Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

La Chine et la Syrie annoncent nouer un « partenariat stratégique »

"La Chine est prête à continuer à travailler avec la Syrie, à se soutenir mutuellement [...] et à défendre conjointement l'équité et la justice au niveau international", a déclaré Xi Jinping.

Le président syrien Bachar al-Assad (à gauche) et la Première Dame Asma al-Assad (à gauche) arrivant à l'aéroport de Pékin, le 21 septembre 2023. (Crédit : SANA / AFP)
Le président syrien Bachar al-Assad (à gauche) et la Première Dame Asma al-Assad (à gauche) arrivant à l'aéroport de Pékin, le 21 septembre 2023. (Crédit : SANA / AFP)

La Chine et la Syrie ont noué un « partenariat stratégique », a annoncé vendredi le président chinois Xi Jinping lors d’une rencontre avec son homologue Bachar al-Assad, isolé sur la scène internationale et en quête de fonds pour la reconstruction de son pays.

Il s’agit de la première visite en Chine en près de 20 ans pour un président syrien. Bachar al-Assad avait été en 2004 le premier dirigeant de son pays à s’y rendre depuis l’établissement des relations diplomatiques avec Pékin en 1956.

Xi Jinping a reçu vendredi son homologue à Hangzhou (est), en marge des Jeux asiatiques.

« Aujourd’hui, nous allons annoncer conjointement l’établissement d’un partenariat stratégique Chine-Syrie qui sera une étape importante dans l’histoire des relations bilatérales », a déclaré le président chinois, selon des images de la télévision d’Etat CCTV.

Bachar al-Assad se tenait face à lui entouré d’une délégation de neuf personnes, dans une salle ornée d’une immense fresque représentant la Grande muraille de Chine et où des drapeaux chinois et syriens étaient dressés.

Montage. Le président chinois Xi Jinping (à gauche) participant à une réunion à Pékin le 6 avril 2023 ; le président syrien Bachar al-Assad (à droite) prononçant un discours télévisé après avoir obtenu un quatrième mandat, le 28 mai 2021. (Crédits : Ludovic MARIN/SANA/AFP)

« Face à une situation internationale pleine d’instabilité et d’incertitude, la Chine est prête à continuer à travailler avec la Syrie, à se soutenir mutuellement, à promouvoir une coopération amicale et à défendre conjointement l’équité et la justice au niveau international », a ajouté Xi Jinping.

L’homme fort de Pékin a par ailleurs souligné que la Chine et la Syrie « ont résisté à l’épreuve des changements internationaux ».

La Chine, qui fait partie des alliés du président Assad, lui a notamment apporté son soutien au Conseil de sécurité de l’ONU, s’abstenant régulièrement lors du vote de résolutions contrariant le pouvoir syrien.

« Je vous remercie et je remercie le gouvernement chinois pour tout ce que vous avez fait afin de vous tenir aux côtés du peuple syrien dans sa cause et ses épreuves », a déclaré Bachar al-Assad, cité par l’agence officielle syrienne Sana.

Besoins d’investissements

« Cette visite est extrêmement importante par son timing et ses circonstances car un monde multipolaire se constitue aujourd’hui qui va restaurer l’équilibre et la stabilité dans le monde », a souligné le dirigeant.

Ce déplacement est un coup diplomatique pour Bachar al-Assad qui ne quitte que rarement son pays.

Il est d’autant plus important après les manifestations qui ont éclaté récemment à Soueida, dans le sud de la Syrie, pour appeler à son départ.

Le pouvoir Assad a amorcé cette année un rapprochement avec de nombreux pays arabes, après des années d’isolement consécutives à la guerre dans son pays.

Cette normalisation des relations a été consacrée en mai par le retour de Damas au sein de la Ligue arabe, et la participation du président syrien à un sommet en Arabie saoudite.

Pékin joue au Moyen-Orient un rôle grandissant, à l’image du spectaculaire rapprochement qu’il a permis en début d’année entre l’Iran et l’Arabie saoudite.

La Chine, très active dans une région historiquement stratégique pour les Etats-Unis, y promeut son ambitieux projet des Routes de la soie, qui consiste en des investissements massifs dans les infrastructures pour améliorer les liaisons commerciales entre l’Asie, l’Europe et l’Afrique et même au-delà.

La Syrie a rejoint le projet en janvier 2022 et espère d’importantes retombées économiques.

La guerre en Syrie a entraîné des destructions massives d’infrastructures et a réduit à néant plusieurs secteurs cruciaux pour l’économie, dont celui du pétrole, tandis que le pouvoir syrien est soumis à de lourdes sanctions internationales.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.