Rechercher

Le chef de la police antiterroriste allumera une torche à Yom HaAtsmaout

Le commandant du Yamam, dont l'identité est gardée secrète, masquera son apparence avec une perruque et des lunettes de soleil lors de la cérémonie officielle

Illustration : Officiers de la police des frontières avec l'unité antiterroriste de Yamam lors d'une opération. (Crédit: Police israélienne)
Illustration : Officiers de la police des frontières avec l'unité antiterroriste de Yamam lors d'une opération. (Crédit: Police israélienne)

Le commandant de Yamam, l’unité antiterroriste de la police, aura l’honneur d’allumer une torche lors de la cérémonie officielle de Yom HaAtsmaout, le jour de l’Indépendance d’Israël le mois prochain, a annoncé la police jeudi.

Allumer une torche le jour de Yom HaAtsmaout est considéré comme l’un des plus grands honneurs de l’État et est proposé à quelques privilégiés chaque année. Mais contrairement aux autres lauréats, le commandant le fera sans que son nom ou son visage ne soient révélés.

Le commandant de l’unité spéciale au sein de la police des frontières, identifié uniquement par la première lettre de son prénom pour des raisons de sécurité, portera une perruque, un chapeau et des lunettes pour rendre l’honneur lors de la cérémonie du mois prochain, dans un geste très inhabituel.

Le commandant est décrit comme étant âgé de 53 ans, marié et père de trois enfants, et est un « officier audacieux et accompli qui a commencé son service à Yamam en 1990 ». Il a été choisi pour allumer le flambeau « au nom des policiers israéliens, des agents de la police des frontières, des volontaires et des réservistes qui sont à l’avant-garde de la protection de la sécurité de l’État et de ses citoyens ».

Le commissaire de la police israélienne, Kobi Shabtai, a salué la décision « précisément à ce moment, alors que la police israélienne, la police des frontières, y compris le Yamam, se battent pour la sécurité des citoyens israéliens sur tous les fronts ».

Shabtai a déclaré que cet honneur est « un énorme signe de reconnaissance envers les 32 000 policiers et combattants israéliens qui travaillent toute l’année sur une variété de missions et font face à d’innombrables défis ». Ces dernières semaines, a-t-il ajouté, « tous les citoyens israéliens ont été témoins du sacrifice, de la détermination et de l’héroïsme de la police et des combattants ».

Shira Isakov et Adi Guzi allument une torche lors de la cérémonie du 73e anniversaire de la fête de l’indépendance, qui s’est tenue au mont Herzl, à Jérusalem, le 14 avril 2021. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

Plusieurs attentats en Israël au cours des dernières semaines ont coûté la vie à treize personnes, l’une des séries de terrorisme les plus meurtrières qu’Israël ait connues ces dernières années. Dans l’un d’eux, deux agents de la police des frontières ont été abattus à Hadera lors d’une attaque terroriste avant que les terroristes ne soient tués par d’autres agents à proximité. Et à Bnei Brak, deux jours plus tard, cinq personnes, dont un officier répondant, ont été tuées juste avant que la police n’abatte l’agresseur.

La cérémonie marquant le 74e anniversaire du jour de l’indépendance d’Israël doit avoir lieu le 4 mai.

Le ministre de la Culture et des Sports Chili Tropper a annoncé mercredi que la cérémonie centrale du Jour de l’Indépendance n’inclura pas de feux d’artifice, en raison des inquiétudes concernant l’impact qu’ils ont sur les anciens combattants souffrant de trouble de stress post-traumatique.

« La cérémonie mettra l’accent sur le bien commun », a déclaré Tropper, affirmant que « la cérémonie d’allumage de la torche appartient à tout le monde, dans toutes les situations politiques ».

Les festivités de cette année n’incluront pas de discours du Premier ministre – un retour à la coutume précédente, qui avait récemment été modifiée sous l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu. Le Premier ministre Naftali Bennett sera présent, mais ne parlera pas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...