La Maison Blanche “très préoccupée” par les tensions sur le mont du Temple
Rechercher

La Maison Blanche “très préoccupée” par les tensions sur le mont du Temple

L'administration Trump exhorte Israël et la Jordanie à réduire les tensions et à trouver un moyen de maintenir la sécurité et le statu quo sur le site

Fidèles musulmans devant la porte des Lions, à l'entrée du mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 19 juillet 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Fidèles musulmans devant la porte des Lions, à l'entrée du mont du Temple, dans la Vieille Ville de Jérusalem, le 19 juillet 2017. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

La Maison Blanche se dit « très préoccupée » par les tensions actuelles sur le site du mont du Temple de Jérusalem, selon un communiqué de mardi dernier, exhortant notamment Israël et la Jordanie à rétablir le calme dans la région après des jours de violents affrontements.

Les fidèles musulmans protestent contre la décision d’Israël d’installer des détecteurs de métaux et d’autres mesures de sécurité aux entrées du lieu saint, à la suite d’un attentat terroriste mortel vendredi. Ils dénoncent de nouvelles mesures qui rompraient l’accord fragile concernant le site entre Jérusalem et Amman.

« Les États-Unis sont très préoccupés par les tensions entourant le Mont du Temple/Haram Al-Sharif, un site saint pour les juifs, les musulmans et les chrétiens, et appellent l’Etat d’Israël et le Royaume hachémite de Jordanie à faire un effort de bonne foi pour réduire les tensions et trouver une solution qui assure la sécurité publique et la sécurité du site, tout en maintenant le statu quo », a déclaré le service de presse de la Maison Blanche dans un bref communiqué.

Il a ajouté que Washington « continuerait à surveiller de près les développements de cette affaire ».

Ayman Safadi, le ministre jordanien des Affaires étrangères, à droite, avec son homologue allemand Sigmar Gabriel, à Amman, le 24 avril 2017. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)
Ayman Safadi, le ministre jordanien des Affaires étrangères, à droite, avec son homologue allemand Sigmar Gabriel, à Amman, le 24 avril 2017. (Crédit : Khalil Mazraawi/AFP)

Pour sa part, le ministre jordanien des affaires étrangères, Ayman Safadi, a déclaré que la clé pour rétablir le calme serait qu’Israël respecte le « statut historique et juridique » du site, selon l’agence de presse jordanienne officielle Petra.

Safadi a déclaré aux ambassadeurs d’Europe et d’Asie que la fin des tensions est entre les mains d’Israël, qui, selon lui, devrait rouvrir immédiatement le site, sans entraves.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...