Israël en guerre - Jour 201

Rechercher

Le débat sur l’aide à Israël révèle des désaccords entre les groupes juifs américains

Les groupes juifs ont toujours milité pour un renforcement des droits des migrants, mais les JFNA, l'ADL et l'AJC soutiennent désormais un texte visant à durcir le régime d'asile américain

Un agent de la patrouille frontalière demandant aux migrants demandeurs d'asile de s'aligner dans un campement de fortune en montagne après que le groupe a franchi la frontière avec le Mexique, près de Jacumba Hot Springs, en Californie, le 2 février 2024. (Crédit : Gregory Bull/AP Photo)
Un agent de la patrouille frontalière demandant aux migrants demandeurs d'asile de s'aligner dans un campement de fortune en montagne après que le groupe a franchi la frontière avec le Mexique, près de Jacumba Hot Springs, en Californie, le 2 février 2024. (Crédit : Gregory Bull/AP Photo)

WASHINGTON – JTA – Alors que le Congrès débat de divers projets de loi qui permettraient d’envoyer une aide militaire d’urgence à Israël, des groupes juifs de l’ensemble du spectre politique ont plaidé en faveur de leur adoption.

Mais les efforts en faveur de l’aide ont fini par désunir ces groupes sur une autre question qui anime souvent le militantisme juif : la réforme de l’immigration. Les groupes juifs traditionnels se sont divisés sur la question de savoir si un projet de loi de compromis était allé trop loin dans le renforcement du système d’asile américain.

Israël et l’immigration – ou la sécurité des frontières – sont devenus connexes lorsque les Républicains ont déclaré qu’ils ne soutiendraient l’aide à Israël et à l’Ukraine que si elle s’accompagnait de nouvelles restrictions significatives de l’immigration américaine. Un groupe bipartisan de sénateurs a proposé un projet de loi visant à résoudre les deux problèmes, en fournissant une aide à Israël et à l’Ukraine et des fonds pour la protection des lieux de culte, tout en réprimant un flux sans précédent de migrants à la frontière entre les États-Unis et le Mexique. Le texte renforcerait également les normes américaines en matière de demande d’asile.

Le projet de loi a échoué au Sénat mercredi, anéanti par l’opposition des Républicains de la Chambre des représentants et de l’ancien président Donald Trump, probable candidat du parti à l’élection présidentielle, qui a déclaré qu’il n’allait pas assez loin. Des initiatives isolées visant à accorder à Israël une aide militaire ont également échoué au Congrès.

Mais Trump n’a pas été le seul à pousser un soupir de soulagement face à l’échec de la proposition. Il a été rejoint par des groupes juifs libéraux qui se sont également opposés à ses dispositions en matière d’immigration – parce qu’elles étaient trop strictes. Alors que les législateurs déterminent leurs prochaines actions, le débat a mis en évidence les divergences entre les groupes juifs sur ce qu’il convient de faire lorsque deux questions qui ont historiquement touché la corde sensible des Juifs – le soutien à Israël et l’aide aux réfugiés – s’affrontent au Capitole.

Les grandes organisations juives ont toujours milité en faveur d’un renforcement des droits des migrants, à l’époque où les Juifs en péril cherchaient à trouver refuge sur les côtes américaines. Mais ces dernières semaines, certains de ces groupes se sont ralliés au projet de loi de compromis, notamment les Fédérations juives d’Amérique du Nord (JFNA), l’Anti-Defamation League (ADL) et l’American Juif Committee (AJC).

Des agents de la patrouille frontalière demandant aux migrants demandeurs d’asile de s’aligner dans un campement de fortune en montagne après que le groupe a franchi la frontière avec le Mexique, près de Jacumba Hot Springs, en Californie, le 2 février 2024. (Crédit : Gregory Bull/AP Photo)

« Tous les efforts bipartisans nécessitent un compromis », a déclaré un porte-parole de l’ADL à la Jewish Telegraphic Agency. Le projet de loi du Sénat, a expliqué le porte-parole, « comprend une aide cruciale à Israël et un financement pour protéger les communautés juives et vulnérables à un moment où nous sommes confrontés à des menaces historiques ».

« Nous continuerons à travailler avec le Congrès pour plaider en faveur de la justice et d’un traitement équitable pour tous », a ajouté le porte-parole au sujet de l’immigration.

D’autres organisations juives ont déclaré que l’aide à Israël ne valait pas le coup porté au système d’asile et à d’autres politiques humanitaires américaines. Il s’agit notamment du mouvement réformé, du Conseil national des femmes juives, du Conseil juif pour les affaires publiques, du groupe rabbinique libéral de défense des droits de l’Homme T’ruah et de HIAS, principale organisation juive de défense de l’immigration et d’aide aux réfugiés.

« Il est regrettable que certaines organisations juives soient prêtes à sacrifier le système d’asile au profit d’une aide étrangère à court terme pour Israël », a déclaré la rabbin Jill Jacobs, directrice de T’ruah.

Les responsables des groupes qui ont rejeté le projet de loi se sont déclarés stupéfaits que celui-ci ait été adopté par des groupes juifs qu’ils considéraient comme leurs alliés.

« Ils ne semblent pas réaliser que l’asile est une question juive, enracinée dans les leçons de la Shoah ainsi que dans la Torah », a déclaré Mark Hetfield, le PDG de HIAS, à la JTA. « L’aide à Israël est cruciale, mais pas au détriment de l’engagement américain en matière de protection des réfugiés. »

Hetfield a souligné qu’il était également en colère contre les Démocrates. « Les Démocrates ont compromis leurs valeurs en matière de droits de l’Homme et d’asile, ont changé les règles du jeu et n’ont absolument rien obtenu en contrepartie », a-t-il affirmé.

Le projet de loi du Sénat aurait considérablement réduit les critères d’admissibilité des demandeurs d’asile. Il aurait mis fin au traitement des demandes d’asile et commencé à procéder à des expulsions massives si le nombre d’entrées atteignait une moyenne de 4 000 par jour sur une période de cinq jours, ou de 5 000 par jour. Le projet de loi n’offre pas de voie d’accès à la citoyenneté aux « rêveurs », des migrants sans papiers arrivés enfants, un élément qui était autrefois incontournable pour les Démocrates.

Des troopers du Département de la sécurité publique du Texas aidant à guider les migrants vers une zone de traitement après qu’ils ont traversé le Rio Grande du Mexique vers les États-Unis, à Eagle Pass, au Texas, le 3 janvier 2024. (Crédit : Eric Gay/AP Photo)

« Nous sommes très préoccupés par la façon dont le projet de loi sape notre engagement envers les lois nationales et internationales sur l’asile et ravive certaines des politiques d’immigration les plus radicales de ces dernières années », a écrit Laura Frank, porte-parole de l’Union pour le judaïsme réformé, dans un courriel. « Il reflète également l’échec du Congrès, une fois de plus, à protéger les DREAMERs [RÊVEURs], des jeunes qui sont particulièrement à risque. »

Les Républicains qui se sont opposés au projet de loi ont déclaré que les plafonds indiquaient que Biden et les Démocrates n’étaient pas sérieux quant à l’arrêt du flux illégal à travers la frontière. Stephen Miller, le principal conseiller de Trump en matière de politique d’immigration, qui est Juif, a déclaré sur Fox News que le projet de loi montrait la « politique de Biden : traverser illégalement, se faire reloger ».

Les groupes juifs qui ont soutenu le compromis ont souligné son aide à Israël ainsi qu’à l’Ukraine, un autre pays dont de nombreux groupes juifs ont défendu ouvertement le combat. Une lettre de l’AJC exhortant les sénateurs à voter pour la mesure a souligné qu’elle répondait « aux besoins urgents de sécurité d’alliés clés, dont Israël et l’Ukraine, alors qu’ils font face à des menaces existentielles ».

« Ce qui est en jeu dans ces deux conflits aura des répercussions sur les générations à venir, bien au-delà d’Israël et de l’Ukraine », indique la lettre. « Le leadership mondial américain est plus important que jamais, car ces deux nations ont besoin du gouvernement américain pour unir le monde contre le terrorisme du Hamas et l’agression continue de la Russie. »

Le secrétaire de la Sécurité du territoire Alejandro Mayorkas s’exprimant lors d’une conférence de presse au National Press Club, à Washington, le 9 septembre 2021. (Crédit : Jose Luis Magana/AP Photo)

Le projet du Sénat – et les divisions juives à son sujet – surviennent alors qu’au moins un groupe s’est désintéressé de la question de l’immigration. Un porte-parole des JFNA a déclaré que l’organisation faîtière ne travaillait plus sur cette question. Ses prédécesseurs des décennies passées étaient toutefois à l’avant-garde de la défense de l’immigration bien après la Seconde Guerre mondiale, lorsqu’ils cherchaient à supprimer les mesures discriminatoires qui affectaient non seulement les Juifs, mais aussi d’autres minorités.

En 2010, l’AJC a été à l’avant-garde du militantisme juif pour un effort de réforme qui aurait facilité l’obtention de la citoyenneté pour les « rêveurs » sous le président de l’époque Barack Obama. La lettre de l’AJC sur le projet de loi du Sénat a également fait référence à la partie sur l’immigration, en disant que le groupe soutient « des solutions d’immigration qui répondent à la fois aux besoins économiques et de sécurité nationale de notre pays, tout en respectant nos obligations internationales et les valeurs américaines partagées de justice, d’égalité des chances et de respect des droits de l’Homme et de la dignité de tous les peuples ».

Amy Spitalnick, PDG de la Jewish Council for Public Affairs (JCPA), a déclaré que les groupes juifs devraient être plus conscients de la façon dont le sectarisme à l’égard des immigrants s’imbrique dans l’antisémitisme. Elle a noté que les théories du complot antisémites ont joué un rôle dans un autre vote récent, la tentative de destitution infructueuse mardi du Secrétaire juif à la Sécurité intérieure Alejandro Mayorkas, à laquelle de nombreux groupes juifs se sont opposés en partie à cause des tropes antisémites lancés à l’encontre de Mayorkas.

« Si nous ne réalisons pas à quel point les droits fondamentaux et la dignité des immigrants sont inextricablement liés à la sécurité des Juifs – à la fois parce que nous avons été des immigrants, et certains d’entre nous le sont encore, et aussi parce que l’antisémitisme et la haine anti-immigrés ont été inextricablement liés ces dernières années dans notre politique – nous passons à côté de la dynamique plus large du moment et de la manière dont elle nous rend tous plus vulnérables », a-t-elle déclaré.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.