La candidate à la présidentielle prend le parti du ‘Dreyfus portugais’
Rechercher

La candidate à la présidentielle prend le parti du ‘Dreyfus portugais’

Maria de Belem soutient l'idée de réintégrer à titre posthume le capitaine Arthur Carlos de Barros Basto

La candidate à la présidence portugaise, Maria de Belem, lors d'une interview datant du 17 octobre 2015  (Crédit : Capture d'écran YouTube)
La candidate à la présidence portugaise, Maria de Belem, lors d'une interview datant du 17 octobre 2015 (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Maria de Belem, candidate aux élections présidentielles au Portugal, a accordé son soutien à l’initiative législative de rétablir le grade à titre posthume du capitaine de l’armée qui a été persécuté pour avoir fait la promotion du judaïsme.

L’initiative de rendre le titre d’Arthur Carlos de Barros Basto, qui est décédé en 1961, a été relancée par la communauté juive de Porto, la semaine dernière.

La communauté a envoyé le 27 octobre une lettre aux membres du Parlement portugais contenant une proposition de loi, qui rétablirait Barros Basto au grade de colonel, avec tous les avantages qui s’ensuivent.

La communauté de Porto a fait référence à Barros Basto comme « l’Alfred Dreyfus portugais » – une référence au capitaine de l’armée française, dont la condamnation injustifiée pour trahison avait servi de catalyseur au sionisme moderne.

« Je soutiens une loi qui suit ces lignes », a déclaré de Belem, une ancienne leader du parti Social du Portugal et candidate à l’élection présidentielle de l’année prochaine, au JTA mardi.

« C’est un acte de justice et en tant que députée, je soutiens également la réintégration du capitaine Barros Basto dans l’armée portugaise ».

L’Anti-Defamation League (ADL) soutient également le « rétablissement intégral » de Barros Basto, a affirmé le directeur des affaires européennes, Andrew Srulevitch, au JTA.

En 1930 au Portugal, où la dictature d’Antonio de Oliveira Salazar faisait la promotion du conservatisme et du nationalisme catholique, Barro Basto s’est fait de puissants ennemis par ses efforts visant à établir une communauté juive composée de descendants d’Anusim – des Juifs qui avaient été contraints de renoncer à leur foi pour échapper à la persécution religieuse et à l’Inquisition portugaise qui ont eu lieu pendant le 16e siècle.

Injustement accusé d’avoir agressé sexuellement les hommes qu’il a circoncis, Barros Basto a été en 1937 exclu de l’armée pour cause d’indignité, où il avait servi avec distinction.

La communauté juive de Porto s’oppose à toute résolution de l’affaire qui reste en deçà de la pleine réintégration qui a été accordée à d’autres victimes de persécution dans l’armée sous Salazar, a-t-elle précisé.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...