La crise COVID-19 plonge 50 000 ménages israéliens sous le seuil de pauvreté
Rechercher

La crise COVID-19 plonge 50 000 ménages israéliens sous le seuil de pauvreté

Une conférence entend parler d'une augmentation "fulgurante" des demandes d'aide alimentaire et d'un chômage qui restera élevé avec une seule offre pour 16 personnes sans emploi

Un homme portant un masque de protection passe devant un panneau indiquant le nombre de chômeurs en Israël, à côté du mot "Assez !" à Tel Aviv, le 22 juillet 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Un homme portant un masque de protection passe devant un panneau indiquant le nombre de chômeurs en Israël, à côté du mot "Assez !" à Tel Aviv, le 22 juillet 2020. (Miriam Alster/Flash90)

La pandémie de coronavirus a poussé près de 50 000 ménages en Israël sous le seuil de pauvreté et en octobre, il y avait un sinistre ratio d’une seule offre d’emploi pour 16 chômeurs, ont déclaré mardi les participants à une conférence économique.

« La crise économique provoquée par le coronavirus est sans précédent par son ampleur et sa force », a déclaré le ministre du Travail, de la Protection sociale et des Services sociaux, Itzik Shmuli, lors de la conférence Eli Hurvitz sur l’économie et la société pour 2020, organisée par l’Institut israélien de la démocratie. « Deux millions et demi d’Israéliens ont été touchés économiquement par la crise, près de 50 000 ménages sont plongés sous le seuil de pauvreté et quelque 100 000 » sont maintenant plus proches de la pauvreté.

« Des dizaines de milliers de familles » ont vu leur monde s’effondrer et frappent maintenant aux portes des services sociaux, a déclaré M. Shmuli.

« Nous constatons un bond fulgurant de 2,5 fois plus de demandes d’aide alimentaire, une augmentation de 41 % des faillites et une hausse de 60 % des ouvertures de dossiers d’aide sociale », a déclaré M. Shmuli. La crise économique a également eu d’autres conséquences, notamment une augmentation de 300 % de la violence familiale, plus la solitude des personnes âgées et les agressions sexuelles sur les enfants.

« Les conséquences de tout cela nous accompagneront pendant de nombreuses années au niveau de la société », a averti M. Shmuli.

Itzik Shmuli, ministre du Travail, de la Protection sociale et des Services sociaux, s’exprimant lors de la conférence Eli Hurvitz sur l’économie et la société pour 2020, le 15 décembre 2020. (Capture d’écran YouTube)

Si les personnes les moins bien payées ont fait les frais de la crise, celle-ci a touché tous les secteurs de l’économie, ont déclaré les participants à la conférence.

Le chômage, qui a dépassé le million de personnes après le premier confinement en mars et avril, reste élevé, et le ministère des Finances prévoit qu’il se situera entre 7,2 % et 10,2 % à la fin de l’année, selon que le virus sera maîtrisé ou continuera à se propager rapidement, a déclaré Shira Greenberg, l’économiste en chef du ministère des Finances.

Shira Greenberg, économiste en chef du ministère des Finances en conférence de presse à Jérusalem, le 23 septembre 2019. (Crédit : Flash90)

« Il y a une crise très, très grande et significative concernant le marché du travail », a déclaré Mme Greenberg lors de la conférence. Même après que les restrictions économiques ont été largement levées, elle a déclaré qu’en octobre, il y avait 480 000 personnes de plus sans emploi qu’avant la crise.

En octobre, pour 16 personnes au chômage, il n’y avait qu’un emploi disponible, avec un total de 55 000 emplois disponibles, a-t-elle déclaré. « Cela souligne combien il est difficile aujourd’hui pour les chômeurs de trouver un emploi ».

Avant que la crise ne frappe, il y avait 92 000 emplois disponibles, avec un ratio de 1,4 chômeur par emploi.

« C’est une baisse très importante de la disponibilité des emplois, et c’est le principal problème de la crise », a-t-elle déclaré. Mme Greenberg a ajouté qu’Israël s’en sort moins bien que les autres pays de l’OCDE sur ce front, la baisse des emplois dépassant celle des autres pays développés.

Les précédentes crises économiques, tant au niveau mondial qu’en Israël, ont montré que le marché du travail a tendance à se redresser lentement, sur plusieurs années.

Le marché de l’emploi ne reviendra pas à la normale une fois les restrictions du pays levées, a averti Mme Greenberg. « Selon nous, il s’agit d’un processus de reprise qui sera beaucoup plus long ». Le marché est soumis à un processus d’efficacité dans lequel les employeurs s’habituent à travailler avec moins d’employés, et la multiplication des faillites et des fermetures d’entreprises réduit le nombre d’emplois disponibles.

Même les travailleurs qui ont été mis en congé sans solde au lieu d’être carrément licenciés auront du mal à retrouver leur emploi après la reprise, a-t-elle déclaré.

« Tout cela fait craindre un chômage chronique », a-t-elle déclaré, en faisant référence aux personnes qui sont sans emploi depuis un an ou plus. « Ils perdent les compétences pertinentes, ils perdent la capacité de revenir sur le marché du travail – et il faut y remédier ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...