Le corps de Milhem ne sera rendu que si la famille accepte certaines conditions
Rechercher

Le corps de Milhem ne sera rendu que si la famille accepte certaines conditions

La famille devra accepter de s'assurer que les funérailles ne se transforment pas en célébration du terrorisme

Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan lors d'une visite au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem le vendredi 31 juillet 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)
Le ministre de la Sécurité intérieure Gilad Erdan lors d'une visite au mur Occidental dans la Vieille Ville de Jérusalem le vendredi 31 juillet 2015 (Crédit photo: Yonatan Sindel / Flash90)

Le ministre de la Sécurité intérieure, Gilad Erdan, a déclaré qu’Israël ne remettra pas la dépouille du terroriste, Nashat Milhem, jusqu’à ce que la famille accepte les demandes de la police qui souhaite qu’elle veille à ce que l’enterrement ne célèbre pas les actions de Milhem.

Milhem, un Arabe israélien de la ville d’Arara, a ouvert le feu dans un pub de Tel Aviv le 1er janvier et a tué deux personnes.

Il s’est ensuite échappé en tuant un chauffeur de taxi. Il est revenu dans sa ville natale, où il est resté caché des autorités jusqu’à vendredi dernier, quand il a été tué dans une fusillade avec la police.

« Quand la famille se conformera aux exigences de la police israélienne, qui sont destinées à s’assurer que l’enterrement du terroriste ne se transforme pas en un rassemblement de soutien à la terreur et en incitation à de nouvelles attaques – le corps sera rendu », a précisé Erdan dans une déclaration aujourd’hui.

« Si cela n’arrive pas », a-t-il ajouté, « la remise [de la dépouille] sera retardée jusqu’à ce que nous puissions être sûr que ces conditions soient remplies ».

Liberman : rendez le corps de Milhem afin que nous puissions voir le soutien qu’il a

Le dirigeant d’Yisrael Beytenu, le député Avigdor Liberman, a exhorté à rendre la dépouille du tireur de Tel Aviv, Nashat Milhem, à sa famille.

Lors d’une réunion de faction à la Knesset aujourd’hui, Liberman, un ancien ministre des Affaires étrangères, a critiqué la décision, disant qu’il était important de démontrer que Milhem a bénéficié d’un soutien dans sa ville natale d’Arara, quelque chose que les résidents de la ville arabe ont nié depuis le massacre du 1er janvier de Milhem à Tel Aviv.

« Nous ne pouvons pas avoir peur tout le temps. Je demande au ministre de la Sécurité publique de restituer la dépouille, et laissez-les tous aller [à l’enterrement] afin que nous puissions photographier [les partisans de Milhem] un par un. Quand ils nous racontent des histoires sur le fait que c’est un loup solitaire qui n’a pas de soutien, nous verrons que cela n’est tout simplement pas vrai – nous savons qu’il y a un certain nombre de complices qui l’ont aidé et d’autres qui étaient silencieux et ne l’ont pas livré, des dizaines sinon des centaines dans le village qui savait qu’il était là », a affirmé Liberman.

La police a finalement retrouvé Milhem caché à Arara vendredi dernier. Milhem a ouvert le feu sur les forces de police qui tentaient de l’arrêter. Il a été tué lorsque la police a riposté.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...