L’AP va dénoncer la livraison dans les implantations auprès d’Amazon
Rechercher

L’AP va dénoncer la livraison dans les implantations auprès d’Amazon

Une lettre officielle palestinienne sera adressée au géant du e-commerce et menacera de poursuites à l'international si aucun changement n'est apporté

Des boîtes d'Amazon Prime sont chargées dans un charriot pour être livrées, le 10 octobre 2018 à New York. (AP Photo/Mark Lennihan)
Des boîtes d'Amazon Prime sont chargées dans un charriot pour être livrées, le 10 octobre 2018 à New York. (AP Photo/Mark Lennihan)

Le ministère de l’Économie de l’Autorité palestinienne (AP) a annoncé mardi qu’il avait l’intention d’envoyer un courrier à Amazon dans les jours à venir pour protester contre sa politique de livraison dans les implantations israéliennes en Cisjordanie.

Cette déclaration survient après que le Financial Times a rapporté vendredi qu’Amazon proposait la livraison gratuite dans les implantations pour toutes les commandes supérieures à 49 dollars.

« Les implantations sont illégales au regard du droit international », a déclaré Ibrahim al-Qadi, chef du département de la protection client au sein du ministère de l’économie de l’AP, dans un entretien téléphonique. « Notre lettre établira clairement qu’Amazon ne doit pas commercer avec » les implantations.

Qadi a indiqué que le ministère rédigerait la lettre en collaboration avec d’autres instances de l’AP et l’enverrait à Amazon dans les jours à venir.

Si la majeure partie de la communauté internationale considère les implantations comme illégales, Israël, et plus récemment les États-Unis, rejettent cette désignation.

On estime à 464 000 le nombre d’Israéliens vivant en Cisjordanie, selon le ministère de l’intérieur.

Un porte-parole d’Amazon n’a pas répondu à notre demande de commentaires.

Qadi a fait savoir que la missive demanderait également que la livraison gratuite soit accessibles aux Palestiniens – qui écrivent, comme adresse, « Territoires palestiniens » – pour les commandes supérieures à 49 dollars.

Le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, (au centre), préside une session de la réunion hebdomadaire du cabinet, dans la ville de Ramallah en Cisjordanie, le 29 avril 2019. (AP Photo/Majdi Mohammed, Pool)

« Les Palestiniens méritent le même service que les Israéliens », a-t-il dit. « La politique actuelle est discriminatoire. »

Le Financial Times a également rapporté que si la livraison gratuite pour les commandes supérieures à 49 dollars était proposée aux Israéliens, les Palestiniens pouvaient également en profiter, s’ils marquent que leur adresse se situe en Israël.

Le quotidien économique a ultérieurement souligné que cette anomalie était imputable à des contraintes d’ordre « logistique » mais n’a pas précisé comment la société offrait cette remise sur la livraison aux Palestiniens.

La Palestine a obtenu le statut d’État observateur non-membre de l’ONU en 2012, et a été reconnu par plus de 135 pays. Israël, les États-Unis et de nombreux pays européens s’opposent à cette reconnaissance.

Qadi a ajouté que Ramallah informerait Amazon qu’elle intenterait des poursuites au niveau international si la société ne répondait pas positivement à ses demandes.

Il a fait savoir que l’Autorité palestinienne se tournerait vers l’Organisation mondiale du Commerce. Il a ensuite indiqué que le ministère de la Justice répondrait aux questions supplémentaires. Ce ministère n’a pas donné suite à nos questions.

La Palestine n’est pas membre de l’Organisation mondiale du Commerce.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...