Le Bayern s’excuse pour un tweet jugé antisémite
Rechercher

Le Bayern s’excuse pour un tweet jugé antisémite

Un montage montrant un joueur debout sur une voie ferrée avec en légende 'C'est la fin' a été interprété comme une référence à l'Holocauste

Karl Hopfner, le dirigeant de l'équipe de football du Bayern Munich lors d'une conférence de presse le 29 novembre 2014 (Crédit : Capture d'écran YouTube)
Karl Hopfner, le dirigeant de l'équipe de football du Bayern Munich lors d'une conférence de presse le 29 novembre 2014 (Crédit : Capture d'écran YouTube)

Quelques heures avant le 8e de finale retour contre la Juventus, le Bayern Munich s’est excusé pour un montage-photo posté sur son compte Twitter où la présence d’une voie ferrée a été interprétée par certains supporteurs italiens comme une référence à l’Holocauste.

Le montage présente le gardien Manuel Neuer devant le slogan « Quiè la fine » (C’est la fin), surplombant l’Allianz Arena, au bout d’une voie ferrée où la devise turinoise « Fino alla fine » (Jusqu’à la fin) apparaît barrée en rouge.

Des utilisateurs du réseau social Twitter y ont vu une référence aux trains menant au camp de concentration d’Auschwitz. Le journal italien Tuttosport a po

sté sur son site son propre montage avec l’image initiale accompagnée des rails menant à ce camp.

« Hélas, notre montage a réveillé par inadvertance des références à des événements historiques. Si nous avons blessé des supporteurs de la Juventus ou d’autres personnes, nous nous en excusons », a immédiatement twitté en italien le club bavarois.

Le porte-parole du club allemand Markus Hoerwick a souligné que « ce montage n’avait qu’une référence sportive puisque ce sera la fin pour une des deux équipes ».

« Les jeunes en charge du montage n’avaient aucune idée de l’histoire de l’Allemagne », a-t-il ajouté.

Ce « raté » en communication est d’autant plus pénible que le géant bavarois compte parmi ses anciens présidents Kurt Landauer et Siegfried Herrmann, deux victimes de la persécution nazie.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...