Le discours d’Abbas inclurait un ultimatum pour qu’Israël ‘remplisse ses obligations’
Rechercher

Le discours d’Abbas inclurait un ultimatum pour qu’Israël ‘remplisse ses obligations’

Le président de l'AP n'annoncera pas l'annulation des accords d'Oslo et ne déclarera pas 'la Palestine' comme un État occupé

Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, préside une réunion du Comité exécutif de l'OLP à Ramallah, en Cisjordanie, le 1er septembre 2015. (Crédit : AFP / Abbas Momani)
Le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, préside une réunion du Comité exécutif de l'OLP à Ramallah, en Cisjordanie, le 1er septembre 2015. (Crédit : AFP / Abbas Momani)

Des sources palestiniennes à Ramallah ont affirmé que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, n’avait pas l’intention d’annoncer la fin des accords d’Oslo ou de déclarer la Palestine État occupé pendant son discours à l’Assemblée générale des Nations unies prévu mercredi, contrairement à tout ce qui a été dit jusqu’à présent.

Selon ces sources qui se sont entretenues avec le Times of Israel lundi, Abbas prévoit d’annoncer que les deux parties ont certaines obligations à tenir et qu’Israël n’a pas rempli les siennes.

Les sources ont également indiqué que le président de l’AP donnera probablement un laps de temps (dont la durée est inconnue) pendant lequel Israël devrait les remplir ou alors les Palestiniens iront de l’avant et annonceront que les accords d’Oslo sont nuls et non avenus.

En vertu des accords d’Oslo de 1993, l’Autorité palestinienne administre civilement et contrôle la sécurité des grandes villes de Cisjordanie qui se trouvent dans la Zone A.

La Zone B est sous contrôle civil de l’AP, mais est sous le contrôle conjoint avec Israël pour la sécurité, et la zone C – l’essentiel de la Cisjordanie, est sous le contrôle israélien.

Meir Sheetrit, du parti Hatnua, janvier 2014 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)
Meir Sheetrit, du parti Hatnua, janvier 2014 (Crédit : Miriam Alster/Flash90)

Selon le journal libanais Al-Akhbar, l’ancien ministre Meir Sheetrit et Abbas se sont entretenus à Ramallah il y a environ deux semaines et le chef de l’AP a demandé à Sheetrit de transmettre le message au Premier ministre Benjamin Netanyahu que les Palestiniens n’ont pas l’intention d’intensifier les problèmes avec des décisions unilatérales, mais prévoient des déclarations acérées.

Un message similaire a été transmis, selon le journal, par le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les Territoires (COGAT), le major-général Yoav (Poly) Mordechai au Premier ministre de l’AP, Rami Hamdallah, et au ministre des Affaires civiles de l’AP, Hussein al-Cheikh.

La réunion entre les trois hommes aurait eu lieu le 9 septembre. Al-Cheikh a envoyé un rapport à Abbas sur le contenu de la réunion.

Le document a été publié par Al-Akhbar lundi matin. Selon le document, Mordechai a averti les deux responsables palestiniens qu’Israël suivait de près les articles publiés dans la presse palestinienne concernant le discours d’Abbas aux Nations unies.

On a indiqué à Mordechai qu’Abbas annoncerait qu’ « Israël ne pouvait pas être un partenaire pour la paix s’il ne respecte pas ses obligations dans un délai établi », selon le document.

De même, Abbas va également suggérer à Netanyahu d’annoncer que le gouvernement israélien est prêt à « aller de l’avant avec un processus de paix permanent avec les Palestiniens ».

Mordechai a demandé que ce message soit transféré via le négociateur en chef palestinien, Saeb Erekat, au ministre de l’Intérieur israélien, Silvan Shalom, qui a également été chargé de diriger tous les pourparlers avec les Palestiniens après les élections israéliennes de mars dernier.

Le rapport mentionne également la réunion prévue entre Netanyahu et Abbas en marge de l’Assemblée générale, à la suite de conversations entre le Premier ministre israélien et le président de l’AP (et le président israélien Reuven Rivlin) suite à l’attaque terroriste à Duma en juillet dans laquelle trois membres de la Dawabsha famille ont été tués.

Mordechai, selon le rapport, a surpris les responsables palestiniens en leur disant que Netanyahu voulait reporter la réunion avec Abbas pour après l’Assemblée générale des Nations unies, suite à une demande des Américains.

Cette information survient après qu’un article du quotidien Haaretz a rapporté dimanche que le secrétaire d’Etat américain John Kerry avait fait pression sur les Palestiniens pour annuler la réunion Abbas-Netanyahu et qu’Abbas ait accédé à sa requête. Le Département d’Etat a démenti le contenu de l’article de Haaretz.

Selon le document obtenu par Al-Akhbar, Mordechai a également exprimé sa gratitude envers Nidal Abu Dohan, le commandant des forces palestiniennes de la sécurité nationale, pour la coordination sécuritaire entre les deux parties.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...