Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

La représentante de l’ONU sur les violences sexuelles appelle à enquêter sur le 7 octobre

"Toutes les informations atroces faisant état de violences sexuelles qui auraient été commises le 7 octobre doivent faire l'objet d'une enquête rapide et rigoureuse", a exhorté Pramila Patten

Pramila Patten, représentante spéciale de l’ONU chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit. (Crédit : Bureau de la représentante spéciale du Secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits/ONU)
Pramila Patten, représentante spéciale de l’ONU chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit. (Crédit : Bureau de la représentante spéciale du Secrétaire général sur la violence sexuelle dans les conflits/ONU)

Pramila Patten, représentante spéciale de l’ONU chargée de la question des violences sexuelles commises en période de conflit, a publié jeudi 21 décembre un communiqué demandant la libération immédiate des otages de Gaza, en particulier des 15 femmes toujours détenues. Elle a aussi appelé à une enquête indépendante sur les violences du 7 octobre, notamment sexuelles, commises par le Hamas.

Plus tôt dans la semaine, elle avait rencontré la mère d’une des jeunes femmes otages.

« Elle a partagé avec moi la douleur, le sentiment de désespoir et d’impuissance auxquels les familles sont confrontées en attendant le retour de leurs proches. Le bilan de cette guerre sur les civils innocents, des deux côtés, est trop élevé et doit prendre fin », a plaidé la représentante spéciale.

« Nous savons que dans des circonstances d’enlèvement ou de détention, les femmes se trouvent dans une situation particulièrement difficile. Elles courent un risque accru de différentes formes de violence, y compris des violences sexuelles. C’est pourquoi j’appelle le Hamas à libérer immédiatement et sans conditions les otages restants, en particulier les 15 femmes », a-t-elle ajouté.

Pramila Patten exhorte ainsi « les États, les organisations non gouvernementales, les chefs religieux et les associations de défense des femmes et des droits de l’homme » à se joindre à elle.

Rappelant que toutes les formes de violence sexuelle et de prise d’otages sont strictement interdites par le droit international humanitaire et le droit international des droits de l’homme, « en conséquence, toutes les informations atroces faisant état de violences sexuelles qui auraient été commises par le Hamas le 7 octobre doivent faire l’objet d’une enquête rapide et rigoureuse ». La haute responsable a aussi souligné que les Nations unies réaffirmaient se tenir prêtes à enquêter de manière indépendante sur toutes ces violations.

Alors que différentes initiatives ont commencé à se mettre en place en Israël pour documenter les actes de violences sexuelles le 7 octobre, Pramila Patten a indiqué que ce travail servirait de base importante pour de telles enquêtes officielles et pour établir les responsabilités judiciaires à l’avenir.

« Dans l’attente de ces enquêtes, nous sonnons l’alarme sans attendre et déclarons sans équivoque que la violence sexuelle ne devrait jamais, sous aucune circonstance, être utilisée comme tactique de guerre ou de terreur. L’absence de reconnaissance et d’enquête sur ces crimes est le signe le plus moyen que les violations se poursuivent », a-t-elle écrit.

Elle s’est aussi vivement inquiétée du « cauchemar humanitaire sans précédent à Gaza » et a réitéré l’appel du secrétaire général des Nations unies à un cessez-le-feu humanitaire immédiat, une aide humanitaire urgente à Gaza et une protection de la population civile.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.