La Jordanie défend un accord de gaz avec Israël
Rechercher

La Jordanie défend un accord de gaz avec Israël

Des centaines de Jordaniens ont manifesté vendredi à Amman contre "l'importation du gaz de l'ennemi sioniste"

Les Jordaniens manifestent à Amman contre l'accord du gouvernement visant à importer du gaz naturel en provenance d'Israël, le 30 septembre 2016. (Crédit : Ahmad Alameen / AFP)
Les Jordaniens manifestent à Amman contre l'accord du gouvernement visant à importer du gaz naturel en provenance d'Israël, le 30 septembre 2016. (Crédit : Ahmad Alameen / AFP)

La Jordanie a affirmé lundi qu’elle ne sera pas « dépendante » d’Israël après la conclusion d’un accord de fourniture de gaz de Méditerranée accueilli avec hostilité par de nombreux Jordaniens.

« Nous ne serons pas dépendants d’Israël comment certains le croient », a assuré Mohamed Momani, ministre de l’Information et porte-parole du gouvernement dans une déclaration à la télévision. Il a affirmé que l’accord avec l’Etat hébreu allait réduire de 600 millions de dollars par an la facture énergétique du royaume.

Il est « trop simpliste de dire que la conclusion d’un tel accord signifie que le royaume appuie l’occupation israélienne » des territoires palestiniens, a ajouté M. Momani. Il a rappelé que les deux pays voisins étaient « liés par un traité de paix » signé en 1994 et avaient « des relations commerciales ».

Un consortium américano-israélien développant les réserves israéliennes de gaz en mer Méditerranée a annoncé la semaine dernière la signature d’un premier accord de fourniture de gaz à la Jordanie à partir du gisement de Leviathan.

Selon l’Américain Noble, principal partenaire du consortium, l’accord signé avec la National Electric Power Company of Jordan (NEPCO) porte sur 8,4 millions de m3 de gaz par jour sur une période de 15 ans, avec une option de 1,4 million de m3 supplémentaires.

Vendredi, des centaines de personnes avaient manifesté dans le centre d’Amman contre « l’importation du gaz de l’ennemi sioniste » à l’appel de syndicats professionnels et partis politiques réclamant aussi l’annulation du traité de paix avec Israël.

« Le peuple jordanien est libre, le gaz des sionistes est une honte », ont scandé les manifestants.

En Jordanie, où la moitié de la population est d’origine palestinienne, l’opinion publique reste majoritairement hostile à toute normalisation avec l’Etat hébreu, en dépit de l’accord de paix liant les deux pays.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...