Rechercher

L’Autorité palestinienne aurait arrêté deux membres du Jihad islamique palestinien

Les suspects, des résidents de la ville de Naplouse, en Cisjordanie, ont été interrogés ; ils étaient en possession de 17 kilos d'explosifs

Photo d'illustration : Un Palestinien armé dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 9 août 2022. (Crédit : Majdi Mohammed/AP)
Photo d'illustration : Un Palestinien armé dans la ville de Naplouse, en Cisjordanie, le 9 août 2022. (Crédit : Majdi Mohammed/AP)

Les forces de sécurité de l’Autorité palestinienne ont arrêté, la semaine dernière, deux membres du groupe terroriste du Jihad islamique qui avaient en leur possession 17 kilos d’explosifs, selon un reportage diffusé mardi.

Les explosifs étaient « de qualité inférieure » mais leur quantité est considérée comme importante, a précisé la Douzième chaîne.

Les deux suspects, deux résidents de Naplouse qui sont membres du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, ont été interrogés par les services de sécurité de l’AP sur la raison de la présence des explosifs et sur la manière dont ils comptaient les utiliser.

La présence de plus en plus importante du Jihad islamique palestinien en Cisjordanie est considérée comme une évolution majeure de la situation sur le territoire, et ce depuis plusieurs mois, a remarqué le reportage.

Alors qu’elle se limitait autrefois au camp de réfugiés de Jénine, l’influence du groupe terroriste s’est répandue dans d’autres secteurs, comme à Naplouse, à Tulkarem et à Qalqilya.

Cet élargissement d’influence est financé par l’Iran et par son groupe terroriste mandataire au Liban, le Hezbollah, qui fait entrer des liquidités dans la zone.

Israël a tué, la semaine dernière, un terroriste recherché, Ibrahim Nabulsi, commandant des brigades des martyrs d’Al-Aqsa. Deux autres individus ont trouvé la mort au cours de cette fusillade féroce qui aurait également fait une quarantaine de blessés.

Cette opération a eu lieu moins de 48 heures après la conclusion d’un cessez-le-feu entre l’État juif et le Jihad islamique palestinien, cessez-le-feu qui est venu conclure trois jours de conflit armé dans la bande de Gaza et dans ses environs.

La brigade des martyrs d’Al-Aqsa est une coalition de groupes armés liée au parti du Fatah, le parti de l’Autorité palestinienne au pouvoir. Le groupe terroriste a mené des attaques conjointes avec le Jihad islamique palestinien en Cisjordanie.

Le Jihad islamique palestinien a averti que le conflit pourrait reprendre si Israël n’acceptait pas de libérer deux de ses membres actuellement incarcérés au sein de l’État juif. Aucun des deux individus n’a néanmoins été remis en liberté pour le moment.

L’accord de cessez-le-feu, négocié avec l’aide des Égyptiens, a mis un terme à des combats de trois jours qui ont commencé lorsque des frappes israéliennes ont entraîné la mort d’un important commandant du Jihad islamique. Les terroristes palestiniens ont ensuite tiré plus de 1 000 roquettes en direction du territoire israélien, tandis que l’armée a frappé des cibles du Jihad islamique et tué un autre leader de l’organisation soutenue par l’Iran à Gaza.

Le conflit a suivi l’arrestation, par l’armée israélienne, du chef du Jihad islamique palestinien en Cisjordanie, Bassam Saadi, lors d’un raid à Jénine, ce qui a entraîné des menaces d’attentats terroristes en riposte de la part du groupe.

Les tensions restent importantes en Cisjordanie alors que les forces de sécurité israéliennes ont multiplié leurs raids et leurs opérations suite à une vague d’attaques terroristes en Israël qui ont fait 19 morts au début de l’année.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...