L’armée confine 20 Jeunes des Collines ensemble malgré les directives sanitaires
Rechercher

L’armée confine 20 Jeunes des Collines ensemble malgré les directives sanitaires

L'armée a isolé dans un site de fortune en Cisjordanie des militants nationalistes exposés au virus ; ils avaient saccagé le bus les emmenant dans un centre de quarantaine

Jacob Magid est le correspondant pour les questions liées aux implantations pour le Times of Israël

Des Jeunes des collines en quarantaine ensemble dans une tente fournie par l'armée israélienne, le 7 avril 2020. (Autorisation)
Des Jeunes des collines en quarantaine ensemble dans une tente fournie par l'armée israélienne, le 7 avril 2020. (Autorisation)

Lundi soir, l’armée a mis en quarantaine un groupe de 20 militants d’extrême droite réunis dans une tente sur une colline déserte de Cisjordanie, en violation des directives gouvernementales sur le coronavirus, qui exigent que ceux qui entrent en contact avec des porteurs confirmés s’isolent par eux-mêmes.

Cette décision a été prise après que les jeunes extrémistes, connus sous le nom de « Jeunes des collines », ont dégradé un bus qui les transportait vers un foyer de quarantaine dans le sud, a expliqué la police, confirmant un reportage de la chaîne publique Kan.

Les militants ont été transférés dans un site d’isolement de fortune à Metzoke Dragot, près de la mer Morte.

L’armée israélienne a confirmé au Times of Israël dans une déclaration mardi qu’elle fournissait au groupe la nourriture et le logement, mais une porte-parole a ajouté que la tente était une solution temporaire.

Le groupe, originaire de l’avant-poste de Givat Ronen au nord de la Cisjordanie, avait d’abord été emmené dans un hôtel de Jérusalem lundi matin, après qu’un de leurs pairs a été testé positif au Covid-19. En plus des 20 autres habitants de l’avant-poste, l’adolescent a forcé le chef du commandement central de l’armée israélienne, Nadav Padan, à se placer en quarantaine.

Lorsque le groupe est arrivé à l’hôtel de Jérusalem géré par l’État, on leur a dit que chacun d’entre eux serait obligé de rester dans des chambres séparées comme tous les autres clients. Lorsqu’ils ont refusé, la police a décidé de les conduire en bus vers un autre site dans le sud.

Un des militants d’extrême droite en a filmé un autre dans le bus, disant qu’on ne leur avait pas dit où ils étaient emmenés et qu’ils craignaient que leur destination soit un centre de détention géré par le service de sécurité intérieure du Shin Bet.

Les Jeunes des collines ont ensuite saccagé le bus, brisant la plupart des vitres. Plusieurs des militants d’extrême droite ont réussi à s’enfuir, mais ont été appréhendés par la police des Frontières.

La police a déclaré qu’une enquête serait ouverte contre les adolescents suite au vandalisme du bus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...