La loi pour légaliser 66 avant-postes passe la première étape à la Knesset
Rechercher

La loi pour légaliser 66 avant-postes passe la première étape à la Knesset

La lecture préliminaire du projet de loi controversé a été adopté par 61 voix contre 47 à la Knesset

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Une carte montrant l'entrée nord du village d'Al-Bireh, au centre de la Cisjordanie, que les dirigeants des implantations veulent sceller en réponse aux récentes attaques terroristes. L'entrée est marquée en rouge, al-Bireh est marquée en bleu clair, la route menant à l'avant-poste de Givat Assaf que les dirigeants des implantations veulent proche du trafic palestinien est marquée en bleu foncé, Givat Assaf est en rose et Beit El est en vert. (Autorisation)
Une carte montrant l'entrée nord du village d'Al-Bireh, au centre de la Cisjordanie, que les dirigeants des implantations veulent sceller en réponse aux récentes attaques terroristes. L'entrée est marquée en rouge, al-Bireh est marquée en bleu clair, la route menant à l'avant-poste de Givat Assaf que les dirigeants des implantations veulent proche du trafic palestinien est marquée en bleu foncé, Givat Assaf est en rose et Beit El est en vert. (Autorisation)

La loi qui vise à légaliser 66 implantations israéliennes construites en Cisjordanie est passée en lecture préliminaire mercredi à la Knesset.

Dans un vote à 61 voix contre 47, la Knesset a fait avancer un projet de loi qui empêchera la destruction de ces avant-postes illégaux et leur garantira un accès complet aux services gouvernementaux.

La loi, également connue comme la Loi dite de Régulation 2, doit encore passer par trois autres lectures pour avoir force de loi, mais avec le feu vert du Comité ministériel de Législation pour le projet dimanche, les membres de la coalition sont obligés de le soutenir dans toutes les prochaines lectures à la Knesset.

Le Bureau du Procureur général s’est fermement opposé à la loi, déclarant qu’elle soulevait des problèmes légaux importants et pouvait avoir des répercussions internationales.

« Nous sommes engagés dans le développement des implantations et ainsi, avec l’aide de Dieu, nos ennemis comprendront que le terrorisme ne nous affaiblira pas, mais cela nous renforcera nous et notre place en Terre d’Israël », a déclaré pour sa part le député controversé de HaBayit HaYehudi, Bezalel Smotrich, dans un tweet pour se féliciter du vote.

Bezalel Smotrich, député du parti HaBayit HaYehudi, pendant la conférence de l’Union nationale à Jérusalem, le 12 septembre 2017. (Crédit : Hillel Meir et Or Alexenberg)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...