Rechercher

L’ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis rejoint la firme Exigent Capital

Le diplomate qui a négocié les Accords d'Abraham aidera les entreprises à trouver de nouveaux partenariats dans le Golfe et au-delà

Luke Tress est le vidéojournaliste et spécialiste des technologies du Times of Israël

Ron Dermer, ambassadeur d’Israël aux États-Unis, prend la parole lors d’un événement à Detroit, le 4 juin 2018. (Crédit : AP Photo/Paul Sancya)
Ron Dermer, ambassadeur d’Israël aux États-Unis, prend la parole lors d’un événement à Detroit, le 4 juin 2018. (Crédit : AP Photo/Paul Sancya)

L’ancien ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Ron Dermer, a rejoint la société d’investissement basée à Jérusalem, Exigent Capital Group.

Dermer rejoindra le cabinet en tant qu’associé et travaillera au développement de ses relations mondiales, notamment au Moyen-Orient, a annoncé mardi la société.

L’ancien ambassadeur avait pris part à la négociation des accords d’Abraham, ouvrant la voie à la normalisation des relations d’Israël avec les Émirats arabes unis et Bahreïn. Le Maroc et le Soudan leur avaient rapidement emboîté le pas.

À ce nouveau poste, Dermer mettre à profit son expertise et ses relations pour tirer parti des accords en tant qu’investisseur, estime Exigent.

Les accords d’Abraham ont été négociés par les États-Unis sous la présidence de Donald Trump et signés par Israël sous la magistrature de l’ex-Premier ministre, Benjamin Netanyahu. Dermer était alors considéré comme un proche confident de Netanyahu.

Les administrations américaine et israélienne ont, depuis, changé, laissant certaines parties prenantes du Golfe dans l’incertitude quant aux personnes à contacter, a indiqué Elie Brender, partenaire chez Exigent, qui a contribué à remettre un peu de la clarté.

Basée à Jérusalem, la société est essentiellement composée d’immigrants, notamment des États-Unis, ce qui en fait un point d’ancrage solide entre les deux pays aux yeux des partenaires du Golfe, précise Brender.

Dermer viendra renforcer cette capacité, ayant fait ses preuves sur la scène internationale, assure Brender.

Originaire de Floride, Dermer est diplômé de la Wharton School of Business de l’Université de Pennsylvanie et de l’Université d’Oxford.

Fondée en 2009, Exigent Capital se décrit comme une « maison d’investissement boutique » avec une « vision globale du monde ». La société a une approche multi-stratégie, investissant dans différentes classes d’actifs, zones géographiques et étapes de capital-risque. Son personnel comprend des spécialistes chevronnés d’institutions financières de premier plan, comme JP Morgan, Goldman Sachs, Merrill Lynch et Bank Leumi.

Ses initiatives comprennent des investissements dans le groupe américain de services financiers Cross River Bank et la société israélienne de dispositifs médicaux Insightec. Exigent a d’ailleurs aidé à restructurer Insightec et a présenté l’entreprise aux frères Koch, qui en ont fait leur premier investissement en Israël, précise Exigent.

Exigent était à l’origine un investisseur d’amorçage dans HighPost Capital, société américaine de capital-investissement appartenant à la famille Bezos. Elle dirige aujourd’hui le consortium de propriétaires de l’hôtel Waldorf Astoria Jérusalem, classé numéro 1 au Moyen-Orient.

« Nous voulons faire de Jérusalem une capitale financière mondiale », assure Brender, ajoutant que la société avait déjà facilité certaines transactions avec des alliés dans le Golfe. La société travaille avec des bureaux multi-familiaux et des particuliers fortunés à l’échelle internationale, a collaboré avec un fonds souverain dans le Golfe et s’engage dans la promotion de la technologie médicale israélienne dans la région.

« On a pu croire en Israël que l’on irait dans le Golfe chercher des capitaux, mais le Golfe et ses hauts responsables souhaitent surtout développer leurs économies et leur peuple pour l’après-hydrocarbures », précise Brender. La société fera en sorte d’exporter la technologie israélienne dans les régions où elle peut se développer, dans les domaines de la médecine, de l’énergie, de la cybersécurité, de la sécurité alimentaire et bien d’autres.

Il répète que Dermer « a fait ses preuves » sur le terrain et que « le réseau qu’il apporte ajoutera immédiatement de la valeur à presque tous les investissements que nous faisons ».

Dermer a été ambassadeur d’Israël aux États-Unis pendant sept ans, jusqu’en janvier 2021, date à laquelle lui a succédé Gilad Erdan, puis Michael Herzog, qui a pris ses fonctions en novembre 2021.

Les liens entre Israël et ses nouveaux partenaires arabes, en particulier les Émirats arabes unis, se sont épanouis depuis la signature des accords d’Abraham en 2020. Les accords de normalisation ont entraîné une augmentation des échanges commerciaux, du tourisme, de la collaboration en matière de défense et de coopération politique.

La semaine dernière, au terme de cinq mois de négociations, Israël et les Émirats arabes unis ont signé un accord de libre-échange qui entrera en vigueur après ratification dans les deux pays, au titre duquel la quasi-totalité des échanges entre les deux pays seront exonérés de droits de douane.

Les échanges commerciaux entre les pays a atteint 900 millions de dollars en 2021, chiffre amené à augmenter considérablement.

« Nous avons l’ambition de générer plus d’un milliard de dollars d’activité économique avec Israël au cours de la prochaine décennie », avait indiqué le ministre émirati de l’Économie, Abdulla bin Touq Al-Marri, en septembre dernier.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...