Israël en guerre - Jour 237

Rechercher
Interview

La fracture en Israël menace son avenir, dit une Travailliste britannique

Victime d'antisémitisme pendant les années Corbyn, Luciana Berger dit son inquiétude face à la réforme judiciaire et ne cache pas sa joie face à l'engagement des manifestants

Lazar Berman

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

L'ancienne députée travailliste Luciana Berger s'exprime lors d'une conférence de presse à Londres le 18 février 2019, pour annoncer, avec d'autres collègues,  sa démission du Parti travailliste et la formation d'un nouveau groupe indépendant de députés. (Photo de Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)
L'ancienne députée travailliste Luciana Berger s'exprime lors d'une conférence de presse à Londres le 18 février 2019, pour annoncer, avec d'autres collègues, sa démission du Parti travailliste et la formation d'un nouveau groupe indépendant de députés. (Photo de Daniel LEAL-OLIVAS / AFP)

Mardi, alors que des dizaines de milliers de manifestants descendaient dans les rues en Israël, l’ex-députée juive de premier plan qui avait quitté le parti britannique du Labour à cause de l’antisémitisme qui sévissait dans ses rangs a déclaré que le bras de fer autour de la réforme judiciaire l’inquiétait pour l’avenir du pays.

« C’est la première fois que je me trouve en Israël à un moment de grande inquiétude pour le pays et comme jamais auparavant », a confié Luciana Berger au Times of Israel depuis Jérusalem.

« Le pays est totalement polarisé », a poursuivi la londonienne, âgée de 42 ans.

« Israël est plus divisé que jamais sur le plan intérieur, avec tout ce que cela suppose pour l’avenir du pays et de l’Etat juif,» a-t-elle continué.

La police s’est heurtée à des manifestants lors de rassemblements organisés un peu partout dans le pays, émaillés de barrages routiers pour protester contre le projet de réforme judiciaire du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les manifestations ont eu lieu quelques heures après le vote par la Knesset, en première lecture, d’un projet de loi visant à limiter les pouvoirs de surveillance de la Cour suprême.

Mais Berger a dit également entrevoir une lueur d’espoir dans ces manifestations.

La police israélienne utilise un canon à eau pour disperser des manifestants qui bloquent une route lors d’une manifestation contre le projet du gouvernement du Premier ministre Benjamin Netanyahu de réformer le système judiciaire, à Tel Aviv, le 11 juillet 2023. (Crédit : AP Photo/Oded Balilty)

« Je suis impressionnée par la vigueur de la société civile israélienne et par sa façon de réagir à ce qui se passe. Enormément de personnes se sentent indignées et parmi elles, il y a des gens qui n’ont jamais été aussi politiquement engagés. »

En février, Berger avait fait savoir qu’elle rejoindrait les rangs du parti Travailliste, dans l’opposition, à l’invitation de son chef, Keir Starmer.

Elle avait alors tweeté : « Le Labour a franchi une étape importante sous la direction de Keir ».

« Je suis heureuse de revenir à ma base politique », avait-elle écrit, se disant « impatiente de rejoindre le parti ».

En 2019, elle avait démissionné du parti Travailliste, alors placé sous la direction Jeremy Corbyn, auquel elle reprochait de ne pas faire le nécessaire pour en finir avec l’antisémitisme institutionnalisé qui régnait au sein du parti. Elle s’était par la suite présentée au suffrage des électeurs sous une autre étiquette, sans succès.

L’ancien leader du parti du Labour Jeremy Corbyn lors d’une manifestation dans le centre de Londres, le 11 mars 2023. (Crédit : Susannah Ireland/AFP)

Berger a expliqué avoir été particulièrement la cible de la haine antisémite en sa qualité de présidente du mouvement Travailliste juif et en tant que députée de Liverpool.

« Sous la direction de Corbyn, des partis locaux ont été autorisés à rejoindre les rangs du parti Travailliste : or ces gens, des membres importants de la tendance militante, avaient précédemment été mis à l’index », a-t-elle expliqué. « Ils siégeaient aux mêmes réunions que moi. Toute cette expérience a été somme toute assez désagréable. »

Berger a indiqué que le parti était devenu « une sorte de secte » du temps de Corbyn.

« Il n’y avait aucune humanité. C’était fou. »

C’est, selon elle, en 2017 qu’elle s’était entretenue pour la dernière fois avec Corbyn des menaces antisémites qu’elle avait reçu, sans qu’il n’en fasse rien.

« Depuis 2013, six personnes ont été condamnées pour menaces de mort et antisémitisme à mon égard », a confié Berger. « Quatre d’entre eux ont écopé de peines de prison. »

Avant de quitter le Parti Travailliste, Berger avait fait l’objet d’un vote de défiance – révoqué par la suite – à l’initiative de membres du parti qui avaient estimé qu’elle « critiquait constamment » Corbyn en raison de la vague d’antisémitisme qui s’était abattue sur le Labour. Elle avait été alors qualifiée de « sioniste perturbatrice ».

Keir Starmer prononce un discours sur le Brexit à Harlow, en Angleterre, le 5 novembre 2019. (Crédit : AP/Matt Dunham)

« C’était une période très sombre. J’ai fini par quitter le Parti Travailliste parce qu’il n’avait plus rien à voir avec le parti que je connaissais, il n’avait plus les valeurs qui m’avaient attirée à l’origine, » a-t-elle raconté.

Après s’être séparée du Parti travailliste, elle avait formé The Independent Group avec six autres députés démissionnaires du Labour en 2019 – un groupe qui avait ensuite pris le nom de Change UK et qu’elle avait ensuite quitté au mois de juin de la même année.

En 2020, la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme du Royaume-Uni avait reconnu le parti Travailliste coupable de harcèlement et discrimination.

Corbyn avait nié certaines de ces conclusions – ce qui avait conduit à sa suspension du parti.

Starmer avait ensuite fait savoir que Corbyn ne serait pas autorisé à se présenter sous les couleurs travaillistes aux élections suivantes.

Illustration : Dans cette photo d’archive du 9 décembre 2019, le chef du Parti travailliste, Jeremy Corbyn, prend la parole lors d’un rassemblement devant le conseil municipal de Bristol alors qu’il est en campagne électorale, à Bristol, en Angleterre. (Crédit : Joe Giddens / PA via AP)

Berger a assuré que sa décision de revenir dans les rangs du parti a été grandement liée aux mesures prises par Starmer pour mettre un terme à l’antisémitisme au sein du Labour.

« Il n’a pas hésité à le faire », dit-elle. « Il en parle régulièrement dans de nombreux forums, devant des publics différents. »

Starmer avait pris la tête du parti Travailliste en 2020, suite à la démission de Corbyn après sa défaite aux élections.

« La procédure a été respectée : le service juridique interne a mené l’enquête et il a conclu à l’expulsion de certains membres, ou tout du moins à leur départ volontaire », a-t-elle déclaré, évoquant les membres antisémites du Labour. « La composition du Parti travailliste aujourd’hui est très, très différente de ce qu’elle était auparavant. »

Berger a effectué le déplacement en Israël avec six autres députés et candidats travaillistes dans le cadre d’une délégation des Amis travaillistes d’Israël. Ils se sont entretenus avec le président Isaac Herzog, le chef du comité d’amitié israélo-britannique de la Knesset, Hanoch Milwidsky, du Likud, et un haut responsable de l’Autorité palestinienne à Ramallah.

Ils se sont également rendus dans les locaux du service d’urgence du Magen David Adom pour voir en quoi la technologie médicale israélienne pouvait s’appliquer dans le cadre du National Health Service, au Royaume-Uni.

« Un médicament sur sept fourni par le NHS vient d’Israël », a-t-elle noté. « C’est la preuve du rôle important qu’Israël joue en matière de santé et de bien-être dans notre pays. »

Des membres des Amis travaillistes d’Israël avec le président Isaac Herzog à Jérusalem, le 10 juillet 2023 (Crédit : Les Amis travaillistes d’Israël)

Elle a estimé que les relations entre le Royaume-Uni et Israël vont continuer à s’améliorer sous la conduite de Starmer, rappelant qu’il avait à plusieurs reprises parlé d’inscrire le Corps des gardiens de la révolution iranienne dans la liste des organisations terroristes.

Après les années Corbyn, Berger est optimiste quant-à l’avenir de la communauté juive britannique.

« Trois ans après toute cette histoire, les choses ont radicalement changé et nous avons maintenant, dans notre système bipartite, deux partis qui, je pense, soutiennent la communauté juive britannique. »

La JTA a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.