Israël en guerre - Jour 142

Rechercher

Le chef de l’UNRWA nie avoir eu connaissance du centre du Hamas sous son QG à Gaza

Le COGAT affirme que Philippe Lazzarini, selon qui, les allégations devraient être examinées et toute autre activité "suspecte" devrait être signalée à l'ONU, savait

Des soldats israéliens à l'intérieur d'un complexe évacué de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), à Gaza City, sur une photo prise lors d'une visite média organisée par l'armée israélienne, le 8 février 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)
Des soldats israéliens à l'intérieur d'un complexe évacué de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine au Proche-Orient (UNRWA), à Gaza City, sur une photo prise lors d'une visite média organisée par l'armée israélienne, le 8 février 2024. (Crédit : Jack Guez/AFP)

Le directeur de l’Office controversé de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, a nié samedi avoir eu connaissance d’un centre de données du Hamas découvert par les troupes israéliennes sous son siège à Gaza City. L’armée israélienne et le ministre des Affaires étrangères, Israël Katz, ont aussitôt jeté le doute sur cette affirmation.

Dans un tweet publié peu après la publication des constatations par le Times of Israel, entre autres médias, Lazzarini a déclaré que son organisation, l’UNRWA, « ne savait pas ce qui se trouvait sous son siège à Gaza » et que les informations « méritent une enquête indépendante qu’il n’est actuellement pas possible d’entreprendre étant donné que Gaza est une zone de guerre active ».

Il a ajouté qu’Israël n’avait « pas officiellement informé l’UNRWA de l’existence du tunnel présumé ».

Le centre de données souterrain, vu par le correspondant militaire du Times of Israel jeudi lors d’une visite de l’armée israélienne, comprenait une salle équipée d’électricité, de batteries industrielles et de logements pour les terroristes du Hamas qui exploitent des serveurs informatiques.

L’allégation selon laquelle le groupe terroriste palestinien du Hamas gérait un centre de données sous le nez de l’UNRWA vient s’ajouter aux inquiétudes croissantes concernant le niveau d’infiltration du Hamas au sein de l’agence, qui enquête déjà sur les allégations selon lesquelles au moins une douzaine de membres du personnel ont pris part à la vague de tueries du Hamas du 7 octobre dans le sud d’Israël. Environ 1 200 personnes ont été tuées lors de ce massacre et 253 autres ont été enlevées, dont plus de la moitié sont toujours retenues en otage à Gaza. La plupart des atrocités commises par le Hamas en octobre étaient dirigées contre des civils.

Jérusalem soutient depuis longtemps que l’UNRWA devrait être dissoute, et les récentes allégations ont conduit d’importants pays donateurs à annoncer le gel de son financement, ce qui fait craindre que l’agence, qui assure pour sa part être le principal canal d’aide pour des millions de personnes dans la bande de Gaza dans le cadre de la guerre entre Israël et le Hamas, pourrait cesser ses activités à Gaza et ailleurs au Moyen-Orient dans les semaines à venir.

Le chef de l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), Philippe Lazzarini, s’exprimant lors d’un entretien avec l’Associated Press, au siège de l’UNRWA, à Beyrouth, au Liban, le 6 décembre 2023. (Crédit : Bilal Hussein/AP)

« Oh vous saviez », a tweeté le Coordinateur des activités gouvernementales dans les Territoires palestiniens, connu sous l’acronyme COGAT, à l’adresse de Lazzarini samedi soir, après que le chef de l’agence de l’ONU eut plaidé l’ignorance.

Lazzarini a déclaré que le personnel de l’ONU avait quitté le siège de Gaza le 12 octobre, alors que l’opération militaire d’Israël à Gaza commençait à s’intensifier à la suite de la série de tueries barbares perpétrées par le Hamas dans le sud d’Israël cinq jours plus tôt.

« Nous n’avons pas utilisé ce complexe depuis que nous l’avons quitté et nous ne sommes pas au courant des activités qui ont pu s’y dérouler », a-t-il affirmé.

L’UNRWA, a-t-il fait valoir, « est une organisation humanitaire et de développement humain qui ne dispose pas de l’expertise militaire et de sécurité ni de la capacité d’entreprendre des inspections militaires de ce qui se trouve ou pourrait se trouver dans ses locaux ».

Il a ajouté que toute activité « suspecte » antérieure avait été rapidement traitée et « systématiquement signalée dans les rapports annuels présentés à l’Assemblée générale et rendus publics ».

Dans une réponse publiée sur X, le COGAT a déclaré que les fonctionnaires de l’ONU avaient été informés de l’utilisation du siège de Gaza City par le groupe terroriste et que le centre de données s’y trouvait avant que le personnel de l’agence ne quitte les lieux le 12 octobre.

« Creuser un tunnel prend plus de 4 mois. Nous avons invité des hauts fonctionnaires de l’ONU à voir, et au cours de réunions passées avec vous et d’autres fonctionnaires de l’ONU, nous avons déclaré que le Hamas utilisait le siège de l’UNRWA », a écrit le COGAT.

« Vous avez choisi d’ignorer les faits pour pouvoir ensuite tenter de les nier », a-t-il ajouté.

Le ministre des Affaires étrangères a aussi rejeté l’affirmation de Lazzarini selon laquelle il n’était pas au courant de la présence de l’installation du Hamas comme étant « non seulement absurde mais aussi un affront au bon sens » et a réitéré les appels à la démission du chef de l’UNRWA.

« Sa prompte démission est impérative », a écrit Katz sur X.

Il a affirmé que la découverte montrait « l’implication profonde » de l’UNRWA avec le Hamas.

L’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU, Gilad Erdan, a affirmé que Lazzarini avait « refusé » une demande israélienne de perquisitionner les installations de l’UNRWA à Gaza après avoir remis des preuves montrant que le groupe terroriste palestinien avait utilisé des écoles, et l’a accusé d’avoir essayé d’éviter d’entendre parler de telles allégations.

Le ministre Israel Katz arrivant à une rencontre du gouvernement au bureau du Premier ministre, à Jérusalem, le 10 décembre 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

En tant que partie officiellement « neutre », les installations de l’UNRWA sont considérées comme interdites aux opérations militaires, des dizaines de milliers de personnes se réfugiant dans les écoles de l’UNRWA à travers la bande de Gaza, selon l’UNRWA. Tsahal a été condamné pour avoir opéré à proximité de ces installations et d’autres infrastructures civiles, mais Jérusalem accuse le Hamas d’avoir dissimulé des terroristes, des armes et des bunkers au sein même de la population civile de Gaza, et notamment sous les hôpitaux. La branche palestinienne des Frères musulmans est largement accusée d’utiliser la population comme « boucliers humains ».

Le groupe terroriste palestinien du Hamas a précédemment nié les allégations israéliennes selon lesquelles il aurait creusé un vaste réseau de tunnels sous les écoles, les hôpitaux et d’autres infrastructures civiles pour couvrir ses activités terroristes.

Tsahal et l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet ont déclaré que le centre de données avait été découvert après que les opérations militaires menées dans la ville de Gaza au cours des dernières semaines eurent permis de découvrir une « entrée de tunnel » à proximité d’une école gérée par l’agence onusienne controversée.

« Le puits menait à un tunnel terroriste souterrain qui constituait un atout important pour les services de renseignements armés du Hamas et passait sous le bâtiment qui sert de siège principal à l’UNRWA dans la bande de Gaza », ont-ils ajouté dans un communiqué.

Une salle électrique desservant un centre informatique souterrain du Hamas, sous le siège de l’UNRWA, découvert par l’armée israélienne dans la ville de Gaza, le 8 février 2024. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

« L’infrastructure électrique du tunnel, long de 700 mètres et situé à 18 mètres sous terre, était reliée au siège de l’agence, indiquant que les installations de l’UNRWA alimentaient le tunnel en électricité », selon l’armée.

Des documents et une réserve d’armes dans l’enceinte même de l’ONU « ont confirmé que les bureaux avaient également été utilisés par des terroristes du Hamas », selon la déclaration commune.

L’ONU a lancé deux enquêtes distinctes sur l’UNRWA, la première sur les allégations israéliennes selon lesquelles 12 membres de son personnel auraient participé aux attaques du 7 octobre, et la seconde sur sa position générale en matière de neutralité politique.

Le chef de l’ONU, Antonio Guterres, a pris la défense de l’agence, la qualifiant de « colonne vertébrale » de l’aide à Gaza.

Un tunnel menant à un centre de données du Hamas découvert par les l’armée israélienne, à Gaza City, le 8 février 2024. (Crédit : Emanuel Fabian/Times of Israel)

Bien que les États-Unis aient gelé leur financement, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que l’UNRWA jouait un « rôle absolument indispensable pour s’assurer que les hommes, les femmes et les enfants qui ont désespérément besoin d’aide à Gaza la reçoivent effectivement ».

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.