Le cabinet ajoute 14 milliards de shekels au plan de relance de l’économie
Rechercher

Le cabinet ajoute 14 milliards de shekels au plan de relance de l’économie

Ces fonds sont destinés à aider les entreprises et à encourager le retour à l'emploi ; au total, le montant du plan de relance s'élève à 100 milliards de shekels

Des employés gantés et masqués préparent la réouverture des magasins du centre commercial Hadar à Jérusalem, le 6 mai 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/FLASH90)
Des employés gantés et masqués préparent la réouverture des magasins du centre commercial Hadar à Jérusalem, le 6 mai 2020. (Crédit : Olivier Fitoussi/FLASH90)

Le cabinet a soutenu dimanche un plan soumis par le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre des Finances Israël Katz consistant à injecter 14 milliards de shekels supplémentaires dans l’économie afin de combler les pertes causées par le coronavirus et les mesures de confinement destinées à freiner sa propagation.

Ces fonds permettront d’aider les entreprises en difficulté et sont également destinés à des projets favorisant le retour à l’emploi.

Au total, la somme allouée par le gouvernement au plan de relance s’élève à 100 milliards de shekels.

« C’est une mesure essentielle dans le processus de gestion de la crise dans laquelle nous nous trouvons, pour les citoyens de l’État d’Israël et pour la baisse du chômage rapide dans le pays », a déclaré Israel Katz dans un communiqué.

Dans le cadre de l’accord de coalition gouvernementale, ce dernier a quitté le ministère des Affaires étrangères pour celui des Finances.

Une partie des fonds supplémentaires est allouée à l’augmentation d’une enveloppe de prêts destinés aux petites et moyennes entreprises, initialement dotée d’un montant de 8 milliards de shekels (2 milliards d’euros), qui passe désormais à 14 milliards (3,6 milliards d’euros). Deux milliards (520 millions d’euros) supplémentaires seront réservés aux entreprises du secteur du high-tech et 750 millions de shekels (195 millions d’euros) serviront de garanties gouvernementales pour couvrir les crédits aux fournisseurs.

Israel Katz, alors ministre des Affaires étrangères, à Jérusalem le 22 octobre 2019. (Crédit : Noam Revkin Fenton/Flash90)

Le cabinet a également approuvé l’allocation de 6 milliards de shekels pour réduire le chômage en incitant les entreprises à réembaucher les travailleurs qui ont perdu leur emploi en raison du confinement. Le projet avait été à l’arrêt en raison de divergences entre les associations d’entreprise et le ministère des Finances sur la façon de mettre ce projet en application sans fournir aux employeurs, inconsciemment, un motif pour renvoyer leurs employés afin de pouvoir être éligibles à ces subventions, en cas de deuxième vague de Covid-19.

Un autre fonds sera consacré aux entreprises qui se sont vus refuser des prêts par les banques parce qu’elles sont considérées comme trop risquées dans la période actuelle en raison de l’épidémie de coronavirus et de l’impact qu’elle a eu sur la vie publique.

Les travailleurs indépendants et les propriétaires de petites entreprises israéliens ont multiplié les manifestations contre ce qu’ils considèrent comme une réaction économique insuffisante de la part du gouvernement pour les aider à survivre à la pandémie. Les grandes chaînes de magasins ont également demandé l’aide du gouvernement.

Les mesures de lutte contre le virus, instaurées dès la mi-mars, ont entraîné un arrêt quasi-total de l’économie. Les chiffres du chômage ont bondi, passant d’un niveau record de 4 % début mars à plus de 25 % début avril, car de nombreuses entreprises ont été contraintes de fermer et que les Israéliens ont reçu l’ordre de se confiner.

En conséquence, le nombre de chômeurs a dépassé le million pour la première fois dans l’histoire d’Israël, et de nombreux employés ont été mis en congé sans solde.

Alors que le gouvernement commençait à assouplir les restrictions, le Service national de l’emploi a signalé au début du mois que le nombre de personnes retournant au travail était supérieur à celui de chômeurs.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...