L’AP met un frein à sa réconciliation avec le Hamas
Rechercher

L’AP met un frein à sa réconciliation avec le Hamas

Le comité chargé de mettre en place les institutions arrête de travailler. La prochaine session du parlement est annulée.

Avi Issacharoff est notre spécialiste du Moyen Orient. Il remplit le même rôle pour Walla, premier portail d'infos en Israël. Il est régulièrement invité à la radio et à la télévision. Jusqu'en 2012, Avi était journaliste et commentateur des affaires arabes pour Haaretz. Il enseigne l'histoire palestinienne moderne à l'université de Tel Aviv et est le coauteur de la série Fauda. Né à Jérusalem , Avi est diplômé de l'université Ben Gourion et de l'université de Tel Aviv en étude du Moyen Orient. Parlant couramment l'arabe, il était le correspondant de la radio publique et a couvert le conflit israélo-palestinien, la guerre en Irak et l'actualité des pays arabes entre 2003 et 2006. Il a réalisé et monté des courts-métrages documentaires sur le Moyen Orient. En 2002, il remporte le prix du "meilleur journaliste" de la radio israélienne pour sa couverture de la deuxième Intifada. En 2004, il coécrit avec Amos Harel "La septième guerre. Comment nous avons gagné et perdu la guerre avec les Palestiniens". En 2005, le livre remporte un prix de l'Institut d'études stratégiques pour la meilleure recherche sur les questions de sécurité en Israël. En 2008, Issacharoff et Harel ont publié leur deuxième livre, "34 Jours - L'histoire de la Deuxième Guerre du Liban", qui a remporté le même prix

Mahmoud Abbas rencontre le nouveau gouvernment d'union nationale à Ramallah, le 2 juin 2014
(Crédit: Issam Rimawi/Flash90)
Mahmoud Abbas rencontre le nouveau gouvernment d'union nationale à Ramallah, le 2 juin 2014 (Crédit: Issam Rimawi/Flash90)

À la lumière de la crise actuelle liée à l’enlèvement des trois adolescents israéliens, Israël a accusé le mouvement terroriste Hamas d’être l’auteur de ces enlèvements. L’Autorité palestinienne a cessé de prendre des mesures dans le cadre du processus de réconciliation avec le Hamas, a appris le Times of Israel.

Ce processus avait conduit à la mise en place au début du mois d’un gouvernement palestinien d’union nationale entre le Fatah et le Hamas.

Suite aux déclarations lundi par un haut responsable palestinien au Times of Israel selon lesquelles s’il était prouvé que le Hamas était derrière l’enlèvement, l’AP réévaluerait le pacte d’union, le gouvernement palestinien s’est réuni mardi et a décidé qu’il ne paierait pas les salaires des anciens fonctionnaires du gouvernement du Hamas, soit environ
40 000 personnes.

La question des salaires a été un facteur de tension entre le Hamas et le Fatah après la signature de l’accord de réconciliation. Les banques dans la bande de Gaza ont été fermées pendant six jours après que les salaires des fonctionnaires du Hamas n’aient pas été transférés.

En outre, le Fatah a cessé les délibérations et les réunions de la commission qui examine l’intégration du Hamas dans les institutions de l’OLP, et a décidé de ne pas convoquer le parlement palestinien, qui devait avoir lieu dans un délai de trois semaines.

Le Hamas avait demandé que le parlement soit convoqué en vue de nommer l’ancien Premier ministre Ismael Haniyeh au poste de président du parlement palestinien, ce qui aurait fait de lui le successeur de Mahmoud Abbas, si ce dernier devenait incapable de continuer à exercer ses fonctions de président de l’AP.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...