La police accuse 7 personnes de trafic d’êtres humains et de proxénétisme
Rechercher

La police accuse 7 personnes de trafic d’êtres humains et de proxénétisme

L'acte d'accusation indique que les accusés ont travaillé avec des intermédiaires en Russie et en Ukraine pour amener des femmes en Israël pour les livrer à la prostitution

La police fait une descente dans une maison close dont les propriétaires sont soupçonnés de trafic d'êtres humains le 28 août 2018. (Police d'Israël)
La police fait une descente dans une maison close dont les propriétaires sont soupçonnés de trafic d'êtres humains le 28 août 2018. (Police d'Israël)

Des actes d’accusation ont été déposés devant le tribunal de district de Jérusalem mardi contre sept personnes accusées de trafic d’êtres humains et d’exploitation d’un réseau de prostitution.

L’acte d’accusation indique qu’entre avril et août 2018, les sept inculpés ont fait venir en Israël des femmes d’Europe de l’Est pour travailler comme prostituées dans huit maisons closes du pays.

Parmi les inculpés figurent un couple, Zarina et Vladimir Belov, ainsi que leur fils Oleg Goldin. Ils sont accusés de diriger un réseau de prostitution dans des appartements à Jérusalem, Haïfa et Ashkelon, et de faire venir des femmes en Israël.

La prostitution est légale en Israël, mais le proxénétisme, les maisons closes et le trafic sont interdits.

Les accusés auraient travaillé avec un contact en Russie et un autre en Ukraine, qui recevaient un paiement hebdomadaire de 200 à 250 dollars pour chaque femme qu’ils envoyaient en Israël.

Les femmes étaient reçues en Israël et envoyées dans l’une des maisons closes, selon l’acte d’accusation. Les prostituées facturaient 400 shekels (100 euros) par client et en versaient la moitié à Zarina Belov et à une autre suspect, Maya Aniyev.

Deux autres personnes ont été accusées du transport des femmes à destination et en provenance des maisons closes, et une autre a été accusée de la gestion quotidienne de ces maisons closes.

Au total, 11 femmes ont été introduites en Israël par le réseau, selon l’acte d’accusation.

Les accusés ont été arrêtés à la fin du mois d’août, à l’issue d’une enquête qui a duré des mois dans différents endroits du pays.

La police a perquisitionné des appartements à Jérusalem, Haïfa et Ashkelon qui servaient de maisons closes et a trouvé d’importantes sommes d’argent, des téléphones portables, des passeports et d’autres documents.

Ils ont également perquisitionné la maison des Belov.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...