Israël en guerre - Jour 229

Rechercher

La Turquie cesse d’importer du pétrole du Kurdistan d’Irak – ministère irakien

Cette mesure intervient après que le tribunal arbitral de la Chambre de commerce internationale à Paris a donné raison à Bagdad dans un contentieux qui l'oppose à la Turquie

Un puits de pétrole. (Crédit : Wikimedia Commons)
Un puits de pétrole. (Crédit : Wikimedia Commons)

La Turquie a cessé samedi d’importer du pétrole depuis la région autonome du Kurdistan irakien, après une décision d’un tribunal international en faveur du gouvernement fédéral à Bagdad, a-t-on appris auprès du ministère irakien du Pétrole.

Le dossier du pétrole empoisonne depuis de longues années les relations entre les autorités de Bagdad et celles du Kurdistan d’Irak.

« La Turquie a informé les autorités du Kurdistan d’Irak de l’arrêt des importations », a déclaré à l’AFP Assem Jihad, porte-parole du ministère.

L’arrêt du pompage est intervenu samedi à 12h35 (9h35 GMT) a rapporté, de son côté, le bureau irakien chargé des exportations de pétrole au port turc de Ceyhan dans un document dont l’authenticité a été confirmée par M. Jihad.

Les autorités turques n’avaient pas commenté ces affirmations dans l’immédiat.

Cette mesure intervient après que le tribunal arbitral de la Chambre de commerce internationale à Paris a donné raison à Bagdad dans un contentieux qui l’oppose à la Turquie sur les exportations de pétrole du Kurdistan irakien.

En 2014, Bagdad avait intenté une procédure contre son voisin turc suite à l’annonce d’Ankara d’importer du pétrole depuis cette région autonome du nord de l’Irak pour l’acheminer jusqu’au port de Ceyhan.

Le gouvernement irakien était fermement opposé à la décision turque, estimant être le gestionnaire exclusif de ce pétrole et des revenus qui en découlent.

Faisant fi de l’opposition de Bagdad, Erbil, capitale de la région autonome, s’est mis à exporter vers la Turquie. Aujourd’hui, ses exportations totales via la Turquie se montent à environ 450 000 barils par jour (bpj).

Or, selon le ministère irakien du Pétrole dans un communiqué, le tribunal arbitral siégeant à Paris a affirmé que Bagdad, « par l’intermédiaire de l’entreprise pétrolière d’Etat Somo, est la seule entité autorisée à gérer les exportations via le port turc de Ceyhan ».

Le jugement, communiqué jeudi soir à Bagdad, n’était pas disponible dans l’immédiat.

« Une équipe du gouvernement régional du Kurdistan va se rendre à Bagdad demain (dimanche) pour discuter » du sujet, a assuré sur Twitter Masrour Barzani, Premier ministre du Kurdistan d’Irak.

Erbil estime que le gouvernement central cherche à faire main basse sur les richesses de ses sous-sols. Bagdad, de son côté, veut avoir son mot à dire dans l’exploitation des hydrocarbures sur la totalité du territoire irakien.

Deuxième pays de l’Opep, l’Irak exporte en moyenne 3,3 millions de barils de brut par jour.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.