L’Assemblée générale de l’OMS accuse Israël de violer les droits à la santé
Rechercher

L’Assemblée générale de l’OMS accuse Israël de violer les droits à la santé

UN Watch a condamné la "politisation cynique de la première agence mondiale de santé au détriment de la pandémie de COVID-19"

Le siège de l'Organisation mondiale de la Santé, à Genève, en Suisse. Illustration. (Crédit : Thorkild Tylleskar/CC BY-SA/Wikipedia)
Le siège de l'Organisation mondiale de la Santé, à Genève, en Suisse. Illustration. (Crédit : Thorkild Tylleskar/CC BY-SA/Wikipedia)

L’Organisation mondiale de la santé a tenu jeudi une session de quatre heures sur la violation présumée par Israël des droits à la santé dans les territoires palestiniens ainsi qu’envers les Druzes d’origine syrienne sur le plateau du Golan.

Des représentants de dizaines de pays ont prononcé des discours accusant Israël de porter atteinte aux droits à la santé, selon UN Watch.

Par 78 voix contre 14, avec 32 abstentions et 56 pays absents, l’Assemblée mondiale de la santé a adopté une résolution demandant que le même débat ait lieu l’année prochaine et que le chef de l’OMS prépare un autre rapport sur les conditions sanitaires en Cisjordanie, dans la bande de Gaza, à Jérusalem-Est et sur le plateau du Golan.

La résolution a été parrainée par Cuba, l’Irak, le Liban, le Qatar, la Syrie, la Tunisie, la Turquie et les Palestiniens.

Hillel Neuer, directeur exécutif de UN Watch, a condamné la « politisation cynique de la première agence mondiale de santé au détriment de la pandémie de COVID-19 et d’autres priorités et urgences sanitaires mondiales vitales ».

Il a déclaré que l’affirmation selon laquelle Israël violait les droits à la santé est un « mensonge » et que « le contraire est vrai », notant que des milliers de Palestiniens reçoivent régulièrement des soins dans les hôpitaux israéliens et que les Syriens blessés par la guerre dans leur pays ont été pris en charge par l’État juif.

Neuer a également critiqué l’OMS pour ne pas avoir de point à l’ordre du jour concernant un seul pays autre qu’Israël et a interpellé un certain nombre d’Etats qui ont voté en faveur de la résolution.

« Face à une pandémie mondiale, la minorité des États membres de l’UE et les autres démocraties qui ont voté pour la résolution devraient avoir honte, notamment la France, l’Espagne, la Belgique, la Suisse, l’Irlande, la Pologne, le Portugal, le Japon, l’Inde, la Nouvelle-Zélande, le Luxembourg et Monaco », a-t-il déclaré.

Parmi les pays qui ont voté contre la résolution figurent les États-Unis, la Grande-Bretagne, l’Australie, le Brésil, la République tchèque, l’Allemagne, le Honduras, la Hongrie, Israël, la Slovénie, le Cameroun, le Swaziland et la Micronésie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...