Israël en guerre - Jour 198

Rechercher

La réforme judiciaire « éviscérerait » l’équilibre des pouvoirs – mouvement Massorti

Se joignant à d'autres, les dirigeants du mouvement conservateur, en faveur de l'appel du compromis de Herzog à geler la législation et à dialoguer sur la réforme

Judah Ari Gross est le correspondant du Times of Israël pour les sujets religieux et les affaires de la Diaspora.

Des manifestants se rassemblent sur une autoroute à Tel Aviv pour protester contre la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, le 18 février 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)
Des manifestants se rassemblent sur une autoroute à Tel Aviv pour protester contre la refonte du système judiciaire prévue par le gouvernement israélien, le 18 février 2023. (Crédit : Ahmad Gharabli/AFP)

Le mouvement Massorti international a demandé dimanche au gouvernement de suspendre son projet de réforme du système judiciaire, soulignant que certains éléments de ce projet risquaient « d’éviscérer » le système d’équilibre des pouvoirs du pays.

Les dirigeants du mouvement, qui représentent quelque 2 millions de Juifs conservateurs à travers le monde, ont fait savoir qu’ils soutenaient l’initiative du président Isaac Herzog de geler le processus législatif en cours et de réunir des représentants du gouvernement et de l’opposition afin de mener des négociations sur la réforme judiciaire proposée.

« Nous comprenons le caractère extraordinaire que revêt cet appel lancé par un mouvement international représentant plus de 2 millions de juifs de la diaspora concernant une question de politique intérieure israélienne. Mais notre amour pour Israël nous oblige à agir, comme cela a été le cas pour chaque crise à laquelle l’État d’Israël a été confronté dans le passé », a déclaré l’organisation faîtière.

Les dirigeants du parti Massorti se sont joints à un certain nombre d’autres grands groupes juifs internationaux pour appeler à la tenue de négociations sur la réforme judiciaire en raison des divisions croissantes au sein de la société israélienne autour du projet de réforme radicale du gouvernement, qui modifierait radicalement l’équilibre des pouvoirs au sein du gouvernement en dépouillant le pouvoir judiciaire de presque tous ses pouvoirs et de son indépendance.

La semaine dernière, le mouvement sioniste religieux World Mizrachi, majoritairement de droite, a également appelé les partis politiques israéliens à se réunir afin de négocier une réforme judiciaire, se disant « profondément alarmé et préoccupé par les divisions et le ton vitriolique » qui entourent les propositions actuelles de refonte du système judiciaire.

World Mizrachi, un mouvement orthodoxe, a souligné la nécessité de parvenir à un « consensus global » avant d’apporter des modifications structurelles majeures au système gouvernemental israélien, rappelant les cicatrices durables laissées par le passé lorsque « des changements controversés majeurs ont été apportés par le gouvernement, tels que les accords d’Oslo et le désengagement de Gaza… avec la plus mince des majorités et d’une manière telle que près de la moitié des citoyens d’Israël ont été contraints à quelque chose qu’ils considéraient comme catastrophique ».

« Il faut tirer les enseignements des actes du passé pour s’assurer qu’un changement positif et durable puisse avoir lieu de manière à ce que le tissu interne d’Israël soit renforcé et non, Dieu nous en préserve, menacé », a-t-il ajouté dans un communiqué.

La semaine dernière, l’Anti-Defamation League (ADL), basée aux États-Unis, a également appelé à des négociations sur les réformes judiciaires.

« Nous implorons toutes les parties de faire preuve de sens des responsabilités et d’éviter toute rhétorique incendiaire », a déclaré l’ADL. « À une époque où l’antisémitisme augmente dans le monde entier, le peuple juif ne peut pas se permettre une telle acrimonie et une telle division. Nous exhortons toutes les parties en Israël et en Diaspora à rester engagées en faveur d’un compromis raisonnable et d’un discours constructif. »

Dans son communiqué de dimanche, le mouvement Massorti s’est prononcé spécifiquement contre un projet permettant à la Knesset d’annuler une décision de la Cour suprême par 61 voix, affirmant que cela « anéantirait l’équilibre déjà fragile des pouvoirs entre les branches du gouvernement d’Israël ».

Le groupe a averti qu’en allant de l’avant avec le projet de réforme judiciaire, il lui serait plus difficile de défendre Israël à l’étranger.

« L’affaiblissement du système judiciaire israélien, qui jouit d’une excellente réputation, saperait le message que nous avons promu avec fierté et succès pendant des dizaines d’années partout dans le monde, selon lequel Israël est à la fois un État juif et un État démocratique », indique la lettre.

La lettre a été signée par l’Assemblée rabbinique du mouvement conservateur, la Women’s League for Conservative Judaism, Cantors Assembly, Seminario Rabínico Latinoamericano, Marom Olami, Masorti Olami, Mercaz USA, Schechter Institutes, Inc, Masorti Foundation, Jewish Educators Assembly et North American Association of Synagogue Executives.

Alors qu’il se montrait autrefois réticent à s’exprimer sur les questions de politique intérieure israélienne, le mouvement Massorti international se montre de plus en plus critique à l’égard du gouvernement actuel. Peu après l’élection, le mouvement a demandé au Premier ministre Benjamin Netanyahu de ne pas donner à Itamar Ben Gvir, un politicien d’extrême droite, un poste de ministre, en raison du passé judiciaire douteux de ce dernier et de son soutien au terrorisme juif. Ben Gvir a été nommé ministre de la Sécurité nationale, ce qui lui confère la responsabilité de la police.

 

 

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.