La photo d’un otage avec le pirate de l’air égyptien devient virale
Rechercher

La photo d’un otage avec le pirate de l’air égyptien devient virale

Un britannique a envoyé la photo à ses amis lors de la prise d'otage de Chypre ; le pirate de l'air a été placé en détention provisoire

Benjamin Innes, 26 ans, avec le pirate de l'air d'EgyptAir, Seif Eldin Mustafa (à gauche) (Crédit : Capture d'écran Twitter)
Benjamin Innes, 26 ans, avec le pirate de l'air d'EgyptAir, Seif Eldin Mustafa (à gauche) (Crédit : Capture d'écran Twitter)

Dans un acte que certains pourraient décrire comme étant audacieux et d’autres incroyablement stupide, un homme britannique a pris une photo de lui avec le pirate de l’air du vol EgyptAir qui a été détourné à Chypre mardi.

Un Égyptien, qui a été identifié par les autorités comme étant Seif Eldin Mustafa, 58 ans, a détourné un vol interne d’EgyptAir en faisant croire qu’il portait une ceinture d’explosifs pour contraindre le pilote d’un Airbus A-320 de la compagnie nationale EgyptAir reliant Alexandrie au Caire de se diriger vers Chypre, à environ 500 km des côtes égyptiennes.

Le pirate de l’air a en particulier exigé que son ex-épouse, une Chypriote avec laquelle il a eu plusieurs enfants, vienne à l’aéroport pour qu’il lui remette une lettre.

Ont suivi six heures de tension sur l’aéroport de Larnaca (sud) pour les 55 passagers et les membres d’équipage qui ont été progressivement libérés.

Plus tard, il s’est rendu et a été placé en détention provisoire après la libération de tous les passagers et l’équipage qui sont tous sains et saufs après la prise d’otage qui a duré plusieurs longues heures.

Mais avant d’être libéré, un homme identifié par la presse anglaise comme étant Benjamin Innes, 26 ans, de Leeds avait demandé à une hôtesse de l’air de prendre une photo dans laquelle il peut être vu debout et souriant à côté du pirate de l’air, qui porte une ceinture explosive, qui plus tard s’est avéré être une fausse.

Selon le Daily Mail, Innes a envoyé la photo à ses amis via l’application WhatsApp sur son téléphone mobile avec le message suivant : « Vous savez que votre pote ne rigole pas. Mettez les info les gars !!! ».

Chris Tundogan, qui partage un appartement avec Innes, a déclaré au Daily Mail : « je ne sais pas pourquoi il a pris cette photo mais j’imagine qu’il s’est probablement porté volontaire pour la prendre car il n’a peur de rien du tout ».

Innes, qui a probablement pris la photo de l’Airbus 320 sur le tarmac à Chypre, était l’un des derniers otages à être libérés par le pirate de l’air.

Un airbus d'Egypt Air Airbus sur le tarmac de l'aéroport à Larnaca après qu'il ait été détourné vers Chypre le 29 mars 2016 (Crédit : AFP / STR)
Un airbus d’Egypt Air Airbus sur le tarmac de l’aéroport à Larnaca après qu’il ait été détourné vers Chypre le 29 mars 2016 (Crédit : AFP / STR)

Les autorités chypriotes ont rapidement indiqué qu’il ne s’agissait pas d’un cas « terroriste » mais de « l’action individuelle d’une personne psychologiquement instable ».

« Dès le début, il était clair que cela n’était pas un acte de terrorisme, et en dépit du fait que l’individu semblait être dangereux en raison de son comportement, nous avons compris que cela était une personne psychologiquement instable », a déclaré le ministre des Affaires étrangères de Chypre Ioannis Kasoulides aux journalistes.

Ses demandes n’étaient « pas assez logiques pour être prises au sérieux », a ajouté Kasoulides.

Il a indiqué que l’homme a d’abord demandé à parler à son ex-femme chypriote, que la police a amenée à l’aéroport.

« Après cela, il a commencé à demander aux représentants de l’Union européenne de donner des garanties sur des questions qui n’avaient aucun fondement logique », a déclaré Kasoulides.

A un moment, le pirate a demandé la libération des femmes détenues dans les prisons égyptiennes, mais il a ensuite laissé tomber la demande et en a fait d’autres.

« Ses demandes n’avaient aucun sens ou étaient trop incohérentes pour être prises au sérieuses », a poursuivi le ministre, ajoutant que le contenu de la lettre que le pirate voulait donner à son ex-femme « était aussi incohérent ».

Le ministère de l’Intérieur de l’Egypte a indiqué que le pirate de l’air a un casier judiciaire pour des inculpations dont falsification de document, vol et possession de drogue. Il avait également fait de la prison.

Un avion envoyé par le gouvernement égyptien a ramené en soirée une partie des passagers du vol à l’aéroport du Caire. 

Les fouilles menées après le détournement ont montré qu’il n’y avait aucun explosif dans l’avion comme sur l’homme. 

Cependant, l’incident était de nature à renouveler les inquiétudes au sujet de la sécurité dans les aéroports égyptiens quelques mois après qu’un avion russe ait été abattu au-dessus de la péninsule du Sinaï dans un attentat revendiqué par le groupe Etat islamique.

Au lendemain de la prise d’otage, un tribunal chypriote a placé en détention provisoire pour huit jours le pirate de l’air.

Ces huit jours vont permettre à la police d’enquêter sur ce détournement d’avion qui a connu une issue heureuse pour les 55 passagers et les membres d’équipage, libérés sains et saufs.

La police a indiqué au tribunal que Seif al-Din Mohamed Mostafa, 58 ans, pourrait être inculpé pour détournement, enlèvement de personnes avec le but de les conduire vers une destination inconnue, comportement menaçant et d’autres actes qui violent la loi antiterroriste.

L’Egyptien n’a pas été interrogé par le tribunal mais il a fait le « v » de la victoire devant les journalistes à l’issue de l’audience, alors qu’il partait dans une voiture de police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...