La présence des femmes dans les commandos de Tsahal divise toujours
Rechercher

La présence des femmes dans les commandos de Tsahal divise toujours

Pour un ex-chef de Sayeret Matkal, les femmes dans la reconnaissance et les unités d'infanterie sont un atout ; pour un autre, la décision revient à l'armée et non au tribunal

Des soldats de la Brigade commando de Tsahal participent à un exercice d'entraînement à grande échelle en novembre 2018. (Armée israélienne)
Des soldats de la Brigade commando de Tsahal participent à un exercice d'entraînement à grande échelle en novembre 2018. (Armée israélienne)

Dimanche, un ancien commandant et son adjoint dans une unité de reconnaissance d’élite de l’armée israélienne ont soutenu la réclamation en justice des femmes qui veulent servir comme soldats de commando et dans des unités d’infanterie générale.

Selon un rapport de la radio de l’armée, le colonel « Het », qui pour des raisons de sécurité ne peut être identifié que par son grade et la première initiale hébraïque de son nom, a déclaré qu’il « pense que leur intégration apporterait une contribution aux opérations de l’unité Sayeret Matkal ».

Les commandants ont demandé à la Cour suprême de justice d’ordonner le recrutement de femmes dans les unités d’infanterie générale ainsi que dans la Sayeret Matkal.

En réponse, le général à la retraite Amiram Levin – qui à plusieurs reprises a dirigé le Commandement Nord de Tsahal, a commandé Sayeret Matkal et a été directeur adjoint de l’agence d’espionnage du Mossad – a attaqué les deux officiers, en disant à la radio de l’armée que la décision devait être prise par l’armée et non par le tribunal.

L’ancien chef du Commandement Nord de l’armée israélienne, Amiram Levin. (Crédit: Flash 90)

« Ces deux commandants ont trébuché. Ils doivent se taire. Seuls le chef d’état-major et les commandants peuvent décider s’ils veulent des femmes. Toute cette discussion – elle se terminera par la pendaison de nos guerriers. La Cour Suprême n’a pas le droit d’en discuter », a déclaré Levin.

Les femmes occupent divers rôles au sein de Tsahal, souvent aux côtés de leurs homologues masculins. Il existe également des unités de combat mixtes entièrement intégrées, comme les bataillons Caracal et Bardelas, qui sont chargés de protéger la frontière d’Israël avec l’Égypte et la Jordanie, respectivement.

Par le passé, l’armée a insisté sur le fait qu’elle permettait à davantage de femmes de servir dans des postes de combat pour des raisons pratiques, et non pas en raison d’un programme social, en disant qu’elle avait besoin de toute la main-d’œuvre féminine et humaine disponible.

Les critiques de l’intégration du genre dans l’armée la décrivent souvent comme une expérience sociale dangereuse avec des répercussions possibles sur la sécurité nationale, tandis que les défenseurs la considèrent généralement comme une mesure nécessaire depuis longtemps, qui a déjà été mise en œuvre dans de nombreux pays occidentaux.

Les détracteurs notent que certaines exigences pour les femmes soldats de combat ont été abaissées – ce qui, selon eux, est un signe que l’efficacité est sacrifiée – et que les femmes militaires souffrent de traumatismes liés au stress à un taux plus élevé.

En janvier, l’armée israélienne a annoncé qu’elle relançait son programme pilote pour permettre aux femmes de servir dans les chars, revenant sur sa décision de geler l’essai l’année dernière et l’élargissant pour inclure certains déploiements réels.

Un groupe de femmes soldats participe à un exercice d’entraînement dans le cadre de la formation des commandants de chars, sur une photographie non datée. (Armée israélienne)

En février, la Cour suprême de justice a rejeté un procès qui demandait à l’armée d’autoriser les femmes à servir dans les chars d’assaut, estimant que le programme élargi de chars d’assaut rendait ce procès inutile.

Dans une pétition déposée début janvier, Osnat Levy et Noga Shina avaient affirmé que le refus de l’armée de les laisser servir comme conductrices de chars était une violation de l’égalité des droits. Un procès similaire a été intenté par Or Abramson et Maayan Halberstadt, toutes deux âgées de 19 ans, demandant la possibilité d’essayer au moins de servir dans les chars.

Le nouveau programme pilote fixera des exigences de poids et de taille plus élevées pour les femmes qui veulent servir dans le Corps de blindés. Une décision finale sur l’avenir du service féminin dans les unités de chars devrait être prise après la fin du programme pilote en 2022.

Judah Ari Gross a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...