La vague d’incendies en Israël – premier bilan en chiffres
Rechercher
Les dégâts à Haïfa seraient estimés à 120 millions de dollars

La vague d’incendies en Israël – premier bilan en chiffres

Depuis mardi, des dizaines de feux ont fait rage à travers Israël - la plupart d'entre eux petits, tandis que d'autres étaient massifs, comme celui qui a visé la ville portuaire de Haïfa

Des pompiers israéliens aident à éteindre un incendie dans la ville du nord de Haïfa le 24 novembre 2016. (Jack Guez / AFP)
Des pompiers israéliens aident à éteindre un incendie dans la ville du nord de Haïfa le 24 novembre 2016. (Jack Guez / AFP)

La météo – air sec, aucune pluie et des vents forts – n’aide pas à améliorer la situation, qualifiée de « catastrophe nationale » par le maire de la municipalité de Haifa, Yona Yahav.

Le service de secours de Magen David Adom rapporte qu’en tout, 133 personnes ont été blessées, dont une sérieusement, au cours de la vague d’incendies qui a balayé Israël ces derniers jours.

La municipalité de Haïfa a précisé que 1 784 logements avaient été touchés dans la ville par les incendies, dont 527 qui ont été complètement détruits dans la ville du nord, selon un Ynet.

Quelque 2 000 pompiers ont combattu les flammes, aux côtés de 450 soldats du Commandement de la Défense passive et de 69 soldats chypriotes.

Quatorze avions ont effectué quelque 480 sorties.

Plus de 1,5 million de tonnes d’agents ignifuges ont été utilisés pour combattre les flammes.

Les incendies qui sévissent à travers Israël ont fait plus de dégâts (matériels et environnementaux) que l’incendie qui avait dévasté le massif boisé du mont Carmel il y a 6 ans.

A l’époque, la pluie était tombée dans cette nuit de décembre 2010, permettant aux pompiers de venir à bout plus facilement des flammes, qui avaient détruit des millions d’arbres, ainsi que des dizaines d’habitations.

A firefighting aircraft pours water on a forest fire on Mount Carmel December 3, 2010. (photo credit: GILI YAARI / Flash 90)
Un canadair survolant au-dessus du mont Carmel, le 3 décembre 2010. (Crédit : GILI YAARI / Flash 90)

L’on pensait que l’incendie, qui avait alors tué 44 personnes, était le résultat d’un incendie criminel, mais l’enquête avait finalement conclu qu’un adolescent avait fumé dans les bois un narguilé sans s’être assuré d’avoir correctement éteint le charbon utilisé.

L’Autorité israélienne pour la Nature et les Parcs affirme que le territoire qui a brûlé ces derniers jours, correspond à plus de 2 994 hectares de parcs protégés, dont 1 133 hectares seulement à Haïfa, soit environ 30 % de plus que le territoire qui avait été décimé au Carmel en 2010.

La majeure partie du territoire brûlé comprend le parc national de Judean Hills, à l’extérieur de Jérusalem et la réserve naturelle de Kfir, selon Ynet.

Le ministère de la protection de l’Environnement a averti samedi de la forte pollution atmosphérique dans le sud d’Israël, en particulier dans la région d’Arava, la mer Morte et la station balnéaire de la mer Rouge à Eilat, a rapporté Ynet.

Le ministère a recommandé que quiconque souffrant de problèmes cardiaques et pulmonaires, les personnes âgées, les enfants et les femmes enceintes vivant dans ces zones, reste à l’intérieur.

Des niveaux plus faibles de pollution atmosphérique ont également été signalés dans le reste du pays, après des jours d’incendies qui ont saturé l’air de fumée épaisse à plusieurs endroits.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...