Israël en guerre - Jour 292

Rechercher

La police d’une ville du Michigan en état d’alerte après un article du WSJ

La presence des policiers à Dearborn a été renforcée dans les lieux de culte et les principaux sites suite à l'article intitulé "Bienvenue à Dearborn, capitale américaine du djihad"

Une manifestation anti-Israël pendant la guerre entre Israël et le Hamas, à Dearborn, dans le Michigan, le 14 octobre 2023. (Crédit : Jeff Kowalsky/AFP)
Une manifestation anti-Israël pendant la guerre entre Israël et le Hamas, à Dearborn, dans le Michigan, le 14 octobre 2023. (Crédit : Jeff Kowalsky/AFP)

Le maire de Dearborn, dans le Michigan, a déclaré dimanche que les policiers de la ville renforçaient leur présence dans les lieux de culte et les principaux points d’infrastructure à la suite d’un article paru dans le Wall Street Journal qu’il a qualifié de « sectaire » et « d’islamophobe ».

Le Wall Street Journal a publié vendredi un article intitulé « Welcome to Dearborn, America’s Jihad Capital » (« Bienvenue à Dearborn, capitale américaine du djihad »).

Le maire de la ville et les défenseurs des droits du Council on American-Islamic Relations (CAIR) et de l’Arab American Anti-Discrimination Committee ont condamné l’article en le qualifiant d’anti-arabe et de raciste pour avoir suggéré que les habitants de la ville, dont des chefs religieux et des hommes politiques, soutenaient le groupe terroriste palestinien du Hamas et l’extrémisme.

« Imprudent. Sectaire. Islamophobe », a déclaré le maire de Dearborn, Abdullah Hammoud, à propos de l’article du Wall Street Journal rédigé par Steven Stalinsky, directeur exécutif de l’Institut de recherche sur les médias du Moyen-Orient (MEMRI).

Après les attentats du 7 octobre, Nihad Awad, fondateur et directeur exécutif du CAIR, avait déclaré qu’il était « heureux » de voir les habitants de Gaza « briser le siège » lorsque des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont fait irruption à la frontière de l’enclave avec Israël, ont massacré 1 200 personnes et en ont pris 253 en otage.

« Oui, j’ai été heureux de voir des gens briser le siège et jeter les chaînes de leur propre pays, et marcher librement sur leur terre, où ils n’étaient pas autorisés à marcher », avait affirmé Awad.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.