La TV publique néerlandaise accusée d’antisémitisme après une parodie de « Toy »
Rechercher

La TV publique néerlandaise accusée d’antisémitisme après une parodie de « Toy »

Le sketch critique Israël pour son traitement des Palestiniens et poursuit par des clichés antisémites sur les Juifs

Une parodie hollandaise de la chanson gagnante de l'Eurovision israélienne "Toy", accusée d'antisémitisme (Capture d’écran / YouTube)
Une parodie hollandaise de la chanson gagnante de l'Eurovision israélienne "Toy", accusée d'antisémitisme (Capture d’écran / YouTube)

AMSTERDAM – Une émission de télévision diffusée sur une chaîne financée par l’Etat hollandais a parodié la chanson israélienne de l’Eurovision, suscitant des protestations. Selon ses détracteurs, la parodie comptait des clichés antisémites sur les Juifs et l’argent.

La parodie de la chanson « Toy » de Netta Barzilai a été diffusée dimanche lors de la première diffusion d’une nouvelle émission de télévision, « The Sanne Wallis Show », sur la chaîne publique BNNVARA. Elle était présentée par la comédienne Sanne Wallis de Vries.

« Nous organisons une fête, vous venez ? C’est bientôt, à la mosquée Al-Aqsa, elle sera vide de toute façon », chantait l’artiste, devant des vidéos montrant des soldats israéliens tirant à balles réelles et blessant des émeutiers Palestiniens. La mosquée est le lieu de culte musulman le plus sacré de Jérusalem et est située sur le mont du Temple.

« Regardez comme c’est beau, je lance des bombes, Israël gagne à nouveau, il y a déjà 70 ans que la fête a commencé », indiquaient les paroles. « Pas question, aucun Palestinien ne rentre. » La chanteuse qui imitait Netta déclamait également : « Je traque les Palestiniens à travers les rideaux. »

Mais le couplet qui a déclenché des accusations d’antisémitisme est le suivant : « Si la fête retombe, assurez-vous de parier sur les ambassades, avec votre ka-ching, ka-ching et votre ping-a-ping, avec vos dollars et votre argent, avec ton ka-ching, ka-ching, ka-ching. »

Le Centre d’information et de documentation sur Israël, le CIDI, qui surveille l’antisémitisme et la propagande anti-israélienne aux Pays-Bas, a suggéré que le sketch colportait des clichés antisémites.

« Vous commencez avec Israël et finissez avec quoi ? Les Juifs et l’argent. Vous avez fait valoir votre point de vue, BNNVARA », a écrit le CIDI sur Twitter. Le groupe a également écrit que le sketch était « plein de blagues hilarantes sur les Juifs et l’argent et ainsi de suite. Si amusant. »

Lundi, la une du journal Telegraaf évoquait la parodie avec les mots « haine des juifs.

Sanne Wallis de Vries et BNNVARA n’ont pas répondu aux demandes d’interviews suite à l’accusation du CIDI et d’autres sur les réseaux sociaux.

Zev Edgar, un professionnel de l’événementiel habitant à Amsterdam, a accusé le sketch d’être « anti-israélien » et « dégoûtant », ajoutant qu’il s’agissait d’antisémitisme diffusé par une chaîne publique. Mariette Groenenboom, une enseignante d’Amsterdam, a déclaré qu’elle annulerait son abonnement à BNNVARA suite au sketch. L’utilisateur de Twitter Fedde Pruiksma a, pour sa part, encouragé Mme de Vries à « ne pas céder » sous la pression et à ne pas se laisser « museler ».

En 2012, le radiodiffuseur Vara, qui a fusionné avec BNN en 2014, a été accusé d’avoir diffusé des « appels au sang » lorsqu’il a diffusé une parodie d’un discours du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, manipulé de sorte à lui faire dire de manière transparente et réaliste : « Nous essayons de maximiser le nombre de victimes civiles. Nous préférons cela. »

Titrée « Netanyahu dit enfin la vérité », la vidéo se poursuivait avec Netanyahu affirmant : « Nous menons ces opérations chirurgicales contre des écoles, des mosquées, des hôpitaux, des enfants. C’est quelque chose que je n’ai pas à expliquer aux Américains. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...