisé du Golfe, selon le communiqué.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...