Le cours du dollar tombe à 3,19 shekels, sa valeur la plus basse depuis 25 ans
Rechercher

Le cours du dollar tombe à 3,19 shekels, sa valeur la plus basse depuis 25 ans

La devise américaine a chuté de manière constante au cours des quinze derniers jours, une baisse qui serait due, selon certains, à une possible hausse des aides par les Démocrates

Dollars et shekels. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Dollars et shekels. Illustration. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

Le cours du dollar a atteint son niveau le plus bas depuis 25 ans par rapport au shekel dans la journée de mercredi, alors que les marchés financiers observent l’issue de la campagne menée dans l’État de Georgie, qui semblerait confirmer que les Démocrates prendront bien le contrôle du Sénat.

Perdant 0,5 %, la devise américaine avait chuté à 3,186 shekels au moment de l’écriture de cet article, un niveau jamais connu depuis le mois d’avril 1996.

C’est le treizième jour sur quinze où le dollar perd de la valeur, selon le site financier Calcalist.

Une victoire démocrate entraînera probablement une hausse des enveloppes d’aides économiques apportées aux Américains, ce qui aura un impact sur la valeur du dollar, selon le site.

Le taux de l’indice du dollar – dont le calcul s’effectue à partir de six autres devises – a aussi baissé de 89 points. Il se trouve à son plus bas niveau depuis deux ans et demi.

L’euro et la livre britannique ont ainsi pris 0,3 % par rapport au dollar, a noté l’article.

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, a déclaré en début de semaine que la banque centrale interviendrait sur le marché des devises étrangères pour pouvoir contrôler la hausse du shekel. Le shekel a pris presque 7,5 % de valeur par rapport au dollar en 2020, ce qui a amené la Banque d’Israël à acheter 20 milliards de dollars – un chiffre record – sur le marché des devises étrangères pendant l’année, a expliqué Yaron.

Le gouverneur de la Banque d’Israël Amir Yaron, lors d’une conférence de presse le 31 mars 2019. (Autorisation : Yonatan Sindel / Flash90)

« Cela a permis de modérer les choses », a-t-il dit. « Et nous n’hésiterons pas à continuer à utiliser cet outil tant que l’économie sera en crise. »

La Banque centrale a revu à la hausse ses prévisions macro-économiques pour les deux années à venir, estimant que la contraction du PIB sera de 3,7 % en 2020. Le PIB devrait augmenter de 6,3 % en 2021 et le taux de chômage important devrait décliner pendant l’année à 7,7 % de la main-d’œuvre lors du troisième trimestre 2021 – en supposant que le programme de vaccination rapide continuera et permettra à l’économie d’avancer vers un rétablissement.

Plus de 1,2 million de personnes ont d’ores et déjà été vaccinées – soit environ 12 % de la population – ce qui fait d’Israël un leader mondial dans le pourcentage de vaccinations par million d’habitants.

Mais la nation est entrée dans son troisième confinement et la pandémie continue à se propager, avec 59 229 cas actifs dans le pays enregistrés mercredi matin, et après la confirmation de 8 164 nouveaux cas dans la journée de mardi.

3 495 personnes sont décédées des suites du coronavirus en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...