Rechercher

Le docu « Adrienne », l’hommage d’un mari à sa femme assassinée et star montante

Quand Adrienne Shelly (Levine) a été victime d'un atroce meurtre en 2006, Andy Ostroy et sa fille Sophie ont dû recoller les morceaux

  • Adrienne Shelly et sa fille Sophie Ostroy sur une photo du nouveau documentaire de HBO "Adrienne". (Crédit : avec l'aimable autorisation de Warner Media/HBO)
    Adrienne Shelly et sa fille Sophie Ostroy sur une photo du nouveau documentaire de HBO "Adrienne". (Crédit : avec l'aimable autorisation de Warner Media/HBO)
  • Andy Ostroy et Adrienne Shelly sur une photo du nouveau documentaire de HBO "Adrienne". (Crédit : avec l'aimable autorisation de Warner Media/ HBO)
    Andy Ostroy et Adrienne Shelly sur une photo du nouveau documentaire de HBO "Adrienne". (Crédit : avec l'aimable autorisation de Warner Media/ HBO)
  • Andy Ostroy, réalisateur du nouveau documentaire "Adrienne". (Crédit : avec l'aimable autorisation de Warner Media/HBO)
    Andy Ostroy, réalisateur du nouveau documentaire "Adrienne". (Crédit : avec l'aimable autorisation de Warner Media/HBO)

NEW YORK – Assise à côté de son père Andy Ostroy, Sophie, alors âgée de 15 ans, ouvre l’annuaire du lycée de sa mère et lit la citation : « N’ayez pas peur de mourir, ayez peur de ne jamais vivre. »

C’est une scène du début de « Adrienne », un nouveau documentaire de HBO réalisé par Ostroy qui explore la vie de sa femme et de la mère de Sophie, Adrienne Shelly – l’actrice et cinéaste surtout connue pour le film « Waitress » (2007), qui a été assassinée il y a 15 ans.

« Rétrospectivement, c’est une métaphore pour tout ce film parce que le père d’Adrienne est mort quand il avait 40 ans et elle est morte quand elle en avait 40 », a déclaré Ostroy. « Elle avait 12 ans quand il est mort et elle a vite compris que la vie n’était pas éternelle. Alors elle a vécu. Elle a réussi. Elle a réalisé ses rêves. Elle n’aurait jamais pensé qu’elle aurait automatiquement toute une vie pour le faire. »

Née et élevée dans le Queens, Adrienne Levine (elle adoptera plus tard le surnom de son père Sheldon, Shelly, comme nom de scène) abandonne le lycée pour se consacrer à la comédie. En peu de temps, elle décroche des rôles dans plus de 20 films, dont les classiques indépendants de Hal Hartley « The Unbelievable Truth » et « Trust ». D’autres rôles ont suivi, notamment dans le film de 2005 « Factotum » avec Matt Dillon, Lili Taylor et Marisa Tomei, inspiré d’un livre de Charles Bukowski.

Son film « Waitress », un succès du prestigieux Festival Sundance que Shelly a écrit, réalisé et dans lequel elle a joué aux côtés de Keri Russel et Cheryl Hines, est sorti un an après sa mort. Le film, que Shelly a écrit alors qu’elle était enceinte de huit mois de Sophie, a été adapté en comédie musicale en 2015.

Mais Ostroy dit que malgré les nombreux talents de Shelly, sa première impression d’elle était qu’elle était « juste cette douce petite fille juive de Long Island » qui était aussi « profondément profonde et drôle. » Le couple s’est rencontré sur le site de rencontres Match.com. Comme Ostroy le raconte, Shelly a proposé un premier rendez-vous de cinq minutes. Il a duré cinq heures. Un an plus tard, Ostroy a fait sa demande à Paris et un mariage juif traditionnel a suivi en 2002. Ils ont accueilli leur fille Sophie en 2003.

Shelly était en pleine ascension professionnelle et profitait des joies du mariage et de la maternité lorsque Diego Pillco, un ouvrier du bâtiment de 19 ans, l’a tuée lors d’un vol à main armée le 1er novembre 2006.

Le matin du meurtre, Ostroy a déposé Shelly devant un immeuble d’Abingdon Square où elle écrivait la plupart du temps. Il l’a regardée entrer à l’intérieur. C’est la dernière fois qu’il l’a vue. Tout au long de la journée, Ostroy a essayé de joindre Shelly, en vain. Inquiet, il s’est rendu à son bureau et l’a trouvée morte dans la douche. Après une violente lutte avec Shelly, Pillco avait maquillé sa mort pour faire croire à un suicide. Ce n’est qu’après qu’Ostroy et la famille de Shelly eurent imploré les détectives d’approfondir leur enquête, que Pillco a été arrêté.

Bien que le documentaire de 90 minutes inclue une scène où Ostroy rend visite à Pillco, qui purge une peine de 25 ans pour homicide involontaire dans le nord de l’État de New York, il ne s’attarde pas sur le meurtre. Au lieu de cela, il passe la plupart de son temps à explorer le gouffre béant créé par l’absence de Shelly, ainsi que la façon dont elle continue de toucher les vies de ceux qui l’aimaient le plus et de ceux qui ne l’ont jamais connue.

Andy Ostroy et Adrienne Shelly sur une photo du nouveau documentaire de HBO « Adrienne ». (Crédit : avec l’aimable autorisation de Warner Media/ HBO)

« Environ trois semaines après sa mort, j’ai réalisé qu’Adrienne était une cinéaste en difficulté. Elle a toujours trouvé difficile de trouver de l’argent pour faire des films », a déclaré Ostroy. « Je me souviens l’avoir entendue parler du fait d’être une femme et du défi que cela représentait parfois. J’ai donc décidé de créer une fondation à son nom afin de perpétuer son héritage. Cela m’a permis de tirer quelque chose de positif de quelque chose de si négatif. »

Aujourd’hui, la Fondation Adrienne Shelly accorde des bourses, des subventions et des allocations à des femmes cinéastes. Elle a accordé plus de 100 subventions de production au cours des 15 dernières années, notamment à Chloé Zhao, qui a remporté l’Oscar du meilleur réalisateur cette année pour « Nomadland ».

L’interview qui suit a été modifiée pour des raisons de clarté et de longueur.

Times of Israel : Votre documentaire est à la fois un éloge public et un portrait intime d’Adrienne en tant qu’épouse, mère, fille, amie et collègue.

Andy Ostroy : Comme d’autres documentaires, on peut avoir l’impression d’avoir une fenêtre privée sur la vie de quelqu’un à la maison. Ce sentiment peut mettre certaines personnes mal à l’aise, mais il ne s’agit pas d’un film avec une fin heureuse. C’est un film sur un meurtre tragique. Mais c’est aussi un film qui est honnête et authentique sur toute cette saga.

Je pense que les réalisateurs de documentaires nous rendent un grand service lorsqu’ils abordent un sujet que nous ne connaissons pas, qu’il s’agisse d’un moment critique de l’Histoire ou d’un moment critique de la vie d’une personne ordinaire.

À un moment du film, Adrienne dit qu’elle est une maniaque du contrôle et qu’elle veut écrire et réaliser pour avoir plus de contrôle. Pendant que vous travailliez sur ce film, quelle part de sa voix d’Adrienne la réalisatrice avez-vous entendue ?

J’ai beaucoup entendu sa voix. Pas au sens littéral du terme, mais juste pour m’inspirer. Parfois, je me demandais : « Que ferait Adrienne en ce moment ? Quel serait le principe d’Adrienne ici, à quoi s’attacherait-elle ? » Cela m’a beaucoup guidé. C’était difficile de vivre avec une cinéaste pendant cinq ans, puis de revoir toutes les séquences où elle parle d’être résolue dans son cinéma et de ne pas aborder ce projet de la même manière. J’ai voulu faire un film sur elle, mais aussi un film qu’elle aurait fait.

Adrienne Shelly et sa fille Sophie Ostroy sur une photo du nouveau documentaire de HBO « Adrienne ». (Crédit : avec l’aimable autorisation de Warner Media/HBO)

Votre fille Sophie joue un rôle important dans le documentaire. Comment était-ce de travailler ensemble ?

C’est difficile d’être une adolescente qui accepte enfin le fait que sa mère soit morte, qu’elle soit morte de cette façon, et qui réalise aussi à quel point sa mère était géniale et vénérée. C’était donc très spécial pour elle de vivre ce voyage avec moi et de faire partie du processus de réalisation du film.

Elle est créditée trois fois dans le film, elle a donc beaucoup appris sur la réalisation. Je pense aussi qu’elle a eu pour la première fois une idée non seulement de qui était sa mère, mais aussi de ce qu’elle faisait dans la vie.

À un moment donné, Adrienne parle de trouver ce qui est drôle dans ce qui est douloureux et comment cela peut être une grande technique de survie. C’est la marque de fabrique de beaucoup d’humour juif.

Elle était juive de part en part. Peut-être pas une « Juive de la synagogue » des grands jours solennels, mais une Juive dans son âme, dans son humour, dans sa philosophie, dans sa vision de la vie, dans sa sensibilité. Dans son essence, elle était juive. Et plus elle vieillissait, plus elle se sentait à l’aise pour être juive – pour réduire le terme à cela.

Je suis dans le même état d’esprit en ce qui concerne ces attributs et nous avons eu ça en commun. J’ai rencontré Adrienne Levine, la gentille fille juive de Long Island. C’est elle que j’ai rencontrée. C’est elle que j’ai connue. C’est elle que j’ai appris à aimer.

Andy Ostroy et Adrienne Shelly dans une photo du nouveau documentaire de HBO « Adrienne ». (Crédit : avec l’aimable autorisation de Warner Media/ HBO)

S’est-elle jamais sentie à l’aise avec Adrienne Shelly, le personnage à l’écran ?

Comme beaucoup d’acteurs qui aiment vraiment leur métier, elle aimait jouer, mais jusqu’à un certain niveau, elle n’aimait pas l’attention. Elle était introvertie dans l’âme. Elle m’a raconté un jour que lorsque l’un de ses films était présenté à Sundance et que tout le monde faisait la fête, elle était restée dans sa chambre à lire un livre.

Elle n’a jamais été attirée par les pièges de la vie. Lorsque nous entrions dans un magasin, une jeune femme pouvait s’approcher d’elle et dire : « Oh mon Dieu ! Adrienne Shelly ! Vous avez profondément changé ma vie. » Adrienne essayait de se cacher dans un portemanteau. Je lui disais : « Personne ne viendra jamais me dire : « Oh mon dieu Andy, tu as changé ma vie », alors si ça t’arrive, c’est génial ». Mais elle n’était tout simplement pas à l’aise avec ce genre d’attention.

J’ai cru comprendre que vous vouliez que le film parle de la nécessité d’aller de l’avant avec son deuil. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Quand j’ai commencé à faire ce film, je voulais qu’il traite de trois choses : la vie, la mort et l’après.

Je ne crois pas à l’idée de fin. Je ne la comprends pas vraiment. La fin signifie que quelque chose est fermé et pour moi, la fin signifie que quelque chose est terminé. Si vous perdez quelqu’un, surtout si vous perdez quelqu’un d’une manière horriblement tragique, ce qui ajoute une autre couche à la mort et à la perte, je ne sais pas comment vous finissez ça. Vous pouvez dire que je ne vais pas en parler et que cela ne fera pas partie de ma vie. Mais cela ne signifie pas qu’il a disparu ou qu’il est fini.

Pour moi, il y a aussi une énorme différence entre ne pas pouvoir tourner la page et être capable d’aller de l’avant. On peut être à nouveau heureux, on peut retrouver l’amour. On peut vivre sa vie de manière productive et satisfaisante. Cela ne veut pas dire que vous devez faire table rase du passé. Tout ce qui fait partie de notre passé fait partie de notre avenir. C’est ce qui nous façonne à mesure que nous grandissions et mûrissions.

Andy Ostroy, réalisateur du nouveau documentaire « Adrienne ». (Crédit : avec l’aimable autorisation de Warner Media/HBO)

Vous aviez une vision délibérée de la façon dont vous vouliez que le documentaire se déroule. Avez-vous découvert quelque chose en cours de route qui a changé cela ?

Au début du film, vous me voyiez demander aux gens qui font la queue [pour la comédie musicale « Waitress »] s’ils savent qui est Adrienne. La plupart ne le savaient pas, et je leur dis que je trouve cela profondément triste. Puis, à la fin du film, Paul Rudd dit que c’est incroyable, en tant qu’artiste, de créer quelque chose et que des gens de tous horizons, de toutes les régions du pays, l’apprécient sans savoir qui l’a créé, sans connaître son histoire. Il dit qu’en tant qu’artiste, c’est ce qu’il y a de mieux : que l’œuvre se suffise à elle-même. À ce moment-là, je me suis dit : « Hmm. C’est intéressant. »

Je trouve toujours triste que les gens ne sachent pas qui elle était, mais cela m’a fait penser que, du point de vue d’un artiste, il a une idée très forte. C’est bien de se détacher de l’élément tragédie familiale et de le regarder d’un point de vue artistique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...