La France ne prévoit pas de suspendre ses aides à l’UNRWA
Rechercher

La France ne prévoit pas de suspendre ses aides à l’UNRWA

Suite aux accusations faisant entre autres état d’une mauvaise gestion au sein de l’UNRWA, la Belgique, les Pays-Bas et la Suisse ont suspendu leurs aides financières

Des écoliers palestiniens chantent des slogans et font le signe de la victoire devant le drapeau de l'ONU lors d'une manifestation organisée le 5 septembre 2018 dans le camp de réfugiés d'Arroub, près de Hébron, en Cisjordanie, dans une école financée par les États-Unis, qui a été construite sous les auspices de l'UNRWA. (Crédit : AFP PHOTO / HAZEM BADER)
Des écoliers palestiniens chantent des slogans et font le signe de la victoire devant le drapeau de l'ONU lors d'une manifestation organisée le 5 septembre 2018 dans le camp de réfugiés d'Arroub, près de Hébron, en Cisjordanie, dans une école financée par les États-Unis, qui a été construite sous les auspices de l'UNRWA. (Crédit : AFP PHOTO / HAZEM BADER)

Ces derniers jours, suite aux accusations faisant état d’une mauvaise gestion et d’abus d’autorité au sein de l’UNRWA, l’Agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens, la Belgique, les Pays-Bas et la Suisse ont suspendu leurs aides financières à cet organe. L’an dernier, les Etats-Unis avaient également mis un terme à leurs aides financières, provoquant une crise sans précédent au sein de l’institution.

La décision des trois pays européens fait suite à la publication d’un rapport interne sur l’éthique, qui aurait mis en évidence des mauvaises pratiques et des abus d’autorité au plus haut niveau de l’agence des Nations unies pour les réfugiés palestiniens.

Les accusations formulées dans le rapport confidentiel du Département d’éthique de l’agence sont actuellement examinées par des enquêteurs des Nations unies.

Interrogé à ce sujet, le ministère des Affaires étrangères français explique que « la France réitère sa confiance au Secrétaire général des Nations unies, notamment concernant les décisions qui suivront les résultats de l’enquête ».

« L’UNRWA, dont les services bénéficient à plus de cinq millions de personnes, contribue depuis 70 ans à assurer les conditions de vie et de dignité minimales aux réfugiés palestiniens du Moyen-Orient. A ce titre, elle participe au soutien des pays d’accueil et concourt à la stabilité régionale », ajoute le ministère.

« Au-delà des enjeux humanitaires, l’avenir des réfugiés est une des questions centrales du règlement du conflit israélo-palestinien. C’est dans cet objectif que la France a constamment marqué son soutien à l’UNRWA et augmenté ses contributions en 2018 et en 2019 pour atteindre 20 millions d’euros, afin de lui permettre de poursuivre ses missions. Il est essentiel que la communauté internationale dans son ensemble se mobilise pour trouver des réponses concrètes et durables aux difficultés financières de l’UNRWA. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...