Le chef de B’Tselem est “un vrai patriote”, selon des sources de l’unité d’élite où il a servi
Rechercher

Le chef de B’Tselem est “un vrai patriote”, selon des sources de l’unité d’élite où il a servi

Hagai El-Ad est décrit comme un excellent soldat qui a grandement contribué à la sécurité d’Israël par ceux qui ont servi avec lui dans l’unité 504, élite du renseignement

Hagai El-Ad, le directeur de B'TSelem, devant le Conseil de sécurité des Nations unies, à New York, le 14 octobre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)
Hagai El-Ad, le directeur de B'TSelem, devant le Conseil de sécurité des Nations unies, à New York, le 14 octobre 2016. (Crédit : capture d'écran YouTube)

Hagai El-Ad, le directeur de B’Tselem, est un « vrai patriote », qui a apporté une contribution inestimable à la sécurité d’Israël quand il servait dans l’une des unités d’élites les plus secrètes de l’armée israélienne, ont déclaré dimanche des sources internes à l’unité, dans un contexte de tempête médiatique et politique après son discours devant le Conseil de sécurité des Nations unies ce mois-ci.

Il avait à ce moment demandé une intervention mondiale contre les implantations israéliennes en Cisjordanie.

Pendant la session du 14 octobre, El-Ad avait dénoncé la “violence invisible et bureaucratique” qui domine la vie des Palestiniens “du berceau à la tombe”, faisant notamment allusion aux contrôles exercés lors de l’entrée et de la sortie des Territoires et les droits liés à l’agriculture.

Son discours avait été condamné par des politiciens israéliens, dont le Premier ministre Benjamin Netanyahu, qui avait émis le souhait de ne plus permettre aux bénévoles du service national de s’impliquer auprès de cette organisation de gauche de défense des droits de l’Homme.

David Bitan, le député du Likud qui préside la coalition, avait demandé la déchéance de la nationalité d’El-Ad, avant de proposer une loi qui interdirait aux citoyens israéliens de demander des actions internationales contre Israël devant les institutions mondiales.

Selon un reportage diffusé dimanche par la Dixième chaîne, El-Ad a servi au sein de l’unité 504, une unité d’élite qui forme les agents sous couverture à opérer à l’étranger, principalement dans les pays aux frontières d’Israël. Des sources au sein de l’unité ont décrit El-Ad comme un excellent soldat et l’un des meilleurs arabophones qui y aient servi.

Elles ont également affirmé qu’il avait apporté des contributions inestimables à la sécurité d’Israël et était « un vrai patriote », plus que la plupart des personnes qui le critiquent pour son travail de directeur exécutif de B’Tselem, selon le reportage.

Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les Territoires, le général Yoav Mordechai, en 2015. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)
Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les Territoires, le général Yoav Mordechai, en 2015. (Crédit : Gershon Elinson/Flash90)

El-Ad a servi au sein de l’unité entre 1987 et 1991, aux côtés de l’actuel coordinateur des activités gouvernementales dans les territoires (COGAT), Yoav Mordechai, qui est responsable de la mise en place des politiques du gouvernement israélien en Cisjordanie, selon la chaîne.

Pendant ces années, a annoncé la Dixième chaîne, l’unité travaillait principalement dans le sud du Liban pour mettre en place des réseaux d’informateurs.

Pendant son discours, El-Ad avait déclaré qu’Israël a utilisé le processus de paix « pour acheter du temps » afin d’établir des faits sur le terrain pour les implantations.

Le pays ne peut pas occuper un peuple pendant 50 ans et se dire démocratique, a-t-il déclaré, ajoutant que les droits des Palestiniens devaient être réalisés, et que l’occupation devait cesser.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...