La population de vautours fauves d’Israël atteint son plus haut niveau en 8 ans
Rechercher

La population de vautours fauves d’Israël atteint son plus haut niveau en 8 ans

Un peu plus d'un an après l'empoisonnement de 8 de ces oiseaux, la population reste en danger et concentrée dans deux seules régions du pays, avec une reproduction naturelle lente

Un Vautour fauve. (Yosef Avgana, Direction de la Nature et des Parcs d'Israël)
Un Vautour fauve. (Yosef Avgana, Direction de la Nature et des Parcs d'Israël)

Le nombre de vautours fauves en Israël est à son plus haut niveau depuis huit ans, bien que la population soit toujours en danger, a rapporté mardi la Direction de la Nature et des Parcs d’Israël (INPA).

Les gardes forestiers ont compté 206 oiseaux en juin, contre 146 à l’été 2012, un chiffre qui était alors dangereusement bas.

Les vautours sont comptés en hiver et au printemps sur les sites de nidification et d’alimentation, dans le cadre d’un projet spécial nommé « Spreading Wings ». En hiver 2012, les chiffres étaient encore plus bas : 110, contre 184 en février 2020.

Cette année, 48 sites de nidification ont été recensés, contre 33 seulement il y a huit ans.

Un vautour fauve en captivité avec un œuf. (Yigal Miller, Direction de la Nature et des Parcs d’Israël)

La population de vautours est encore relativement faible et menacée, en partie parce qu’elle est concentrée dans seulement deux zones – les montagnes du Néguev au sud d’Israël et les montagnes du Carmel au nord. Seuls quelques spécimens ont été repérés sur le plateau du Golan.

La reproduction est lente. Les femelles n’atteignent la maturité sexuelle qu’à cinq ans et n’élèvent qu’un seul poussin par an.

L’INPA travaille avec diverses organisations pour minimiser les perturbations causées aux vautours. Par exemple, il a été demandé à l’Autorité aéroportuaire d’Israël de veiller à ce que les avions ne survolent pas trop bas les zones de nidification des oiseaux prédateurs.

La semaine dernière, six poussins de vautours sont morts en tombant au sol en Croatie après qu’un hélicoptère soit passé trop près de leur nid.

Les vautours représentent une partie importante de l’écosystème car ils mangent des charognes, ce qui contribue à maintenir la propreté de l’environnement naturel.

Les carcasses de huit vautours retrouvées empoisonnées sur le plateau du Golan, le 10 mai 2019. (Crédit : Direction de la Nature et des Parcs d’Israël)

En mai de l’année dernière, huit vautours fauves avaient été retrouvés morts sur le plateau du Golan après avoir été empoisonnés.

Des oiseaux tels que les vautours fauves peuvent être observés confortablement chez soi grâce au projet Raptor Nestcam de la Société pour la protection de la nature en Israël, qui en est maintenant à sa cinquième année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...