L’armée israélienne a détruit un engin piégé à la frontière de Gaza
Rechercher

L’armée israélienne a détruit un engin piégé à la frontière de Gaza

L’armée a déclaré que l’engin explosif déposé au cours des récentes émeutes prouve que le Hamas cherche à entretenir les affrontements à la frontière

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Un engin explosif artisanal placé le long de la frontière entre Gaza et Israël, le 13 septembre 2013. (Crédit : armée israélienne)
Un engin explosif artisanal placé le long de la frontière entre Gaza et Israël, le 13 septembre 2013. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne a fait exploser jeudi une bombe qui avait été placée le long de la frontière de sécurité avec Gaza par des Palestiniens lors d’une récente émeute, selon l’armée.

Tsahal a déclaré que la pose de l’engin explosif artisanal montrait que le groupe terroriste qui contrôle la bande de Gaza essayait d’entretenir les affrontements le long de la frontière, malgré les négociations en cours pour un cessez-le-feu avec Israël.

Le puissant engin explosif, qui a été caché dans un jerrycan, a été trouvé plus tôt cette semaine par l’armée israélienne à proximité de la barrière de sécurité dans le sud de la bande de Gaza.

Jeudi matin, l’armée a annoncé avoir détruit la bombe dans une explosion contrôlée.

Un engin explosif artisanal placé le long de la frontière entre Gaza et Israël, le 13 septembre 2013. (Crédit : armée israélienne)

« La cellule terroriste qui a déposé l’engin explosif cherchait à blesser des soldats de Tsahal et à interrompre les opérations des forces de sécurité qui travaillent dans la zone », a déclaré l’armée.

« Des soldats de Tsahal ont déjoué l’attaque terroriste. Il n’y a pas eu de blessés et aucun dégât », a précisé l’armée dans un communiqué.

Selon Tsahal, la bombe a été placée le long de la barrière au cours d’une émeute plus tôt dans la semaine.

« Le dépôt d’un engin explosif par une cellule terroriste sous la couverture d’une manifestation violente est une preuve supplémentaire que le groupe terroriste du Hamas cherche à entretenir le conflit dans la zone frontalière et à blesser des soldats israéliens, tout en utilisant les résidents de la bande de Gaza comme des boucliers humaines pour couvrir ses activités terroristes », a déclaré l’armée.

Lundi, plusieurs centaines des Palestiniens ont participé à des émeutes le long de la barrière de sécurité de Gaza, brûlant des pneus et lançant des pierres aux soldats de l’armée israélienne de l’autre côté, selon l’armée.

En réponse, les soldats israéliens ont lancé du gaz lacrymogène et, dans certains cas, ils ont tiré à balles réelles sur des émeutiers palestiniens.

Aucun blessé grave n’a été signalé des deux côtés.

La bande de Gaza a été le théâtre d’une recrudescence de la violence depuis les émeutes de la « Marche du Retour », au mois de mars. Ces affrontements, orchestrés et encouragés par les dirigeants du Hamas, ont donné lieu à des jets de pierres et de cocktails Molotov sur les troupes israéliennes, des tentatives d’infiltration et des attaques contre des soldats israéliens.

Depuis le début des émeutes en mars, 170 émeutiers ont été tués par des tirs israéliens, selon le ministère de la Santé à Gaza. Le Hamas, qui cherche à détruire Israël, a admis que des dizaines de morts appartenaient à ses rangs. Un sniper palestinien a tué un soldat israélien.

Les Palestiniens à Gaza ont également lancé des dispositifs incendiaires aériens vers Israël, anéantissant des milliers d’hectares de forêt et de terres agricoles et causant des millions de shekels de dégâts.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...