La police argentine déjoue une attaque néo-nazie contre une synagogue
Rechercher

La police argentine déjoue une attaque néo-nazie contre une synagogue

Les agents ont affirmé que le groupe planifiait une attaque pendant Shabbat ; des armes à feu, des couteaux, du matériel de radiocommunication et des livres nazis ont été saisis

La police a saisi des livres nazis, des armes et d'autres objets lors d'un raid à Tucuman, en Argentine. (Crédit : Procureur fédéral n°2 de Tucuman via JTA)
La police a saisi des livres nazis, des armes et d'autres objets lors d'un raid à Tucuman, en Argentine. (Crédit : Procureur fédéral n°2 de Tucuman via JTA)

La police a arrêté deux individus qui, selon les autorités, avaient planifié une attaque fin avril contre une synagogue argentine.

La justice fédérale du pays enquêtait sur un groupuscule baptisé « Goy Group Unleashed », selon le Centre Simon Wiesenthal, lorsque les procureurs ont trouvé des preuves sur les services de messagerie Telegram et WhatsApp selon lesquelles une attaque imminente était prévue pendant Shabbat dans la province de Tucuman, dans le nord de l’Argentine.

La police a ordonné des interpellations dans la capitale de la province, San Miguel de Tucuman, et dans une petite ville, El Manantial. Outre les deux arrestations, les agents ont retrouvé des armes à feu, des couteaux, du matériel de radiocommunication et des ouvrages nazis.

« Que deux membres du groupe aient décidé de s’engager dans des attaques violentes contre la communauté juive est une étape inquiétante, alors que la menace en Amérique latine venait, jusqu’à présent, de l’extrême gauche et de l’islamisme et de l’Iran », a déclaré lundi dernier dans un communiqué Shimon Samuels, directeur des relations internationales du Centre Wiesenthal.

Les incidents antisémites sont rarement de nature physique en Argentine – la plupart se font en ligne ou par des graffitis – mais trois violents ont été dénombrés en 2019. Le nombre total d’incidents antisémites a augmenté de 107 % en 2018 par rapport à l’année précédente, selon un rapport du groupe juif DAIA.

Le dirigeant de DAIA vit sous protection policière depuis février, quand il a reçu des menaces antisémites.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...