Le Centre Wiesenthal répond à un animateur de radio norvégien qui dénigre Israël
Rechercher

Le Centre Wiesenthal répond à un animateur de radio norvégien qui dénigre Israël

Shimon Samuels a exhorté le Premier ministre norvégien "à prendre les mesures nécessaires" contre l'animateur "pour que son jeune public comprenne que le racisme a un prix"

Le centre Simon Wiesenthal à Los Angeles. (Crédit : Creative Commons / Wikimedia / Simon Wiesenthal Center)
Le centre Simon Wiesenthal à Los Angeles. (Crédit : Creative Commons / Wikimedia / Simon Wiesenthal Center)

Le Dr Shimon Samuels, directeur des relations internationales du Centre Wiesenthal, a adressé une lettre à Erna Solberg, Première ministre norvégienne, suite à des propos injurieux et anti-Israël entendus à la radio nationale norvégienne. L’Association des Amis norvégiens d’Israël avait auparavant dénoncé ces propos.

Shaun Henrik Matheson, animateur de la station numérique NRK P13, exploitée par la Norwegian Broadcasting Corporation, a exprimé toute une tirade contre Israël. L’homme a notamment affirmé qu’il souhaitait que le vaccin contre la COVID-19 ne fonctionne pas dans le « pays de merde » qu’est selon lui Israël.

Il a également affirmé qu’il s’agissait d’un pays d’apartheid et d’assassins qui refusait de vacciner les Palestiniens.

Shimon Samuels a dénoncé cette tirade jugée « inacceptable ».

« Si la plainte de l’Association des Amis norvégiens d’Israël auprès de NRK semble avoir conduit à la suppression du contenu, ils ont refusé de prendre des mesures contre l’auteur des propos haineux », a affirmé Samuels.

Il a ainsi exhorté le Premier ministre « à prendre les mesures nécessaires pour que le jeune public de Matheson comprenne que le racisme et toutes les autres formes de haine ont un prix… »

« Nous suggérons fortement que NRK adopte la définition de l’antisémitisme de l’IHRA (International Holocaust Remembrance Alliance) – comme l’a fait la Norvège – afin que les répercussions puissent être identifiées et que des mesures appropriées soient prises », a conclu Samuels.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...