Lapid inaugure l’ambassade israélienne aux Émirats arabes unis
Rechercher

Lapid inaugure l’ambassade israélienne aux Émirats arabes unis

Lors de sa première visite officielle, après avoir remercié Netanyahu et Trump, le ministre des Affaires étrangères a appelé les pays de la région à "venir nous parler"

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

Le ministre des affaires étrangères Yair Lapid pendant l'inauguration de l'ambassade israélienne d'Abu Dhabi, le 29 juin 2021. (Crédit : Shlomi Amsalem/GPO)
Le ministre des affaires étrangères Yair Lapid pendant l'inauguration de l'ambassade israélienne d'Abu Dhabi, le 29 juin 2021. (Crédit : Shlomi Amsalem/GPO)

ABU DHABI, Émirats Arabes unis — Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid a inauguré officiellement l’ambassade israélienne des Émirats arabes unis, dans l’après-midi de mardi, saluant « un événement historique ».

« Nous nous tenons ici aujourd’hui parce que nous avons choisi la paix plutôt que la guerre, la coopération plutôt que le conflit, le bien de nos enfants plutôt que les mauvais souvenirs du passé », a-t-il déclaré.

« Ce sont les dirigeants qui signent la paix mais ce sont les peuples qui font la paix », a-t-il poursuivi.

Lapid a également remercié l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu – son adversaire politique – qu’il a qualifié « d’artisan des Accords d’Abraham, qui a travaillé sans relâche pour leur permettre de voir le jour ».

Il a aussi remercié l’ancien président américain Donald Trump et le président actuel des États-Unis, Joe Biden.

« Israël veut la paix avec tous ses voisins », s’est exclamé Lapid.

« Nous n’irons nulle part. Le Moyen-Orient est notre maison. Nous y resterons éternellement », a-t-il poursuivi. « Nous appelons tous les pays de la région à reconnaître cette vérité et à venir nous parler. »

La ministre émiratie de la Culture, Noura Al Kaabi, a pris la parole après Lapid, affirmant qu’il « est essentiel que nous nous préparions et que nous préparions nos enfants à un nouveau monde ».

Elle a noté la collaboration établie entre son pays et l’État juif dans les domaines de l’intelligence artificielle, des villes intelligentes, de la COVID-19, du commerce et du tourisme.

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid, à droite, et la ministre émiratie de la Culture Noura Al Kaabi inaugurent la nouvelle ambassade israélienne à Abu Dhabi, le 29 juin 2021. (Crédit : Shlomi Amsalem/GPO)

« Nous soulignons l’enthousiasme que nous ressentons face à ce qui est aujourd’hui, nous l’espérons, la toute première d’un grand nombre de rencontres de haut niveau », a-t-elle déclaré.

Al Kaabi a terminé son discours en disant toda raba – « merci beaucoup » en hébreu.

Lapid se trouve aux Émirats arabes unis pour la première visite officielle d’un ministre israélien dans un pays du Golfe.

Ce voyage a lieu presque un an après l’annonce de la normalisation des liens entre les deux pays et après des mois de retard accumulés dans les visites officielles que devaient réaliser les responsables israéliens dans ce pays du Golfe – en raison des restrictions liées au coronavirus et autres problèmes de calendrier.

L’ambassadeur émirati au sein de l’État juif, Mohammad al Khaja, l’envoyé israélien aux EAU Eitan Naeh, et le rabbin du mouvement Habad local Levi Duchman ont assisté à la cérémonie.

Pendant son voyage de deux jours, Lapid assistera également à l’inauguration du consulat israélien à Dubaï.

Le chef de la diplomatie israélienne est accueilli dans le pays par le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale Abdullah bin Zayed al Nahyan.

Lapid s’était entretenu avec bin Zayed au début du mois. Après l’appel téléphonique entre les deux homologues, Lapid avait déclaré être impatient de « travailler à ses côtés pour construire des relations chaleureuses et uniques entre nos deux pays au bénéfice de nos deux peuples et du Moyen-Orient tout entier ».

Le Premier ministre Netanyahu s’exprime devant le cabinet avant le vote sur le traité de normalisation avec les EAU, le 12 octobre 2020. (Crédit : GPO)

Israël et les Émirats avaient annoncé en août dernier normaliser leurs relations diplomatiques, révélant ainsi au grand jour plus d’une décennie de liens secrets. Par la suite, le Bahreïn, le Soudan et le Maroc ont également rejoint les accords d’Abraham négociés par les États-Unis, et d’autres pays ont également fait l’objet de rumeurs de pourparlers, mais aucune autre signature n’a encore abouti.

Dans le cadre de cet accord, le Premier ministre Benjamin Netanyahu aurait, selon certaines sources, consenti à ce qu’Israël ne tente pas de retarder une vente américaine d’avions de combat F-35 aux EAU. Il aurait été signé à l’insu des ministres israéliens des Affaires étrangères et de la Défense.

Netanyahu avait cherché de manière répétée à se rendre aux Émirats pour fêter l’accord, le premier à avoir été établi entre un État arabe et Israël depuis des décennies, mais le déplacement a été retardé à plusieurs reprises en raison de restrictions liées au coronavirus, de problèmes de calendrier et de litiges politiques internes, ainsi que d’un problème avec Amman en mars qui a entraîné l’annulation de son voyage. Selon certaines sources, il a aussi cherché à empêcher l’ancien ministre des Affaires étrangères Gabi Ashkenazi d’effectuer une visite officielle aux EAU, inquiet de se faire voler la vedette par un autre haut responsable israélien avant les élections du mois de mars.

Et c’est donc le rival de Netanyahu, Lapid, qui a fait le voyage, moins d’un mois après avoir réussi à réunir une coalition d’unité qui a délogé Netanyahu, le renvoyant dans l’opposition.

Le déplacement de Lapid survient alors que le ministère de la Santé a ajouté les Émirats arabes unis à la liste des pays où il est fortement déconseillé aux Israéliens de se rendre en raison d’une reprise épidémique sur ces territoires. Le ministère a averti que les voyages dans ces pays pourraient être interdits.

Les EAU ont vu le nombre de cas quotidiens dépasser récemment les 2 000.

Pendant son séjour à Dubaï, Lapid visitera le pavillon d’Israël à l’Expo 2020 de Dubaï. L’exposition universelle, une étape importante pour Dubaï, qui a dépensé 8,2 milliards de dollars pour ce site spectaculaire dans l’espoir de renforcer sa puissance et de relancer l’économie, ouvrira ses portes en octobre 2021.

L’ouverture initiale prévue pour octobre 2020 avait été reportée en raison de la pandémie de coronavirus.

Conçu pour refléter le sentiment d’appartenance d’Israël à la région ainsi que l’ouverture dont l’État juif tente de faire preuve à l’égard de ses voisins arabes, « le pavillon est donc un espace ouvert – un salon pour accueillir les visiteurs de l’exposition », selon l’architecte à l’origine du pavillon d’Israël.

La présence d’Israël à l’exposition avait été prévue avant que l’accord de normalisation ne prenne forme, et le pays a d’ores et déjà accueilli des ministres israéliens par le passé, notamment le ministre des Transports de l’époque, Israel Katz, et la ministre de la Culture et des Sports Miri Regev.

Capture d’écran d’une vidéo du ministère des Affaires étrangères offrant un aperçu du pavillon israélien de l’Exposition universelle de Dubai en 2020. (Crédit : Ministère des Affaires étrangères)

La communauté juive des Émirats avait exprimé son enthousiasme en amont de la visite de Lapid.

« Nous sommes honorés d’accueillir le ministre des Affaires étrangères Lapid », avait déclaré le grand rabbin Yehuda Sarna. « La communauté juive des EAU est ravie de ce que ce voyage représente : un lien croissant entre les EAU et Israël. »

« Nous espérons que la visite du ministre des Affaires étrangères sera le signe avant-coureur d’autres échanges et opportunités religieuses, commerciales et culturelles entre nos deux nations », a ajouté le rabbin Elie Abadie.

Dimanche, Lapid a rencontré le ministre des Affaires étrangères de Bahreïn, Abdullatif al-Zayani, après son entretien avec le secrétaire d’État américain Antony Blinken, marquant ainsi la première rencontre entre le nouveau gouvernement israélien et un ministre des pays du Golfe.

« La paix avec Bahreïn devrait être un exemple du bon type de processus qui doit se produire dans notre région », a tweeté Lapid après la réunion. « Nous avons également parlé des défis auxquels est confronté le Moyen-Orient, en premier lieu l’Iran. »

L’équipe du Times of Israël a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...