Israël en guerre - Jour 225

Rechercher

L’Arabie saoudite s’associe à une organisation chapeautée par Pékin et Moscou

Créée en 2001 pour favoriser la coopération politique, économique et sécuritaire, afin de rivaliser avec les institutions occidentales, l'OCS comprend actuellement huit pays

Une réunion de l'Organisation de collaboration de Shangaï (SCO) à Samarcande, en Ouzbékistan, le 16 septembre 2022. (Crédit : Sergei Bobylev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)
Une réunion de l'Organisation de collaboration de Shangaï (SCO) à Samarcande, en Ouzbékistan, le 16 septembre 2022. (Crédit : Sergei Bobylev, Sputnik, Kremlin Pool Photo via AP)

L’Arabie saoudite a décidé de s’associer en tant qu’Etat « partenaire du dialogue » à l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS), chapeautée par Pékin et Moscou, a rapporté mercredi l’agence de presse officielle saoudienne.

Créée en 2001 pour favoriser la coopération politique, économique et sécuritaire, afin de rivaliser avec les institutions occidentales, l’OCS comprend huit pays: la Chine, l’Inde, le Pakistan et la Russie, ainsi que quatre Etats d’Asie centrale — Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan et Tadjikistan.

Le gouvernement saoudien a approuvé cette décision lors d’une réunion présidée par le roi Salmane, a ajouté l’agence. Elle confère à Ryad « le statut de partenaire du dialogue au sein de l’Organisation de coopération de Shanghai », selon la même source.

Parmi les autres pays ayant le statut d’observateur ou de partenaire du dialogue de l’OCS figurent l’Egypte, l’Iran et le Qatar.

La décision de l’Arabie saoudite de s’associer à l’OCS intervient moins de trois semaines après l’annonce d’un accord de réconciliation historique avec l’Iran, conclu sous l’égide de la Chine et visant à rétablir des relations diplomatiques complètes, rompues il y a sept ans.

Puissances rivales au Moyen-Orient, l’Iran à majorité chiite et l’Arabie saoudite à majorité sunnite sont engagées dans une série de conflits par procuration dans la région, notamment au Yémen.

Le rôle du président chinois, Xi Jinping, dans le rapprochement irano-saoudien a suscité des froncements de sourcils, compte tenu du partenariat traditionnellement étroit entre l’Arabie saoudite et les Etats-Unis, bien que cette relation ait été récemment mise à rude épreuve en raison de différends concernant les droits de l’homme et la production de pétrole.

Lors d’un appel téléphonique mardi avec le prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane, dirigeant de facto du royaume, M. Xi a salué ce qu’il a appelé l’apaisement des tensions au Moyen-Orient.

Dans sa première réaction sur le sujet à être rendue publique depuis la conclusion de l’accord entre l’Arabie saoudite et l’Iran, M. Xi a déclaré que le dialogue promu par la Chine « jouerait un rôle majeur dans le renforcement de l’unité et de la coopération régionales ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.