Le dirigeant travailliste Starmer révèle les traditions juives de sa famille
Rechercher

Le dirigeant travailliste Starmer révèle les traditions juives de sa famille

Un politicien britannique dit élever ses enfants “dans la foi” de la famille de leur grand-père; il veut “combler le fossé” qui s’est creusé entre son parti et la communauté juive

Le dirigeant travailliste Keir Starmer et son épouse Victoria applaudissent devant leur domicile le 14 mai 2020 à Londres, en Angleterre. (Justin Setterfield / Getty Images via JTA)
Le dirigeant travailliste Keir Starmer et son épouse Victoria applaudissent devant leur domicile le 14 mai 2020 à Londres, en Angleterre. (Justin Setterfield / Getty Images via JTA)

JTA – Dans une interview pour le festival d’études juives Limmud au Royaume-Uni, Keir Starmer, le chef du parti travailliste, a évoqué des sujets politiques attendus, notamment les actions du parti pour éradiquer l’antisémitisme en son sein à la suite du mandat controversé de Jeremy Corbyn à la tête du parti Travailliste.

Mais Starmer s’est également dévoilé sur un sujet qu’il a rarement évoqué : comment lui et son épouse juive élèvent leurs enfants dans le respect du judaïsme.

Starmer, qui a succédé à Jeremy Corbyn plus tôt cette année, a révélé lundi avoir été « élevé plus ou moins dans l’Église anglicane, et la famille de ma femme est juive, ils sont venus de Pologne ».

Starmer, 58 ans, et son épouse, l’avocate Victoria Alexander, ont deux enfants, qu’ils « élèvent dans le respect de la foi de la famille de leur grand-père, ce qui est très important », a-t-il déclaré. « Le simple fait de respecter cette tradition, cette foi du vendredi, est extrêmement important ; nous nous réunissons et nous faisons des prières en Zoom à présent. »

Jeremy Corbyn, à gauche, attend de parler aux côtés de Keir Starmer lors de leur campagne électorale sur le Brexit à Harlow, en Angleterre, le 5 novembre 2019. (AP Photo / Matt Dunham)

La famille fréquente la synagogue juive libérale de Londres, située dans le quartier de St. John’s Wood, et appartient au mouvement Libéral, le plus progressiste des deux courants libéraux de la communauté juive britannique, qui inclut les réformistes. Starmer a déjà laissé entendre que la famille d’Alexander venait dîner le vendredi soir dans leur maison de Londres.

La mère d’Alexander, qui s’était convertie au judaïsme, est décédée plus tôt cette année.

« Ce fut une année terrible pour ma femme et sa famille », a déclaré Starmer à Limmud.

Son père, qui est né juif et a des racines en Pologne, vit dans la même rue que Starmer et sa famille, a-t-il ajouté.

Au cours de l’interview, Starmer a réitéré ses critiques sur la façon dont Jeremy Corbyn, un homme politique d’extrême gauche qui considère le Hezbollah et le Hamas comme ses amis et soutient un boycott général d’Israël, a géré la prolifération des discours de haine antisémites dans les rangs du parti travailliste pendant les quatre ans de son mandat de chef du parti.

Starmer a tenté de tourner la page, de faire amende honorable pour ce qui a été perçu comme l’incapacité de Corbyn à lutter contre l’antisémitisme, et a suspendu brièvement Corbyn du parti après qu’il a minimisé des sections d’un rapport accablant sur l’antisémitisme au sein du parti travailliste de la Commission pour l’égalité et les droits de l’homme, l’organisme de vigilance contre le racisme du gouvernement britannique.

« Je ne peux pas vous dire à quel point j’ai été déçu ce matin-là par la réponse de Jeremy au rapport », a déclaré Starmer à Limmud. « Cela a fondamentalement brisé tout le travail que j’avais réalisé pour tenter de faire en sorte que nous puissions prendre les bonnes mesures grâce à ce rapport. »

« Je pense que nous pouvons encore recoller les morceaux », a-t-il ajouté.

Interrogé sur le projet d’annexion de certaines parties de la Cisjordanie par Israël l’année dernière, Starmer a déclaré qu’il s’était opposé à ce plan, mais qu’il ne soutenait pas le boycott des produits de Cisjordanie comme réponse, comme certains ont suggéré que le Royaume-Uni devrait faire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...