Le FMI exhorte le gouvernement israélien à adopter rapidement le budget 2021
Rechercher

Le FMI exhorte le gouvernement israélien à adopter rapidement le budget 2021

Un budget hiérarchiserait les dépenses et préparerait la croissance; les mesures économiques contre la pandémie ont été "appropriées", mais les risques restent "sans précédent"

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à droite) et le ministre de la Défense Benny Gantz lors de la réunion hebdomadaire du cabinet au ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le Fonds monétaire international (FMI) a appelé jeudi le gouvernement israélien à adopter rapidement un budget pour 2021 afin d’aider à positionner l’économie pour la croissance.

Une « adoption rapide » du budget « aiderait à hiérarchiser les dépenses, à positionner l’économie pour la croissance et à réduire l’incertitude économique liée à la pandémie », ont écrit les responsables du FMI dans un premier résumé du rapport 2020 sur l’économie israélienne présenté à la Banque d’Israël jeudi. Un rapport final est attendu en décembre.

Les tensions politiques entre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et ses partenaires de la coalition, dirigée par Benny Gantz, ont empêché l’adoption des budgets 2020 et 2021.

Dans le rapport, le FMI a déclaré que les mesures politiques mises en œuvre par Israël pour contenir les retombées économiques de la pandémie ont réussi à calmer les marchés et à « limiter les dégâts » à l’économie.

Malgré cela, les perspectives restent difficiles, « les risques sont sans précédent » et le produit intérieur brut devrait se contracter, le chômage restant probablement à deux chiffres.

Des employés de l’hôpital Tel HaShomer attendent des Israéliens qui étaient en quarantaine pour cause de coronavirus sur le bateau de croisière Diamond Princess, au Japon, le 20 février 2020. (Avshalom Sassoni/Flash90)

Alors que la pandémie a frappé et que les exigences de distanciation sociale ont provoqué l’arrêt de l’économie, « un paquet fiscal d’une ampleur appropriée a aidé l’économie », ont déclaré les auteurs.

Cette situation, associée aux politiques monétaires et à la résilience du secteur technologique israélien, a entraîné une contraction de la production réelle « moins importante que dans d’autres économies avancées jusqu’en 2020 », selon le rapport. L’économie israélienne devrait se contracter cette année de 5 %, selon les estimations de S&P au début du mois.

Malgré cela, le chômage, y compris celui des personnes qui ont été mises en congé sans solde, devrait rester dans les deux chiffres, et le nombre plus élevé de chômeurs parmi les travailleurs à faible revenu devrait encore aggraver l’inégalité des revenus déjà élevée dans le pays, selon le rapport.

Des travailleurs indépendants et des exploitants de jardins d’enfants participent à un rassemblement demandant le soutien financier du gouvernement devant la Knesset à Jérusalem, le 19 avril 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

La reprise devrait commencer en 2021, selon le rapport, mais la distanciation sociale continuera probablement à freiner la demande intérieure et à entraver la croissance du PIB.

Plus de 320 000 personnes ont contracté le coronavirus, qui a fait 2 700 morts. Les mesures de confinement introduites en mars et en septembre ont permis de contenir la propagation du virus mais, avec la distanciation sociale, ont supprimé l’activité économique tout au long de 2020, selon le rapport.

Israël devrait poursuivre ses politiques de soutien budgétaire dans le cadre du budget 2021, recommande le rapport, surtout si la pandémie persiste et que les mesures de confinement partiel sont prolongées plus longtemps que prévu.

Les autorités devraient envisager un financement supplémentaire pour les services de santé, en prolongeant les allocations de chômage au-delà de la mi-2021 et en accordant des subventions supplémentaires aux travailleurs indépendants, si la pandémie devait persister.

Tout retrait éventuel de l’aide budgétaire « devrait être planifié avec soin, compte tenu des perspectives difficiles », indique le rapport.

La politique budgétaire devrait continuer à donner la priorité aux dépenses de santé et devenir progressivement plus ciblée. Le financement devrait être canalisé pour assurer une capacité hospitalière adéquate, des tests et des recherches et pour répondre à d’autres besoins urgents.

Au-delà de la santé, le gouvernement devrait s’attacher à définir des politiques du marché du travail pour améliorer les perspectives d’emploi des chômeurs.

Avec la reprise de l’économie et l’expiration des mesures de relance, le déficit devrait diminuer, mais le gouvernement devra encore faire face aux niveaux d’endettement plus élevés accumulés pendant la crise, pour s’assurer qu’il est « plus fermement sur une trajectoire descendante ».

« Les réformes fiscales devraient être au cœur de cet effort », indique le rapport.

Illustration : Des employés du Magen David Adom portant des vêtements de protection déplacent un patient à l’extérieur de l’unité coronavirus du centre médical Sheba à Ramat Gan, le 27 juillet 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

Lorsque la pandémie a frappé

Lorsque la pandémie a frappé, les autorités israéliennes « ont mis en place une réponse importante et rapide pour atténuer l’impact de la pandémie ».

La Banque d’Israël a lancé des « mesures importantes » pour fournir des liquidités, prévenir un resserrement du crédit et faciliter l’accès aux services financiers et au crédit, y compris pour les petites entreprises et les ménages.

Outre la baisse des taux d’intérêt, les mesures comprenaient des programmes d’achat d’obligations d’État et d’entreprises et le financement des banques pour qu’elles accordent des prêts aux petites et moyennes entreprises. L’intervention sur le marché des changes a réduit les pressions sur le shekel, tandis que l’assouplissement des exigences imposées aux banques a permis aux prêteurs de soutenir l’économie.

Plusieurs plans de relance budgétaire atteignant 15,25 % du PIB (dont 10,25 % du PIB prévu pour 2020) ont également été approuvés, notamment un soutien aux soins de santé, des allocations pour les chômeurs et les travailleurs en congé, des subventions pour les indépendants et les ménages, des prêts garantis pour les entreprises et un soutien aux infrastructures.

L’extension des politiques « reste appropriée ».

Le FMI a déclaré que les mesures de politique monétaire « décisives » prises par la Banque d’Israël ont contribué à fournir des liquidités au marché et à soutenir le flux de crédit aux ménages et aux entreprises.

Ces mesures ont atténué les pressions initiales sur les taux de change, les rendements obligataires et les écarts de taux des entreprises.

Le gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron, lors d’une conférence de presse, le 31 mars 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

L’extension de l’ensemble des politiques actuelles « reste appropriée » pour le moment, a déclaré le rapport, compte tenu des faibles prévisions d’inflation à court terme, de la croissance qui devrait être inférieure au potentiel et des incertitudes concernant la durée des nouveaux confinements.

Les entreprises et les ménages durement touchés devraient également continuer à bénéficier d’une aide financière, mais les critères pourraient devoir être progressivement ajustés et resserrés pour cibler les entreprises viables, selon le rapport.

L’importance des réformes

Le gouvernement doit également définir des politiques structurelles qui devraient viser à « limiter les cicatrices à long terme, à renforcer la résilience de l’économie et à promouvoir l’intégration ». L’accent doit être mis sur les politiques du travail et l’investissement dans le capital humain et les infrastructures.

Ces politiques structurelles devraient inclure la mise en place de programmes visant à faciliter le retour à l’emploi, à réaffecter efficacement les travailleurs des secteurs et des entreprises qui réduisent leurs effectifs, et à atténuer l’impact négatif de la pandémie sur les travailleurs à faible revenu. Conjointement avec la formation professionnelle, ces réformes « devraient promouvoir la reconversion et l’amélioration des compétences, encourager la recherche d’emploi et réduire les coûts d’embauche ».

L’expansion de la numérisation, la réforme de l’éducation et l’augmentation des investissements sont d’autres mesures structurelles que le gouvernement doit prendre.

Les politiques qui élargissent la pénétration du numérique ont « un très fort potentiel pour accroître la diffusion des connaissances et la productivité, atténuer les pénuries de compétences et améliorer la portée et l’efficacité des services gouvernementaux », selon le rapport.

Et parce que les bouclages ont créé des revers éducatifs qui pourraient avoir des conséquences durables sur la productivité et les inégalités, les étudiants doivent être formés aux mathématiques, aux sciences et aux techniques pour les doter de « compétences commercialisables » dans un monde de plus en plus numérisé.

L’investissement public, en particulier dans les infrastructures de soins de santé, de transport et de numérisation, peut créer des emplois, « atténuer la baisse de la demande et encourager l’investissement privé, qui a diminué en raison de la faible confiance des entreprises ». Les projets d’investissement public peuvent également renforcer la résistance à la crise, selon le rapport.

Bien qu’Israël soit entré en force dans la pandémie, les risques sont « sans précédent ».

Avant que la pandémie ne frappe, la croissance annuelle réelle du PIB en Israël était d’environ 3,25 % et le compte courant a représenté en moyenne 3,5 % du PIB au cours des cinq dernières années. Le chômage avait atteint 3,6 % à la fin de 2019 – le taux le plus bas des deux dernières décennies.

Pour l’avenir, « les risques sont sans précédent », selon le rapport. « À court terme, l’évolution de la pandémie devrait avoir un impact majeur sur les perspectives économiques. La distribution rapide et à grande échelle d’un vaccin efficace permettrait une reprise plus rapide que prévu. Toutefois, une escalade de la pandémie pourrait nécessiter un recours prolongé à des mesures de confinement et de distanciation sociale, entraînant de nouvelles perturbations de l’activité économique ».

Les risques géopolitiques, bien qu’encore importants, sont devenus plus équilibrés, surtout après les récents accords bilatéraux entre Israël et les pays du Golfe, indique le rapport.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...