L’armée ferme une station de radio palestinienne à Hébron
Rechercher

L’armée ferme une station de radio palestinienne à Hébron

La radio Al-Huriya a encouragé les attaques aux couteau, les émeutes violentes dans la ville, a expliqué l'armée

(Photo:  Facebook Deuxième Chaine)
(Photo: Facebook Deuxième Chaine)

L’armée israélienne a annoncé mardi avoir fermé la station de radio palestinienne Al Hurria à Hébron en Cisjordanie accusée d’encourager les attaques au couteau contre les Israéliens et de diffuser de « fausses informations » en vue d’inciter à la violence.

Les militaires ont saisi le matériel de diffusion « pour empêcher une campagne d’incitation qui a provoqué une flambée de violences dans la région ces dernières semaines », a précisé le porte-parole de l’armée dans un communiqué.

La région de Hébron a connu 29 attaques palestiniennes contre des soldats et des civils israéliens au cours des cinq dernières semaines, 22 d’entre elles étaient des attaques au couteau.

Al Hurria est accusée notamment d’avoir « encouragé les attaques au couteau, les émeutes violentes, et de diffuser des informations fausses et malveillantes en prétendant que les forces de sécurité (israéliennes) exécutent et kidnappent des Palestiniens en vue de provoquer des violences », a ajouté le communiqué.

« L’armée continuera à prendre toutes les mesures juridiques dont elle dispose contre les terroristes et leurs complices dans le but d’assurer la sécurité pour les résidents de l’Etat d’Israël », a déclaré l’armée.

« L’opération pour confisquer l’équipement et fermer la station est une étape nécessaire pour freiner l’incitation dont nous avons vu les résultats dans la région au cours du mois passé », a poursuivi le communiqué.

La station a été créée en 2002 dans la bande de Gaza par le Fatah, le mouvement dirigé actuellement par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Son siège a ensuite été transféré à Hébron après la prise de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza en 2007.

Al Hurria avait déjà été fermée en 2002 puis de nouveau en 2008. L’armée n’a pas précisé la durée de la présente fermeture.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...