Kushner presse Ryad de normaliser ses relations avec Israël
Rechercher

Kushner presse Ryad de normaliser ses relations avec Israël

"Ce serait très bon pour les affaires saoudiennes, ce serait très bon pour la défense saoudienne", a déclaré le conseiller à la Maison Blanche

Jared Kushner aux côtés d'un membre de la délégation saoudienne lors d'une réunion de la Maison Blanche entre le président Donald Trump et le prince héritier Mohammed ben Salmane d'Arabie Saoudite, le 20 mars 2018 (Crédit : Kevin Dietsch / Pool / Getty Images via JTA)
Jared Kushner aux côtés d'un membre de la délégation saoudienne lors d'une réunion de la Maison Blanche entre le président Donald Trump et le prince héritier Mohammed ben Salmane d'Arabie Saoudite, le 20 mars 2018 (Crédit : Kevin Dietsch / Pool / Getty Images via JTA)

Le conseiller à la Maison Blanche Jared Kushner a estimé lundi qu’il serait dans l’intérêt de l’Arabie saoudite de normaliser ses relations avec Israël, à l’instar de ce que viennent de faire les Emirats arabes unis.

« Ce serait très bon pour les affaires saoudiennes, ce serait très bon pour la défense saoudienne et, pour être honnête, je pense que cela aiderait aussi les Palestiniens », a déclaré celui qui est également le gendre du président américain Donald Trump, lors d’une conférence téléphonique avec des journalistes.

« Et quand on pense à ceux qui ne souhaitent pas un accord de paix entre l’Arabie saoudite et Israël, on pense surtout à l’Iran », a-t-il poursuivi. « Ce qui montre que c’est probablement la bonne chose à faire. »

L’Iran représente l’ennemi commun des trois pays dans la région.

L’Arabie saoudite, plus importante économie du monde arabe, n’a pas commenté officiellement l’accord surprise de normalisation des relations entre Israël et les Emirats négocié sous l’égide des Etats-Unis et annoncé jeudi.

En contrepartie, Israël a accepté de suspendre l’annexion de territoires palestiniens de Cisjordanie.

Le roi Salmane d’Arabie saoudite et le prince héritier Mohammed ben Salmane ont maintes fois exprimé leur souhait que « les Palestiniens aient un Etat et des opportunités économiques », a relevé M. Kushner dont le plan de paix pour le Proche-Orient a été rejeté par les Palestiniens.

L’accord avec les Emirats est le troisième conclu par Israël avec un pays arabe après l’Egypte et la Jordanie, deux pays frontaliers de l’Etat hébreu. Il laisse en envisager avec d’autres pays du Golfe.

Voisins de l’Arabie saoudite et des Emirats dans le Golfe, Bahreïn et Oman ont salué cet accord. Des sources du gouvernement koweïtien ont elles affirmé dimanche que le pays serait le « dernier » à normaliser ses relations avec Israël tandis que le Qatar n’a pas encore réagi.

Le ministre omanais des Affaires étrangères s’est entretenu lundi par téléphone avec son homologue israélien. Oman avait eu de nombreux contacts avec Israël ces dernières années et le Premier ministre israélien s’était rendu à Mascate en 2018.

Pour l’Arabie saoudite, où se trouvent les deux sites les plus importants de l’islam, une reconnaissance de l’Etat hébreu serait politiquement périlleux.

« Il est dans l’intérêt de beaucoup de ces pays d’un point de vue sécuritaire et d’un point de vue économique d’avoir des relations avec Israël », a estimé M. Kushner. « Plus des pays s’unissent comme Israël et les Emirats (…) plus ce sera compliqué pour l’Iran de diviser pour mieux régner. »

Le président iranien Hassan Rouhani a qualifié samedi de « grosse erreur » la décision des Emirats de normaliser leurs liens avec Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...