La COVID en Inde inquiète Israël – et tous ceux qui visent l’immunité collective
Rechercher
Analyse

La COVID en Inde inquiète Israël – et tous ceux qui visent l’immunité collective

Si les fabricants de vaccins sont convaincus que leurs vaccins bloquent le variant indien, celui-ci transforme le pays en un vivier potentiel de mutations plus résistantes

Des Naga Sadhu, hommes saints hindous nus, attendent le départ d'une procession vers le fleuve Ganges pour le Shahi Snan (bain royal) pendant la Kumbh Mela, à Haridwar dans l'état indien d'Uttarakhand, lundi 12 avril 2021. Alors que les États indiens décrètent une forme de confinement pour lutter contre la hausse des cas de COVID-19 dans le cadre d'une deuxième vague nationale, des milliers de pèlerins se rassemblent sur les rives du Gange pour la fête hindoue. Les fidèles croient qu'un plongeon dans les eaux du Gange les absoudra de leurs péchés et les délivrera du cycle de la naissance et de la mort. (AP Photo/Karma Sonam)
Des Naga Sadhu, hommes saints hindous nus, attendent le départ d'une procession vers le fleuve Ganges pour le Shahi Snan (bain royal) pendant la Kumbh Mela, à Haridwar dans l'état indien d'Uttarakhand, lundi 12 avril 2021. Alors que les États indiens décrètent une forme de confinement pour lutter contre la hausse des cas de COVID-19 dans le cadre d'une deuxième vague nationale, des milliers de pèlerins se rassemblent sur les rives du Gange pour la fête hindoue. Les fidèles croient qu'un plongeon dans les eaux du Gange les absoudra de leurs péchés et les délivrera du cycle de la naissance et de la mort. (AP Photo/Karma Sonam)

Les Israéliens ne devraient pas être alarmés par le nouveau variant indien du coronavirus. Mais ils doivent s’inquiéter de l’Inde, tout comme les habitants de tous les pays qui visent l’immunité collective.

Un haut fonctionnaire du ministère de la Santé a déclaré jeudi que « nous n’en savons pas assez » sur le variant indien et qu’il n’y a pas de recherche sur l’efficacité du vaccin Pfizer-BioNTech – largement administré en Israël – face à ce variant.

C’est vrai, mais les commentaires du Dr Sharon Alroy-Preis visaient davantage à remettre en question la complaisance – qui, selon elle, existe dans d’autres ministères – qu’à suggérer que le variant indien résiste au vaccin.

Il y a beaucoup de choses que nous ne savons pas sur le variant indien. Est-il plus contagieux que le variant britannique qui domine actuellement en Israël ? Probablement pas. Rend-il les gens plus malades ? Il n’y a aucune preuve qui le suggère. Et est-il bloqué par les vaccins ?

Mme Alroy-Preis, chef des services de santé publique au ministère de la Santé, a raison de dire que nous ne savons pas. Les données ne sont pas prêtes, même si elles sont en cours d’élaboration. Mais le fait que le cofondateur de BioNTech, Ugur Sahin, soit « confiant » est de bon augure. Il a déclaré que les mêmes modifications que celles subies par le virus en Inde avaient été vérifiées lors de tests antérieurs.

Un agent de santé prélève un échantillon de la bouche d’un garçon pour le tester pour le COVID-19 à Hyderabad, en Inde, le jeudi 29 avril 2021. (AP Photo/Mahesh Kumar A.)

Le variant indien actuel, trouvé dans 41 cas israéliens signalés, n’est pas inquiétant. Mais le prochain l’est, et celui d’après, et ainsi de suite.

La semaine dernière, l’Inde a signalé quelque 350 000 nouveaux cas quotidiens, soit plus que tout autre pays à n’importe quel moment de la pandémie. Il suffit d’un seul patient pour faire muter un nouveau variant.

L’avenir du COVID dans le monde entier est entre les mains d’une simple probabilité. Plus la maladie circule longtemps et plus le nombre de personnes atteintes est élevé, plus le risque d’apparition de nouveaux variants est important – et plus la probabilité que l’un d’entre eux passe au travers des vaccins est élevée.

Ronen Ben-Ami, chef de l’unité des maladies infectieuses du centre médical Sourasky de Tel Aviv. (Autorisation du Centre médical Sourasky de Tel Aviv)

« Considérez cela comme une roulette », a déclaré Ronen Ben-Ami, directeur des maladies infectieuses à l’hôpital Sourasky de Tel Aviv. « Plus il y a de fentes dans la roue, plus les chances de gagner sont élevées. De même, plus il y a de personnes atteintes du coronavirus, plus il y a de chances de trouver des « variants préoccupants ».

Ainsi, bien que les indications actuelles laissent penser que le variant indien ne résistera pas au vaccin et ne portera donc pas atteinte à la relative immunité d’Israël vis-à-vis du COVID, son déchaînement en Inde pourrait devenir une très mauvaise nouvelle pour Israël – et pour le monde entier. L’Inde est en train de devenir un vivier potentiel de masse pour de nouveaux variants qui pourraient être plus inquiétants.

Cela pourrait être dû au fait qu’ils causent plus de dommages aux personnes infectées, auquel cas ils toucheraient surtout les pays non vaccinés, ou qu’ils passent à travers les mailles du vaccin, provoquant une crise dans des endroits comme Israël.

Israël se réjouit de se rapprocher de l’immunité collective, voire de l’atteindre sous une certaine forme, mais les scènes qui se déroulent en Inde poussent les médecins à suggérer que, dans un sens, la seule immunité collective fiable est mondiale. Cette observation est pertinente pour tous les pays qui s’affairent à vacciner, y compris le Royaume-Uni et les États-Unis, ainsi qu’Israël.

« Nous parlons beaucoup de l’immunité de groupe et de l’idée que si un pourcentage de la population est vacciné, elle devient protégée », a déclaré Ben-Ami. « Mais étant donné que tous les pays sont dans le monde, et que le monde n’est pas vacciné, l’immunité de groupe peut ne pas durer longtemps. Mais la leçon de 2020, bien apprise en Israël, est que le monde est connecté, et dans un sens, le groupe n’est pas un pays, le groupe est le monde. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...