Le Fatah dénonce l’arrestation de centaines de ses membres à Gaza par le Hamas
Rechercher

Le Fatah dénonce l’arrestation de centaines de ses membres à Gaza par le Hamas

Le parti du président de l'AP a accusé son rival, le mouvement terroriste islamiste du Hamas, d'avoir procédé à des arrestations massives de ses membres dans la bande de Gaza

Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une réunion du conseil révolutionnaire du parti du Fatah au pouvoir dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 1er mars 2018 (Crédit : AFP Photo/Abbas Momani)
Le président de l'Autorité palestinienne Mahmoud Abbas lors d'une réunion du conseil révolutionnaire du parti du Fatah au pouvoir dans la ville de Ramallah, en Cisjordanie, le 1er mars 2018 (Crédit : AFP Photo/Abbas Momani)

Un porte-parole du Fatah, le parti du président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, a accusé lundi son rival, le mouvement terroriste islamiste Hamas, d’avoir procédé à des arrestations massives de ses membres dans la bande de Gaza le jour d’un rassemblement marquant son 54e anniversaire.

« Plus de 500 de nos membres ont été arrêtés depuis la nuit dernière par les forces de sécurité du Hamas à Gaza », a déclaré Atef Abu Saif, porte-parole du Fatah dans la bande de Gaza, dans un communiqué.

Avec ces arrestations, le Hamas souhaite perturber un rassemblement et autres activités marquant lundi le 54e anniversaire de la création du Fatah, a affirmé M. Saif.

Le Hamas a démenti ces accusations.

Selon un porte-parole du ministère de l’Intérieur à Gaza, 38 personnes ont été entendues par la police, qui craint que des factions opposées au sein du Fatah à Gaza ne s’affrontent lors de ce rassemblement.

Toutes ont été libérées, a déclaré le porte-parole, Iyad al-Bozum.

Le Fatah du président de l’Autorité Mahmoud Abbas, qui siège à Ramallah, en Cisjordanie, et le mouvement terroriste islamiste du Hamas, qui contrôle Gaza, sont deux rivaux palestiniens.

Ces nouvelles tensions entre le Fatah et le Hamas interviennent alors que le 23 décembre, M. Abbas a annoncé vouloir dissoudre le Conseil législatif, qui ne s’est pas réuni depuis 2007, afin de respecter, selon lui, une décision de la Cour constitutionnelle.

Le Hamas a rejeté cette décision, affirmant dans un communiqué, que la Cour constitutionnelle avait été créée par M. Abbas « pour légitimer ses décisions arbitraires ».

L’Autorité palestinienne, internationalement reconnue et censée préfigurer un Etat palestinien indépendant, ne gouverne plus que sur des fragments de la Cisjordanie, séparée de la bande de Gaza par le territoire israélien.

Plusieurs tentatives de réconciliation avec le Hamas ont échoué ces dernières années.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...