Rechercher

Lapid s’entretient avec son homologue émirati suite aux tensions à Jérusalem

Suite à la convocation de l'ambassadeur israélien aux EAU, le ministre des Affaires étrangères a dit à al-Nahyan que les 2 nations doivent continuer à œuvrer à promouvoir la paix

Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à droite, accueille son homologue émirati Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan lors du Sommet du Neguev à Sde Boker, dans le sud d'Israël, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)
Le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid, à droite, accueille son homologue émirati Sheikh Abdullah bin Zayed al-Nahyan lors du Sommet du Neguev à Sde Boker, dans le sud d'Israël, le 27 mars 2022. (Crédit : Jack Guez/ AFP)

Le ministre des Affaires étrangères Yair Lapid s’est entretenu avec son homologue émirati Abdullah bin Zayed Al Nahyan au sujet de la montée des tensions sur le complexe du Mont du Temple/Al-Aqsa, selon un porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Au cours de la conversation, qui a eu lieu mercredi soir, les deux ministres des Affaires étrangères ont évoqué la difficulté de faire face à la désinformation anti-israélienne dans le monde arabe et ont convenu de continuer à travailler ensemble pour promouvoir la tolérance religieuse et la paix entre Israël et les populations arabes du Moyen-Orient.

Le ministre émirati des Affaires étrangères a également « exprimé son appréciation des initiatives prises par les Israéliens pour apaiser la situation et a indiqué qu’il comprenait les difficultés qu’Israël affronte actuellement sur le terrain », selon un communiqué du ministère israélien des Affaires étrangères.

Avant de conclure en échangeant leurs vœux pour Pessah et pour le Ramadan, les deux chefs de la diplomatie ont également discuté de l’importance des relations bilatérales et des efforts visant à renforcer les liens entre les deux alliés.

Cet appel a eu lieu au lendemain d’une convocation par les Émirats arabes unis de l’ambassadeur d’Israël à Abou Dhabi au sujet de la récente escalade des violences à Jérusalem. Ce rendez-vous a été l’occasion de la première réprimande publique de l’ambassadeur de l’État juif depuis la normalisation des relations entre les deux pays il y a un an et demi.

Au cours de la réunion, la ministre émiratie responsable de la coopération internationale, Reem bint Ibrahim Al Hashemy, a informé l’ambassadeur Amir Hayek des « vives protestations et de la condamnation par Abou Dhabi des événements qui se déroulent actuellement à Jérusalem et [dans] la mosquée Al-Aqsa, avec notamment les attaques menées contre des civils et les incursions dans les lieux saints qui ont fait un certain nombre de blessés parmi des civils », selon l’agence de presse officielle émiratie WAM.

Affrontement d’émeutiers palestiniens avec la police israélienne à la mosquée Al-Aqsa de Jérusalem, au sommet du mont du Temple, le 15 avril 2022. (Crédit : Ahmad Gharabli / AFP)

Hashemy faisait visiblement référence à la conduite des officiers de la police israélienne, qui ont pénétré à plusieurs reprises dans l’enceinte du mont du Temple ces derniers jours afin de mettre un terme à des émeutes palestiniennes.

La ministre a souligné qu’Israël devait « immédiatement mettre un terme à ces événements, offrir une protection totale aux fidèles, respecter le droit des Palestiniens à pratiquer leur culte et cesser toute pratique susceptible de contrevenir au caractère sacré de la mosquée Al-Aqsa », selon la WAM, qui a ajouté que la ministre avait aussi mis l’accent sur la menace que l’escalade des tensions, à Jérusalem, faisait peser sur la stabilité de toute la région.

Israël accuse les dirigeants arabes d’attiser les tensions en répercutant les revendications des musulmans concernant le mont du Temple et en prétendant qu’Israël tente de rompre un statu-quo délicat.

Israël a étendu sa souveraineté sur le mont du Temple et à Jérusalem-Est après avoir capturé le secteur aux Jordaniens lors de la guerre de 1967, mais l’État juif a permis au Waqf jordanien de continuer à administrer le mont, connu des musulmans sous le nom de Haram al-Charif, et a interdit aux Juifs d’y prier. Les Palestiniens veulent faire de ce secteur la capitale d’un État indépendant.

Le mont du Temple est le lieu le plus sacré du judaïsme, car il s’agissait de l’emplacement des temples bibliques. La mosquée Al-Aqsa est le troisième lieu saint de l’islam.

Mardi, les compagnies aériennes émiraties ont également annoncé qu’elles annulaient leur participation prévue au show aérien annuel de Yom HaAtzmaout.

Des sources au sein de la compagnie aérienne Etihad ont fait savoir à l’Association israélienne des pilotes que la firme ne serait pas en mesure de participer au spectacle en raison d’un temps de préparation insuffisant, et de hauts responsables ont confirmé que la raison réelle de ce désistement était les heurts survenant sur le mont du Temple.

Mercredi, un haut responsable diplomatique israélien a déploré la réponse des Émirats arabes unis aux récents troubles, tout en assurant que cette querelle ne porterait pas atteinte aux relations bilatérales qui se sont forgées en 2020.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...