L’AP commence la vaccination en Cisjordanie avec les doses reçues d’Israël
Rechercher

L’AP commence la vaccination en Cisjordanie avec les doses reçues d’Israël

Israël n’a « aucune obligation de fournir des vaccins aux Palestiniens, » a affirmé Alan Baker, ex-diplomate israélien

Un vaccin Moderna contre la COVID-19 tenu par un infirmier à Boston, dans le Massachusetts, le 30 décembre 2020. (Crédit Elise Amendola/AP)
Un vaccin Moderna contre la COVID-19 tenu par un infirmier à Boston, dans le Massachusetts, le 30 décembre 2020. (Crédit Elise Amendola/AP)

L’Autorité palestinienne (AP) a débuté mardi la vaccination en Cisjordanie auprès du personnel médical, après avoir reçu 2 000 vaccins d’Israël, ont indiqué à l’AFP des sources médicales.

Lundi, l’AP avait indiqué avoir reçu 2 000 premières doses du vaccin Moderna, sur les 5 000 doses qu’Israël s’est engagé à lui transférer.

L’Etat hébreu, qui n’a pas précisé les raisons pour lesquelles il allait fournir 5 000 vaccins à l’AP, vaccine déjà les Palestiniens de Jérusalem-Est.

Israël n’a « aucune obligation de fournir des vaccins aux Palestiniens, » a affirmé Alan Baker, ex-diplomate israélien ayant travaillé sur le processus de paix israélo-palestinien d’Olso dans les années 90.

« Tous les pouvoirs et les responsabilités concernant la médecine et la santé, incluant les vaccinations contre les épidémies sont transférés aux Palestiniens », dit-il à l’AFP évoquant l’article 17, du 3e annexe de l’accord d’Oslo II.

Mais les deux parties sont néanmoins « obligées de coopérer et d’échanger des informations », assure M. Baker, aujourd’hui chercheur au Jerusalem center for public affairs (JCPA), un centre d’analyse.

L’AP espère en recevoir 50 000 autres d’ici mi-février après avoir signé plusieurs contrats avec des laboratoires étrangers.

« Même si la quantité de vaccins reçue ne nous permet de vacciner que 1 000 personnes (une personne devant recevoir deux doses, NDLR), nous commençons avec ceux qui sont en première ligne avec les patients, en attendant le reste des vaccins », a indiqué mardi à l’AFP Ali Abed Rabbo, directeur général du ministère de la Santé palestinien.

Mardi en début de soirée, des médecins palestiniens ont indiqué à l’AFP que la vaccination venait de débuter, tandis que le ministère de la Santé annonçait la publication sous peu d’images attestant du « début de la campagne de vaccination contre le coronavirus ».

Puis, la télévision d’Etat a diffusé un premier reportage montrant des membres du personnel médical se faisant vacciner.

Le négociateur palestinien Mohammed Shtayyeh (Crédit : Miriam Alster/Flash 90)

La plupart des vaccins qui doivent être délivrés aux Palestiniens le seront grâce au dispositif « Covax » d’aide aux pays les plus pauvres, mis en place par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Alliance pour les vaccins (Gavi), avait indiqué lundi le Premier ministre Mohammed Shtayyeh.

Celui-ci avait affirmé qu’une partie des vaccins serait allouée aux Palestiniens de la bande de Gaza, enclave de deux millions d’habitants séparée géographiquement de la Cisjordanie par Israël et dirigée par le mouvement terroriste islamiste du Hamas.

L’AP avait indiqué début janvier que les quatre contrats pour l’achat de vaccins à l’étranger, dont le russe Spoutnik V, permettraient de couvrir 70 % de la population palestinienne.

Le ministère palestinien de la Santé a officiellement recensé environ 108 300 personnes contaminées par le virus dont 1 325 décès, en Cisjordanie, où vivent 2,8 millions de Palestiniens. A Gaza, le mouvement islamiste Hamas au pouvoir a recensé 51 670 malades du Covid-19, dont 523 décès.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...