Rechercher

La France dénonce des exécutions « révoltantes » en Iran

Paris a exhorté Téhéran "à entendre les aspirations légitimes du peuple iranien" ; 14 personnes ont été condamnées à mort en lien avec les manifestations, selon un décompte de l'AFP basé sur des informations officielles

Des manifestants tiennent des pancartes lors d'un rassemblement de soutien aux manifestants en Iran, place de la République à Paris, le 29 octobre 2022. (Crédit : MOHAMMADREZA DEHDARI / agence de presse Isna / AFP)
Des manifestants tiennent des pancartes lors d'un rassemblement de soutien aux manifestants en Iran, place de la République à Paris, le 29 octobre 2022. (Crédit : MOHAMMADREZA DEHDARI / agence de presse Isna / AFP)

Le ministère français des Affaires étrangères a jugé samedi « révoltantes » les exécutions de Mohammad Mehdi Karami et de Seyyed Mohammad Hosseini, condamnés à mort dans le cadre des manifestations en Iran, et exhorté Téhéran « à entendre les aspirations légitimes du peuple iranien ».

« L’exécution de manifestants ne peut tenir lieu de réponse aux aspirations légitimes de liberté du peuple iranien », a souligné un communiqué du quai d’Orsay, précisant que la cheffe de la diplomatie française Catherine Colonna l’avait « dit à son homologue iranien le 20 décembre » dernier en marge d’un sommet régional en Jordanie.

« Ces exécutions, révoltantes, s’ajoutent aux nombreuses autres violations graves et inacceptables des droits et libertés fondamentales commises par les autorités iraniennes », ajoute le Quai d’Orsay.

Et la France a maintes fois dénoncé ces violations, « publiquement et directement auprès des autorités iraniennes, ainsi qu’avec ses partenaires de l’Union européenne », rappelle-t-il.

La ministre des Affaires étrangères Catherine Colonna lors d’une conférence de presse à New York, le 19 septembre 2022. (Crédit : Ed JONES / AFP)

Plus tôt, l’Union européenne avait exprimée sa consternation et avait appelé « une nouvelle fois les autorités iraniennes à mettre immédiatement un terme à la pratique hautement condamnable de prononcer et d’exécuter des condamnations à mort contre des manifestants ».

La justice iranienne a annoncé la pendaison samedi de ces deux hommes reconnus coupables d’avoir tué un paramilitaire lors des manifestations déclenchées par le décès en détention de la jeune Mahsa Amini.

Un tribunal en première instance avait condamné à mort les deux hommes le 4 décembre et la Cour suprême avait confirmé le 3 janvier leurs peines, une justice qualifiée d' »expéditive » par des ONG de défense des droits humains.

Depuis le début du mouvement de contestation, 14 personnes ont été condamnées à mort en lien avec les manifestations, selon un décompte de l’AFP basé sur des informations officielles. Parmi elles, quatre ont été exécutées, deux ont vu leur peine confirmée par la Cour suprême, six attendent de nouveaux procès et deux autres peuvent faire appel.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.